Cabin boy.

, par
Affiche Poster Cabin boy disney touchstone

Fiche technique.

Réalisateur : Adam Resnick.
Scénaristes : Adam Resnick et Chris Elliott.
Producteurs : Barry Bernardi, Tim Burton, Denise Di Novi et Steve White.
Compositeur : Steve Bartek.
Société de production : Touchstone Pictures, Skellington Productions Inc. et Steve White Productions.
Distributeur : Buena Vista Pictures Distribution.
Sortie USA : 7 janvier 1994.
Sortie française : Inconnue.
Titre original : Cabin Boy.
Durée : 1h20.
Budget : 10 millions de dollars.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 3,6 millions de dollars.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé

Nathanial est un jeune et riche diplômé se retrouve accidentellement sur un bateau de pêcheurs. Il va vivre un voyage qui sort de l’ordinaire.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale

>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting

Nathanial Mayweather : Chris Elliott (VF : Inconnue).
Capitaine Greybar : Ritch Brinkley (VF : Inconnue).
Skunk : Brian Doyle-Murray (VF : Inconnue).
Paps : James Gammon (VF : Inconnue).
Cupcake : Jim Cummings (VF : Inconnue).
Big Teddy : Brion James (VF : Inconnue).
Trina : Melora Walters (VF : Inconnue).
Calli : Ann Magnuson (VF : Inconnue).
Earl Hofert : David Letterman (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Tim Burton devait être le réalisateur d’origine de Cabin boy avant qu’il ne s’oriente sur un autre projet.

Image Cabin boy disney touchstone

David Letterman, présentateur vedette aux Etats-Unis, fait une apparition ici et est crédité au générique comme Earl Hofert. “Hofert” est un clin d’oeil au surnom qu’il se donne lui même dans une de ses émissions des années 1980.

Notre critique de Cabin boy.

Un synopsis qui semble intéressant malgré une affiche étrange.

Image Cabin boy disney touchstone

Etrange, c’est bien le mot, et encore, c’est un euphémisme. Cabin boy ressemble plus à un film de potes avec du budget pour réaliser leurs délires. L’histoire est inintéressante, ennuyeuse et surtout sans queue ni tête. Les séquences s’enchaînent sans vraiment de fil conducteur et on a droit à des icebergs vivants, un géant, une femme à six bras, un homme-requin… Ca vend du rêve non ? Car c’est bien là le problème, on ne sait pas s’il faut prendre le film sérieusement ou comme une grosse blague. L’aspect fantastique sort de nulle part et ça ne semble choquer personne.

Image Cabin boy disney touchstone

De plus, les personnages sont des clichés exaspérants et donc non attachants. On pourrait dire que Chris Elliott s’en sort bien dans le rôle principal mais lui comme le reste des acteurs, ils en font beaucoup trop. Une surenchère qui en fait une comédie lourdingue.

Même si on est en 1994, les effets spéciaux sont à la ramasse (alors que dans la même période le cinéma nous offrait Jumanji et The Mask). Décors en carton pâte, incrustation foireuse… Le budget a du oublier les effets spéciaux.

Image Cabin boy disney touchstone

Cabin boy est donc le bon nanar.