DERNIÈRES ACTUALITÉS

Super Noël : Tim Allen reprend le rôle pour la série.

Le Père Noël repart pour de nouvelles aventures !

Real Steel : une série du film en développement.

Nouveau dérivé d'un long-métrage !

Fresh : nouveau film de Disney+.

Une nouvelle rencontre amoureuse !

Mort sur le Nil : les affiches des personnages.

Hercule Poirot et ses suspects se montrent !

Bob’s burgers : la bande-annonce du film !

La série d'animation débarque au cinéma !

The premise.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster premise disney

Créateur : B. J. Novak.
Réalisateur : Kitao Sakurai, BJ Novak, Darya Jouk et Jake Schreier.
Scénariste : B.J. Novak, Jia Tolentino et Josie Duffy Rice.
Producteur : B. J. Novak et John Lesher.
Compositeur : Emily Bear, Brooke Blair, Will Blair et Jesse Novak.
Société de production : FX Productions.
Distributeur : Hulu / Disney+ Star.
Première diffusion USA : 16 septembre 2021.
Première diffusion française : 3 novembre 2021.
Période : 2021.
Titre original : The premise.
Durée moyenne d’un épisode : 30min.
Nombre de saisons : 1 saison.
Nombre d’épisodes : 5 épisodes.

Résumé.

Des personnages qui vivent des sujets de société à travers des histoires singulières.

Casting.

B.J. Novak : lui-même (VF : Jérémy Bardeau).
Chase Milbrandt : Jon Bernthal (VF : Jérôme Pauwels).
Daniel Jung : Daniel Dae Kim (VF : Cédric Dumond).
Ethan Streiber : Ben Platt (VF : Julien Alluguette).
Jesse Wheeler : Lucas Hedges (VF : Gauthier Battoue).
Allegra : Lola Kirke (VF : Marie Chevalot).
Abbi Miller : Kaitlyn Dever (VF : Rebecca Benhamour).
Aaron : Boyd Holbrook (VF : Stéphane Pouplard).
Eli Spector : Eric Lange (VF : Gérard Darier).
Eve Stone : Ayo Edebiri (VF : Aurélie Konaté).
Beth : Soko (VF : Victoria Grosbois).
Trish : Amy Landecker (VF : Audrey Sourdive).
Darren Williams : Jermaine Fowler (VF : Diouc Koma).

En savoir plus.

The premise est une série anthologique.

Le projet débute en juillet 2019.

image premise disney

Le tournage s’est déroulé en Californie.

Liste des épisodes.

1×01. Sex tape et justice sociale (VO : Social Justice Sex Tape).
1×02. La minute de silence (VO : Moment of Silence).
1×03. La ballade de Jesse Wheeler (VO : The Ballad of Jesse Wheeler).
1×04.Le commentateur (VO : The Commenter).
1×05. Le plug anal (VO : Butt Plug).

Notre critique de The premise.

Les séries anthologiques, c’est à double tranchant si la qualité n’est pas constamment au rendez-vous.

image premise disney
image premise disney

Avec cinq épisodes, effectivement la balance est déjà délicate et avec des formats très courts, d’autant plus. Il n’y a donc vraiment aucun lien entre les épisodes si ce n’est que chacun traite d’un thème spécifique : la justice, les armes à feux, la popularité, le harcèlement en ligne et la rédemption. Des sujets forts et qui sont vraiment d’actualité. C’est donc sur le papier une des réussites. Malheureusement, cela reste vraiment sur le papier. Même si on n’est loin de la catastrophe, mais sur cinq épisodes, seulement deux méritent vraiment le détour (les épisodes 2 et 5). Ils détiennent tous les deux une grande qualité d’écriture avec des répliques percutantes et qui font réfléchir. C’est prenant et captivant. L’épisode 1 a le mérite de montrer le parallèle entre la honte de la sex tape et une arrestation illégale tandis que l’épisode 4 se concentre sur les réseaux sociaux mais sans jamais approfondir vraiment le sujet. Quant à l’épisode 3, il est vraiment inintéressant car se perd dans ses idées.

Le casting général de la série s’en sort plutôt bien mais on retiendra surtout les performances de deux têtes déjà connus, à savoir Jon Bernthal et Daniel Dae Kim mais on retiendra aussi celle d’Eric Lange qui se veut très touchant. D’un point de vue technique, la mise en scène est bonne mais n’apporte rien d’original. Dommage car cela aurait pu apporter une plus-value à cette très courte série. À part l’épisode 3 qui tente quelque chose avec une séquence animée, le reste est très conventionnel. Le fait d’opter pour des épisodes de 30min permet d’aller à l’essentiel sans trop d’inutilité scénaristique et donne donc beaucoup de rythme qu’on ne voit pas le temps passer. Enfin, les introductions de B. J. Novak ne servent vraiment à rien si ce n’est mettre un petit coup de projecteur sur lui-même pour dire qu’il a créé cette production.

image premise disney
image premise disney

The premise est inégal et cela restera sa principale faiblesse.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp
Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.