The sessions.

affiche poster sessions disney fox

Réalisateur : Ben Lewin.
Scénariste : Ben Lewin.
Producteur : Judi Levine, Stephen Nemeth, Ben Lewin.
Compositeur : Marco Beltrami.
Société de production : Fox Searchlight Pictures, Such Much Films et Rhino Films.
Distributeur : Fox Searchlight Pictures.
Première mondiale : 20 janvier 2012 (Sundance).
Sortie USA : 22 juin 2012.
Sortie française : 6 mars 2013.
Titre original : The sessions.
Durée : 1h35.
Budget : 1 million de dollars.
Recette mondiale : 10,7 millions de dollars.
Recette USA : 6 millions de dollars.
Entrées françaises : 31 328 entrées.

Résumé.

Mark est atteint de la polio. Il fait appel à Cheryl, une auxiliaire de sexualité afin de découvrir ce domaine qu’il ne connait pas.

Achats.

Casting.

Mark O’Brien : John Hawkes (VF : David Pion).
Cheryl Cohen Greene : Helen Hunt (VF : Colette Sodoyez).
Père Brendan : William H. Macy (VF : Franck Dacquin).
Vera : Moon Bloodgood (VF : Cathy Boquet).
Amanda : Annika Marks (VF : Maia Baran).
Rod : W. Earl Brown (VF : Inconnue).

En savoir plus.

The sessions est l’adaptation de l’article On Seeing a Sex Surrogate de Mark O’Brien publié en 1990 basée sur sa propre vie.

Le réalisateur Ben Lewin a également été touché par la polio.

image sessions disney fox

Afin de reproduire la posture d’O’Brien, l’acteur John Hawkes avait mis un coussin sous une partie de son dos afin d’en déformer sa colonne vertébrale. Par conséquence, certains de ses organes ont commencé à migrer.

Le film a débuté avec comme titre The Surrogate.

Le tournage s’est déroulé en Californie.

Notre critique de The sessions.

Un sujet rarement montré au cinéma qui va donc faire l’objet d’une belle histoire.

image sessions disney fox

Car oui, ce scénario est empli de beauté sous toutes ses formes. Tout d’abord, le film veut montrer la beauté des sentiments au-delà du physique. Sauf que là, on parle d’une absence de physique et comment le héros voit le monde à travers un corps absent. Ensuite, de la beauté de la sexualité. Alors que souvent les films traitant de ce domaine sont assez crus ou dans l’excès, ici, alors que ça représente la très grande majorité du film, il n’y a rien de bestial, de choquant ou de plaisant. On est dans une forme d’éducation sexuelle, de confiance en soi, de développement personnel et de découvertes de plaisirs.

image sessions disney fox

Le film aborde aussi le thème de l’Amour. Mark aimerait aimé et être aimé mais c’est à sens unique jusqu’à sa rencontre avec Cheryl. Cette dernière se montre très professionnelle et pourtant, comme elle est là pour l’aspect sexuel, il va forcément s’attacher à elle car c’est sa “première”. Mais il y a aussi une forme de réciprocité dérangeante pour Cheryl. Elle se doit de rester professionnel tout en devant gérer sa vie de famille. C’est là aussi un point qui aurait pu être encore plus développé. Elle a un métier assez particulier et qui a impact sur son mariage. Dommage que seules quelques scènes abordent ce cas.

Autre élément abordé, la religion. Mark est croyant et il se confie à un prêtre, devenu ami. De ce fait, on a également une approche sur la place de la sexualité par rapport à la religion. Loin d’être dans les clichés ou le clivage, il y a une profonde réflexion sans dénaturer l’un pour l’autre. Cela apporte même une petite touche amusante avec la gêne du prêtre de parler d’un sujet qu’il ne connait pas personnellement. Dans l’ensemble, le film manque quand même d’une part d’émotions plus intense pour sublimer tout ça.

image sessions disney fox

Le casting est excellent ici. D’un côté, John Hawkes qui doit passer un maximum d’émotions à travers juste son visage et c’est parfaitement réussi. Son personnage est attachant à travers les différentes découvertes qu’il fait tout en ayant un sentiment de culpabilité sur sa condition. De l’autre, Helen Hunt est remarquable. Elle est attendrissante, percutante et très expressive. On en sait peu sur son personnage et c’est un peu le cas aussi de John. L’un comme l’autre, ils auraient mérité d’être plus approfondi. Les rôles secondaires sont idéaux également entre le prêtre qui a l’écoute attentive et la note de légèreté puis avec l’assistante de vie, très froide d’apparence mais qui prend à cœur son travail.

Mêlant comédie romantique et drame à la fois, la réalisation est à la hauteur. Mais la force qu’elle a réside en sa mise en scène. En général, les scènes de sexe au cinéma sont gratuites, sans réels intérêts scénaristiques et érotiques le plus possible. Ici, on est dans la sobriété, des plans simples, ce n’est pas une recherche du désir et c’est plus une exploration sensorielle que de se rincer l’œil. Même la bande originale se veut très discrète (parfois trop) et n’impose pas la musque romantique pour les scènes dans le lit.

image sessions disney fox

The sessions a énormément de qualités pour un film pourtant peu connu.

La note de Fabien

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

Vous pourriez être intéressés par ces articles