amazon disney

belle bête Disney bande originale soundtrack album beauty beast

Fiche technique.

Compositeur : Alan Menken.
Paroles : Howard Ashman et Alan Menken.
Adaptation française : Claude Rigal-Ansous.
Label : Walt Disney Records.

Achat.

Ecouter.

Tuons la Bête.

Interprétée par François Leroux.

(Gaston)
La Bête va emporter vos enfants. Elle viendra les dévorer la nuit.

(Belle)
Non !

(Gaston)
Il doit finir au milieu des trophées accrochés sur mon mur ! Il faut tuer cette Bête !

(Villageois)
Il faut tuer cette bête,
Qui viendra chez nous la nuit.
Dévorer l’enfant qu’il guette.
De son féroce appétit.
Il va détruire le village.
Si nous ne l’empêchons pas.

(Gaston)
À vos armes et partons au combat !
Aux armes ! Tous avec moi.

Dans la pluie, dans le vent.
Dans la fièvre et le vacarme,
Se prépare une terrible chevauchée.
Aux frontières du mystère.
Au château de l’impossible,
Vit le Diable dans son horrible tanière.
Un butor sanguinaire aux crocs d’enfer.
Monstre fou qui se joue de la mort.
Ombre rouge, bête infâme.
Tu y perdras ton âme.
Dans la rage du carnage.
Tuons la Bête !

(Belle)
Non, je ne te laisserai pas faire ça !

(Gaston)
Si tu n’es pas avec nous, tu es de son côté. Amenez ce vieux fou de Maurice !

(Maurice)
Je ne veux pas, lâchez-moi !

(Gaston)
Il faut à tout prix les empêcher d’aller prévenir le monstre.

(Belle)
Ouvrez-nous !

(Gaston)
Nous débarrasserons le village de la Bête. Qui est avec moi ?

(Villageois)
Enfourchez vos montures.

(Gaston)
Et que la fureur guide nos pas.

(Villageois)
Gaston saura nous montrer le chemin.
Dans la pluie, dans le vent.
Au château de l’impossible.
Vit le Diable et sa légende de centaure.

C’est un monstre aussi haut qu’une montagne.
Sans répit traquons-le dans la nuit.
Taïaut ! Taïaut ! À vos pieux !
À vos flèches !
Prions Dieu car le temps presse.

(Gaston)
Nous allons assiéger le château du vampire et ramener sa tête !

(Belle)
Je dois prévenir la Bête. Tout est de ma faute. Oh papa, qu’est-ce que nous allons faire ?

(Maurice)
Fais-moi confiance. Nous allons trouver un moyen.

(Villageois)
L’inconnu nous effraie, l’imprévu nous terrorise.
Et cette chose mystérieuse nous inquiète.
Compagnons, à vos armes !
Sauvez vos enfants, vos femmes.
Et brandissez vos oriflammes !
Tuons la Bête !

(Big Ben)
Je le savais ! Je le savais ! C’était de la folie de s’accrocher à cet espoir.

(Lumière)
Finalement, il aurait mieux valu qu’elle ne mette jamais les pieds ici. C’est elle qui revient ?

(Mrs. Samovar)
Vous croyez ?

(Lumière)
Sacrebleu, nous sommes envahis !

(Big Ben)
Le château est assailli ?

(Mrs. Samovar)
Et ils ont le miroir !

(Big Ben)
Avertissez le Maître. Si ces manants veulent la bagarre, ils seront bien servis
Qui m’aime me suive !

(Gaston)
Libres à vous de prendre tout ce qu’il vous plaira.
Mais n’oubliez pas, la Bête est à moi !

(Villageois)
Sous le vent des bannières.
Nous marchons à la bataille.
Malgré le danger qui pèse sur nos têtes.
Le javelot pour blason.
Et aux lèvres une chanson.
Oui, nous sommes sûrs que nous vaincrons.
Tuons la Bête !

(Mrs. Samovar)
Pardonnez-moi, Maître.

(La Bête)
Qu’on me laisse en paix.

(Mrs. Samovar)
Mais sir, le château est attaqué !

(Villageois)
Tuons la Bête !
Tuons la Bête !

(Big Ben)
On y arrivera jamais !

(Babette)
S’il te plaît, trouve quelque chose mon doudou.

(Lumière)
Ça y est, je sais !

(Villageois)
Tuons la Bête !
Tuons la Bête !

(Mrs. Samovar)
Que devons-nous faire, Maître ?

(La Bête)
Plus rien n’a d’importance… Laissez-les entrer.

(Villageois)
Tuons la Bête !
Tuons la Bête !
Tuons la Bête !