CinémaThe Hate U Give : la haine qu’on donne.

The Hate U Give : la haine qu’on donne.

affiche poster hate give haine donne disney fox

Réalisateur : George Tillman Jr..
Scénariste : Audrey Wells.
Producteur : Marty Bowen, Wyck Godfrey et Robert Teitel.
Compositeur : Dustin O’Halloran.
Société de production : Fox 2000 Pictures, State Street Pictures, TSG Entertainment et Temple Hill Entertainment.
Distributeur : 20th Century Fox.
Première USA : 7 septembre 2018 (Toronto).
Sortie USA : 19 octobre 2018.
Sortie française : 23 janvier 2019.
Titre original : The hate U give.
Durée : 2h13.
Budget : 23 millions de dollars.
Recette mondiale : 34,9 millions de dollars.
Recette USA : 29,7 millions de dollars.
Entrées françaises : 207 574 entrées.

Résumé.

Starr est une jeune noire des quartiers qui étudie dans un lycée de blancs. Vivant entre deux mondes, elle est témoin du meurtre de son ami par un policier blanc. Elle se retrouve perdue sur la voie à suivre.

Achats.

Casting.

Starr Carter : Amandla Stenberg (VF : Aurélie Konaté).
Lisa Carter : Regina Hall (VF : Annie Milon).
Maverick Carter : Russell Hornsby (VF : Bruno Henry).
Carlos : Common (VF : Daniel Lobé).
April Ofrah: Issa Rae (VF : Géraldine Asselin).
King: Anthony Mackie (VF : Jean-Baptiste Anoumon).
Chris: K.J. Apa (VF : Gauthier Battoue).
Hailey: Sabrina Carpenter (VF : Lou Dubernat).
Seven Carter : Lamar Johnson (VF : Simon Koukissa).
Sekani Carter : TJ Wright (VF : Isaac Lobé).

En savoir plus.

The Hate U Give : la haine qu’on donne est l’adaptation du roman The Hate U Give d’Angie Thomas publié en 2017.

Le titre du film (ainsi que du roman) a pour acronyme “THUG” et fait référence à “THUG LIFE” : The Hate U Give Little Infants Fucks Everybody (la haine que nous inculquons aux enfants finit par nous détruire tous), initié par le rappeur Tupac.

image hate give haine donne disney fox

Le tournage s’est déroulé en Géorgie.

Notre critique de The Hate U Give : la haine qu’on donne.

Un thème fort et polémique qui reflète une partie de la société, tel est l’enjeu du film.

Le scénario part d’un fait grave, à savoir une bavure policière d’un blanc tuant un noir devant témoin. Le reste part alors dans les thématiques du racisme et des discriminations. Des sujets qu’on retrouve souvent dans les films. On démarre de manière très intéressante d’une fille vivant dans deux mondes, cachant à ses camarades et à son petit ami d’où elle vient, puis tiraillée sur ce qu’elle doit faire pour rester en vie entre les gangs de drogue et la pression policière d’une justice partiale. C’est prenant et les émotions sont pour le moment au rendez-vous, avec une écriture bien maîtrisée. Certains dialogues sont percutants dont une scène marquante et tellement réaliste quand un policier noir parle à Starr de comment un policier gère une situation et qu’il y a une différence d’appréciation si l’interpellé est blanc ou noir. On voit aussi un ras-le-bol général qui va prendre une ampleur conséquente afin de dénoncer des dérives inacceptables.

image hate give haine donne disney fox
image hate give haine donne disney fox

Sur une partie du film, on sombre malheureusement dans les vieilles recettes. En effet, alors que justement le discours s’oriente vers une injustice et l’égalité (à travers Starr qui aime un blanc et qui veut se battre pour son ami disparu), on tombe finalement dans le cliché de la communauté noire à travers le père qui veut rester entre noirs, surpris tout d’abord par sa relation, mais aussi sur l’éducation de ses enfants sur les valeurs de la communauté noire, sur les discriminations policières, sur l’utilisation des médias pour mettre en avant leur communauté… Dommage que le scénario ait décidé d’utiliser cette ficelle. Même chose de la camarade de classe, blanche huppée, qui est la caricature de la raciste. On perd tellement en subtilité alors que le scénario possède énormément de bonnes choses.

Mention spéciale pour Amandla Stenberg, tout bonnement excellente dans le rôle principal. Elle dégage beaucoup de charisme et elle est très touchante, devant offrir deux images et ne réussissant pas à les réunir pour être pleinement elle-même. Elle subit aussi les poids du deuil, du chagrin, de la défense de son défunt ami et de l’image que donnent les médias à la situation ainsi que du regard des autres. Son personnage est parfaitement écrit. Il en est de même pour les autres rôles, à part les deux cités précédemment qui sont trop stéréotypés. On apprécie aussi la mentalité du petit ami, qui devrait être plus généralisée, d’aimer une personne au-delà de l’image.

image hate give haine donne disney fox
image hate give haine donne disney fox

Avec un sujet aussi dur et délicat, la réalisation est également prenante. Elle sait poser les différents éléments avec de solides bases pour prendre son essor jusqu’à cette dernière partie du film émouvante. Il y a une gravité dans la mise en scène qui ne laisse pas indifférent. La grande force revient aussi à la bande originale, qui apporte énormément d’intensité à travers des mélodies fortes et qui sont là pour apporter une immersion bien plus sensible.

The Hate U Give : la haine qu’on donne est un long-métrage très fort sur un sujet qu’on aimerait voir disparaître un jour.

La note de Fabien