amazon disney

walt disney company walt disney pictures affiche underdog chien volant non identifie poster

Fiche technique.

Réalisateur : Frederik Du Chau.
Scénaristes : Joe Piscatella, Adam Rifkin et Craig A. Williams d’après la série éponyme créée par W. WattsBiggers.
Producteur : Gary Barber, Roger Birnbaum, Jonathan Glickman et Jay Posltein.
Compositeur : Randy Edelman.
Studio de production : Walt Disney Pictures, Spyglass Entertainment, Have No Fear Productions, Maverick Film Company et Classic Media.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 3 Août 2007.
Sortie française : 9 Avril 2008 ( uniquement en DVD et Blu-ray).
Titre original : Underdog.
Durée : 1h24.
Recette mondiale : 65 261 578 $.
Recette USA : 43 751 706 $.

Résumé.

À la suite d’un accident dans le laboratoire d’un savant fou, un jeune beagle se voit doté de super pouvoirs. Prenant ainsi sa revanche sur sa carrière ratée dans la police, il va se servir de ses capacités surnaturelles pour protéger la ville de Capitol City contre le mal.

Achat.

Casting .

Underdog : Jason Lee (VO) – David Kruger (VF).
Polly PureBred : Amy Adams (VO).
Simon Barsinister : Peter Dinklage (VO).
Dan Unger : James Belushi (VO).
Molly : Taylor Momsen (VO).
Cad : Patrick Warburton (VO).
Le Maire de Capitol City : John Slattery (VO).
Diana Flores : Susie Castillo (VO).

En savoir plus.

Underdog : chien volant non identifié est l’adaptation d’une série animée de 124 épisodes. Parodie assumée de Superman, il est diffusé entre 1964 et 1973 sur la chaîne américaine NBC. Le film comporte d’ailleurs de nombreuses références à sa série d’origine telles que le nom du chien (Cirage), la façon de s’exprimer en rimes, les difficultés d’atterrissage ou encore le costume et la manière de s’en vêtir dans une cabine téléphonique.

Disney Illustration-Underdog-02 Disney Illustration-Underdog-02 Disney Illustration-Underdog-02

Comme à l’accoutumée, Disney dissimule ici et là dans ses films quelques clins d’oeil à ses productions précédentes. Underdog : chien volant non identifié n’échappe pas à la règle en faisant référence à l’une des plus célèbres aventures canines des Studios : La Belle et le Clochard. On retrouve donc ici le fameux restaurant italien « Chez Tony » ainsi qu’un remake de la célèbre scène romantique des spaghettis.

Disney Illustration-Underdog-02 Disney Illustration-Underdog-02

Le célèbre restaurant italien de La Belle et le Clochard que l’on retrouve ici lorsque Underdog tente de séduire sa dulcinée.

Disney Illustration-Underdog-02

Notre critique de Underdog : chien volant non identifié.

Si l’idée d’un dessin animé mettant en scène un chien super-héros peut paraître de bonne augure, celui d’un long-métrage en prise de vue réelle sur le même sujet peut tout de suite laisser davantage perplexe tant il semble aisé de tomber rapidement dans le ridicule. Alors que la gamelle du « nanar de l’année » est déjà prête à être desservie, Underdog : chien volant non identifié arrivera-t-il, contre toute attente, à imposer sa patte ? Réponse…Disney Illustration-Underdog-02

Alors que l’on s’attendait à voir un long-métrage aux situations grotesques et pathétiques, Underdog s’avère être, très vite, une agréable surprise. Dès les débuts de l’aventure, le ton est lancé et l’on s’attache rapidement à ce chien tout juste nanti de ses nouvelles facultés et au capital sympathie bien réelle.

Le film évite ici toutes les erreurs dans lesquelles il aurait pu tomber. Le chien ne dispose, en effet, que de pouvoir plutôt basique évitant ainsi d’être affublé d’yeux à rayons laser ou je ne sais quels autres gadgets improbables au profit de capacité bien plus traditionnelle comme la force, la rapidité ou encore le vol.

Disney Illustration-Underdog-02

Même si tout cela peut encore paraître discutable lorsqu’il s’agit de l’imputer à un animal, le film réussit le pari de rendre son super-héros crédible et attachant. Et s’il y a bien une chose qui permet de rendre tout cela possible, ce sont bel et bien les effets spéciaux, d’une qualité exemplaire, dont le long-métrage est pourvu. Là où des lacunes dans le domaine auraient rendu l’ensemble risible, Underdog va ici gagner en surprise, en réalisme et surtout en humour.

Disney Illustration-Underdog-02

Sans être tordant de bout en bout, le scénario a le mérite d’alterner scènes d’action et séquences humoristiques permettant ainsi d’éviter une perte de rythme même lorsqu’il s’agit de faire avancer son histoire. Empruntant énormément aux films du genre, les péripéties de notre cabot sont cependant loin d’être originales. Du choix du costume en passant par la découverte et la maîtrise des pouvoirs, voilà un récit qui n’est pas sans rappeler les aventures d’un certain Peter Parker, mais dont l’interprétation canine de qualité fait ici totalement oublier ce sentiment de déjà-vu.

Disney Illustration-Underdog-02

Mais, à l’image de sa star à quatre pattes qui peut parfois réserver des surprises aussi bonnes que mauvaises, le film, alors qu’il semble plutôt de bonne facture, accuse, sur sa fin, un réel problème scénaristique. La conclusion du récit souffre, en effet, de nombreuses incohérences qui vont très vite faire retomber l’excitation de la scène finale au profit de nombreuses interrogations. Pourquoi le méchant en veut-il à la ville alors qu’il devrait simplement vouloir se venger du chien qui a détruit son labo ? Pourquoi ce personnage se trouve dans cette scène alors qu’il n’a jamais été intégré à la situation ? Pourquoi l’animal prend-il cette décision alors que ses super-pouvoirs lui auraient permis de régler la situation ? Bref, de nombreuses questions sont ainsi mises en suspens laissant place à une véritable incompréhension là où le récit arrivait à son apogée.

Disney Illustration-Underdog-02

Déçu, c’est le sentiment qui ressort à la fin de cette aventure. Alors que le film passe habilement outre les nombreux clichés parodiques du film de super-héros, alors que les effets spéciaux de qualité le rendent crédible au point de captiver et de surprendre, il est encore plus décevant  de le voir se terminer dans un rebondissement aussi brouillon.

Disney Illustration-Underdog-02

Drôle et inattendu, Underdog : chien volant non identifié réussit le pari risqué d’un film de qualité là où tout le prédestinait à faire partie de la liste des navets de l’année. Malgré un final marqué de nombreux paradoxes, ce long-métrage reste un plaisir divertissant dont on aurait tort de se priver.