fbpx

Les adversaires.

-

Affiche Poster adversaires play bone disney touchstone

Fiche technique.

Réalisateur : Ron Shelton.
Scénariste : Ron Shelton.
Producteurs : Stephen Chin, Kellie Davis et David V. Lester.
Compositeur : Alex Wurman.
Société de production : Touchstone Pictures, Play It Inc. et Shanghai’d Films.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 25 décembre 1999.
Sortie française : 10 mai 2000.
Titre original : Play It to the Bone.
Durée : 2h04.
Budget : 24 millions de dollars.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 8,4 millions de dollars.
Entrées françaises : 35 372 entrées.

Résumé

Deux boxeurs, Vince Boudreau et Cesar Dominguez, ont comme proposition de faire l’ouverture d’un match à Las Vegas. Ses deux amis vont devoir s’affronter sur le ring mais la route pour y aller va être un combat en soit.

Univers.

>> Répliques

Achats.

Casting

Cesar Dominguez : Antonio Banderas (VF : Bernard Gabay).
Vince Boudreau : Woody Harrelson (VF : Renaud Marx).
Grace Pasic : Lolita Davidovich (VF : Inconnue).
Joe Domino : Tom Sizemore (VF : Inconnue).
Hank Goody : Robert Wagner (VF : Inconnue).
Lia : Lucy Liu (VF : Laëtitia Godès).
Artie : Richard Masur (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

Plusieurs personnalités de la boxe font des apparitions furtives dans Les adversaires : George Foreman, Mike Tyson, Jim Lamply, Larry Merchant, Teddy Atlas… Des acteurs font des caméos tel que Kevin Costner.

Image adversaires play bone disney touchstone

Le tournage s’est déroulé en Californie.

Notre critique de Les adversaires.

Un road-movie sur fond de boxe, mélange curieux mais qui peut valoir le coup.

Image adversaires play bone disney touchstone

Ou pas. Alors oui, le road-movie est effectivement très présent avec ce parcours qui s’apparente à une quête où les personnages vont vivre certaines péripéties sauf que voilà, le principe d’un road-movie est également de voir une évolution des protagonistes. Ici, il n’en est rien. Déjà, car il n’y a pas vraiment de situations palpitantes. À part prendre une auto-stoppeuse et offrir une ambiance plus sexuelle inutile pour l’intrigue, le reste se contente de ne rien apporter. Un comble. Quant à la conclusion, on se dit : “tout ça pour ça ?”.

Image adversaires play bone disney touchstone

Puis vient enfin le combat de boxe tant attendu. L’objet du périple en somme. Car oui, à la base, Les adversaires aussi parler de boxe. On voit alors leur entraînement en mode accéléré puis la rencontre sur le ring. On retrouve du dynamisme mais bon, vu que les deux vont repartir avec la même chose, on ne ressent pas rien. Ni tension, ni crainte, ni plaisir. Bref, un match mort né pour rien. Surtout, malgré qu’il soit très mouvementé et que chacun des personnages donnent tout ce qu’il a par orgueil de gagner, le combat traîne en longueur. On dirait presque un second film tant l’ambiance change complètement par rapport à ce qu’on a vu jusque là.

Image adversaires play bone disney touchstone

Antonio Banderas, Woody Harrelson et Lolita Davidovich forment le trio du film. Ils sont corrects sans crever l’écran pour autant. Les personnages qu’ils incarnent sont assez intéressants. Vince et Cesar ont tous les deux un passif de boxeur déchu qui cherchent à retrouver la gloire. Deux amis qui vont devoir s’affronter sur le ring. Cependant, il n’y a aucune animosité entre eux. C’est plus pour l’argent et la gloire qu’ils le font. Dommage qu’aucun des deux n’évoluent au fil du film. Cependant, il faut souligner la performance des acteurs pendant le combat de boxe où ils se donnent corps et âmes dans les coups. Quant à Grace, elle est le lien entre les deux et son personnage vaut vraiment le coup pour ce qu’elle apporte. Enfin, la présence de Lucy Liu ne sert à rien, en plus d’avoir une interprétation catastrophique à trop en faire.

Image adversaires play bone disney touchstone

Les adversaires est donc un road-movie qui fait du surplace. Ou plutôt, qui nous met K.O par sa faible qualité.

La note de Fabien

En bref

Dommage que qualité assez inégale et trop d'ambiances différentes.

PUB

ACTUALITÉS

PUB

PUB