Spider-Man.

affiche poster spider-man disney marvel

Réalisateur : Sam Raimi.
Scénariste : David Koepp.
Producteur : Laura Ziskin et Ian Bryce.
Compositeur : Danny Elfman.
Société de production : Columbia Pictures, Marvel Enterprises et Laura Ziskin Productions.
Distributeur : Columbia Pictures.
Sortie USA : 3 mai 2002.
Sortie française : 12 juin 2002.
Titre original : Spider-Man.
Durée : 2h01.
Budget : 139 millions de dollars.
Recette mondiale : 825 millions de dollars.
Recette USA : 407 millions de dollars.
Entrées françaises : 6 459 120 entrées.

Résumé.

Après avoir été piqué par une araignée mutante, Peter Parker devient Spider-Man, un justicier qui défend les habitants de New York du Bouffon Vert. Il cache son identité à ses proches mais aussi à Mary Jane, sa voisine dont il est amoureux.

Achats.

Casting.

Peter Parker / Spider-Man : Tobey Maguire (VF : Damien Witecka).
Mary Jane Watson : Kirsten Dunst (VF : Marie-Eugénie Maréchal).
Norman Osborn / Le Bouffon Vert : Willem Dafoe (VF : Éric Herson-Macarel).
Harry Osborn : James Franco (VF : Philippe Valmont).
May Parker : Rosemary Harris (VF : Monique Martial).
Ben Parker : Cliff Robertson (VF : Marc Cassot).

En savoir plus.

Spider-Man est inspiré des comics du même nom.

En 1999, Columbia Pictures (Sony) acquiert les droits du personnage Marvel. James Cameron était rattaché au projet mais s’en retira. D’autres réalisateurs sont envisagés : Tim Burton, Roland Emmerich, Ang Lee, Chris Columbus et David Fincher.

Electro, Octopus et l’Homme-sable devaient être les antagonistes du film.

Le film devait initialement sorti fin 2001 mais la post-production demanda plus de temps.

image spider-man disney marvel

Leonardo DiCaprio, Elijah Wood, Jude Law et Heath Ledger ont été envisagés dans le rôle de Peter Parker ; Mena Suvari, Eliza Dushku et Elisha Cuthbert pour le rôle de Mary Jane Watson ; Mel Gibson pour celui du Bouffon Vert ; Hugh Laurie, Michael Keaton et Bill Paxton pour celui du journaliste J. Jonah Jameson.

Quatre costumes de Spider-Man ont été volés durant le tournage et retrouver un an et demi plus tard.

Une scène avec une toile d’araignée tendue entre les deux tours du World Trade Center fut finalement retiré du film après les attentats de septembre 2001.

La scène de la cantine où Peter récupère le plateau de Mary Jane a été réalisé sans effets numériques. De la super colle était fixée sur chaque élément. Le tournage a nécessité 156 prises.

image spider-man disney marvel

Hugh Jackman aurait du faire une brève apparition en tant que Wolverine.

Une des premières versions du Bouffon Vert avait un masque de gobelin en animatronique et avait un costume noir et rouge.

Dans la scène où Peter prononce des mots pour lancer sa toile pour la première fois, l’acteur Tobey Maguire improvise.

La célèbre scène où Mary Jane embrasse Spider-Man à l’envers sous la pluie, Tobey Maguire a révélé que c’était un tournage difficile car l’eau lui rentrait sans arrêt dans le nez.

Willem Dafoe a réalisé la plupart de ses cascades.

image spider-man disney marvel

Le costume du Bouffon Vert est composé de 580 pièces. La mise en place sur l’acteur demandait trente minutes.

Les séquences d’effets visuels réunissant Spider-Man et le Bouffon Vert ont été tournées séparément. Spider-Man était filmé sur fond vert (à cause de son costume bleu) tandis que le Bouffon Vert était filmé sur fond bleu (à cause de son armure verte).

C’est le premier film à gagner 100 millions de dollars lors de son premier week-end d’exploitation.

Le tournage s’est déroulé de janvier à juin 2001 en Californie.

Notre critique de Spider-Man.

L’homme-araignée débarque au cinéma, avec le risque de massacrer un super-héros.

image spider-man disney marvel

Heureusement, le scénario tient bien la route et même plus que bien. Après une longue première partie sur la génèse du personnage, on entre dans le vif dans la seconde moitié bien plus orientée action mais à sa juste mesure. Mais faisons dans l’ordre. Le début se veut donc suffisant pour poser les bases de l’univers, de créer les personnages, tout en apportant déjà des parcelles d’émotions en ouvrant plusieurs intrigues : la relation familiale de Peter, son attachement à MJ, le lien filial compliqué chez les Osborne, la notion de bien et de mal, l’amitié Peter/Harry… On a donc de la matière et c’est bien travaillé pour rester captivant.

image spider-man disney marvel

Quant au reste du long-métrage, avec l’essor de Spider-Man, on est dans un film de super-héros avec ses combats, ses sauvetages, ses hauts et ses bas… Les codes du genre sont respectés mais on n’est jamais dans une surenchère. Là encore, tout est parfaitement mesuré pour ne pas tomber dans le cliché… ou presque. Il faut reconnaître que MJ est toujours au mauvais endroit au mauvais moment et c’est le genre de séquence dont on se lasse. La fin du film est également ouverte, laissant bien évidemment la porte à une suite, mais on sent déjà que tout l’univers est en place avec des bases très solides. Puis un film de super-héros qui a droit à quelques touches d’émotions, c’est intéressant même si avec du recul, on n’est pas face à une histoire qui retourne le cerveau.

image spider-man disney marvel

L’ensemble du casting de Spider-Man s’en sort à merveille et c’est un plaisir de voir de belles interprétations. Concernant les personnages en eux-mêmes, chacun est suffisamment développé pour qu’on s’y intéresse voire qu’on s’y attache. Peter est un jeune souffre-douleur de son lycée, parents absents, traversant des épreuves difficiles, amoureux de sa voisine qu’il n’ose jamais aborder… certes, c’est un peu caricatural mais ça lui offre une belle évolution tout au long du film. Une fois le costume sur lui, on a droit à un personnage qui se veut plus en adéquation avec ce qu’il est réellement, sans pour autant le dénaturer. On le sent plus à l’aise, plus combattif et s’autorisant quelques touches d’humour.

image spider-man disney marvel

MJ a aussi un environnement bien travaillé en étant dans une famille où les disputes sont légions et qui a des rêves plein la tête. Cependant, son rôle souffre de clichés : sortant avec un bad boy puis avec un riche avant de se rendre compte que Peter n’est pas si mal… sans oublier qu’elle reste la fille à sauver et donc elle passe une bonne partie du film à crier. Harry est un personnage en puissance dans l’ombre de son père, s’opposant souvent à lui mais l’admirant également. Quant au père, Willem Dafoe l’incarne prodigieusement en alternant les deux personnalités qui le composent. Il est aussi le Bouffon Vert en étant un être sadique mais qu’on a du mal à craindre à cause de….

image spider-man disney marvel

…de son costume. Cette armure le rend pas si effrayant mais surtout, la présence du casque le rend inexpressif. C’est fort dommage car son attitude ne suffit pas à le rendre terrifiant et son rire fait trop exagéré. Heureusement, celui de Spider-Man est bien plus intéressant malgré la différence avec les comics où dans le film il tire ses toiles de manière organique. Pour le reste, la réalisation de Sam Raimi est très bonne et on savoure les envolées dans les rues new-yorkaises. Pour l’époque, les effets visuels passent vraiment bien même si de le voir de nos jours on sent certains défauts mais rien de quoi décrocher du film. On salue également la belle bande originale de Danny Elfman qui livre un thème principal inoubliable.

image spider-man disney marvel

Spider-Man tisse sa toile avec brio.

La note de Fabien

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

Vous pourriez être intéressés par ces articles