Ernest en prison.

, par
Affiche Poster ernest prison goes jail disney touchstone

Fiche technique.

Réalisateur : John R. Cherry III.
Scénariste : Charlie Cohen.
Producteur : Martin Erlichman.
Compositeur : Bruce Arnston et Kirby Shelstad.
Société de production : Touchstone Pictures et Emshell Producers.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 6 avril 1990.
Sortie française : Inconnue.
Titre original : Ernest goes to jail.
Durée : 1h21.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 25 millions de dollars.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé

Suite à un choc électrique, Ernest se retrouve capable d’attirer tout ce qui est métallique. Il se retrouve à tort emprisonné à la place d’un détenu qui prend la fuite.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale

>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting

Ernest / Felix Nash : Jim Varney (VF : Inconnue).
Chuck : Gailard Sartain (VF : Inconnue).
Bobby : Bill Byrge (VF : Inconnue).
Charlotte Sparrow : Barbara Tyson (VF : Inconnue).
Rubin Bartlett : Barry Scott (VF : Inconnue).
Lyle : Randall “Tex” Cobb (VF : Inconnue).
Oscar Pendlesmythe : Dan Leegant (VF : Inconnue).
Warden Carmichael : Charles Napier (VF : Inconnue).
Le Juge : Jackie Welch (VF : Inconnue).
Eddie : Jim Conrad (VF : Inconnue).
Betty McGee : Emily Corbishdale (VF : Inconnue).
Jerry : Andrew Stahl (VF : Inconnue).
Vinnie : Myke Mueller (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Ernest en prison est le troisième film d’une longue série dont les quatre premiers films ont été produits par Touchstone Pictures : Ernest et les joyeuses colonies (1987), Le Père Noël est en prison (1988), Ernest en prison (1990), Ernest à la chasse aux monstres (1991), Ernest rides again (1993), Ernest goes to school (1994, directement en DVD), Slam Dunk Ernest (1995, directement en DVD), Ernest goes to Africa (1997, directement en DVD) et Ernest in the Army (1998, directement en DVD).

Image ernest prison goes jail disney touchstone

Le tournage s’est déroulé dans le Tennessee.

Notre critique de Ernest en prison.

On prend les mêmes et on recommence. Pourquoi changer une équipe qui perd de toute façon ?

Image ernest prison goes jail disney touchstone

Alors là on sent les scénaristes à court d’inspirations. Scénario très classique de changement de place entre deux personnages et donc on a une double intrigue. D’un côté le grand méchant caricatural qui se retrouve à travailler dans une banque et de l’autre Ernest qui se retrouve en prison. Comme les deux premiers films, Ernest en prison n’a rien de drôle, des gags basiques, tout proche du nanar.

Image ernest prison goes jail disney touchstone

Il faut noter aussi l’idée surprenante qu’ont eu les scénaristes de faire qu’Ernest attire tout ce qui est métallique suite à un choc électrique. C’est sûrement ajouté pour faire rire mais on ne sait pas encore qui. Dernier point des plus bizarres : afin de ne pas choquer le jeune public sans doute, les uniformes des gardiens de prisons sont… roses. Oui, oui. Quant à la séquence d’ouverture du film avec l’aspirateur qui monte jusqu’au plafond, ils étaient obligés de faire ça de manière aussi grossière qu’on voit que le plafond a un rail en caoutchouc ? La séquence de fin est toute aussi mauvaise d’ailleurs. Des effets spéciaux au rabais. Et c’est quoi cette manie de faire des gros plans hideux ?

Image ernest prison goes jail disney touchstone

En fait, la véritable surprise d’Ernest en prison est Jim Varney. Et oui, pour une fois, on peut saluer son “jeu”. Evidemment, sans être sensationnel mais il incarne deux personnages radicalement opposés. Ernest a toujours ses mimiques foireuses qui ne font rire personne et le “prisonnier” est quelqu’un de froid. Il est difficile de se dire que c’est le même acteur tant l’interprétation est très différente. Sinon on retrouve encore nos deux gugus “comiques” qui ne servent à rien. Puis on a le rôle féminin qui, attention, ne sert à rien non plus.

Pour un troisième film, ça devient de plus en plus grotesque. Ernest en prison ne mérite même pas qu’on s’y attarde.