The french dispatch.

ACTUALITÉS



La note de Marine
affiche poster french dispatch disney fox

Réalisateur : Wes Anderson.
Scénariste : Wes Anderson.
Producteur : Wes Anderson, Jeremy Dawson, Steven M. Rales et Scott Rudin.
Compositeur : Alexandre Desplat.
Société de production : American Empirical Pictures, Indian Paintbrush et Studio Babelsberg.
Distributeur : Searchlight Pictures.
Sortie USA : 22 octobre 2021.
Sortie française : 27 octobre 2021.
Titre original : The french dispatch.
Durée : 1h43.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : Inconnue.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé.

Un journaliste américain s’intéresse à la vie des français du village d’Ennui-sur-Blasé afin d’écrire trois histoires différentes pour sa nouvelle création « The French Dispatch Magazine ».

Achats.

À venir.

Casting.

Moses Rosenthaler : Benicio del Toro (VF : Inconnue).
Julian Cadazio : Adrien Brody (VF : Inconnue).
J. K. L. Berensen : Tilda Swinton (VF : Inconnue).
Simone : Léa Seydoux (VF : Inconnue).
Lucinda Krementz : Frances McDormand (VF : Inconnue).
Zeffirelli : Timothée Chalamet (VF : Inconnue).
Juliette : Lyna Khoudri (VF : Inconnue).
Roebuck Wright : Jeffrey Wright (VF : Inconnue).
Lieutenant Nescafier : Stephen Park (VF : Inconnue).
Arthur Howitzer Jr. : Bill Murray (VF : Inconnue).
Herbsaint Sazerac : Owen Wilson (VF : Inconnue).
Boris Schommers : Christoph Waltz (VF : Inconnue).

En savoir plus.

Le projet débute en 2018.

Le film devait initialement sortir le 26 août 2020 mais fut repoussé suite à la pandémie.

image french dispatch disney fox

Le tournage s’est déroulé de novembre 2018 à mars 2019 en France (Angoulême).

Notre critique de The french dispatch.

Nous voilà plongés entre les pages d’un journal local français, parfaitement mis en scène par un Wes Anderson au sommet de son art. Largement inspiré du célèbre magazine The New Yorker pour sa nouvelle production, le réalisateur souhaitait faire un film composé de plusieurs petites histoires. Le prétexte était donc tout trouvé.

Mais point de domination américaine dans ce film, puisque toute l’intrigue se passe en France, à Ennui-sur-Blasé. Vous vous en doutez, on n’a pas pu s’empêcher d’émettre un petit rire en lisant le nom. C’est donc ici, dans cette ville à la topographie semblable à celle de Paris, qu’Arthur Howitzer, Jr., fondateur de The French Dispatch, passe son temps à lire, à corriger et à publier les nouvelles de ses journalistes, en nous immergeant au cœur des mots.

image french dispatch disney fox
image french dispatch disney fox

Tournant les pages de ce magazine avec brio, le réalisateur permet au spectateur de passer d’un édito à un autre, en n’oubliant jamais la nécrologie ni même la petite bande-dessinée qui s’observe ici en un véritable court d’animation. Le ton est donné, et Anderson ne semble ne rien avoir perdu de son génie créatif. Et même si, comme dans la plupart de ses autres films, on peut se sentir un peu perdu devant une telle expérience, Anderson parvient toujours à nous rattraper et à nous captiver. C’est d’ailleurs cette idée de ne pas bien savoir où l’on va qui est plaisante et redondante dans son cinéma.

Véritable petit manuel des possibilités infinies qu’offrent les techniques cinématographiques, l’œuvre d’art à laquelle nous assistons propose plan large, 4/3 et 16/9, quelques cut, plusieurs transitions et parfois, si l’envie lui prend, de violents changements d’axes. Tandis qu’Anderson coupe, ajuste, cadre, zoom et dézoome, il s’essaye aussi au noir et blanc pour finalement laisser place de temps en temps à la couleur. Le plaisir pour les yeux est en tout point total, comme il l’est pour la construction de l’histoire.

De plus, les trouvailles et les inventions ne manquent pas. Il faut regarder partout à l’écran pour en dénicher une, puis deux, puis dix. Un puits sans fin ! Que dire aussi de cet humour vif et de ces nombreuses références à la culture française : les cigarettes le Gaulliste, les marrons glacés, le café Le Sans Blague, les rats du métro et on en passe. Mais Anderson s’est également inspiré de réalisateurs de talent tels que Jacques Tati et sa ville cinéma, Jean Renoir et ses films engagés ou encore Jean-Luc Godard et sa Nouvelle Vague.

image french dispatch disney fox
image french dispatch disney fox

En cela, le film est un hommage au cinéma, ses réalisateurs et ses techniques, tout comme il témoigne d’un amour pour l’art de manière très générale. En effet, en plus de tout le reste, on parcourt plusieurs périodes historiques, des 50s aux 70s en embrassant une multitude de styles et de looks différents. Une fois encore, les yeux sont servis.

Enfin, il est impossible d’évoquer The French Dispatch sans penser à la pléiade d’acteurs interprétant à tour de rôle les véritables protagonistes qui ont inspiré Anderson. Bill Murray en directeur de la gazette, Benicio Del Toro en artiste tourmenté, Timothée Chalamet en jeune révolutionnaire, Owen Wilson en auteur découragé, Edward Norton jouant le chauffeur Joe, Guillaume Gallienne en père désabusé, et bien d’autres encore.

Dans The French Dispatch, où rien n’est oublié et où tout est pensé, on sent que le réalisateur s’est amusé et a pris plaisir à proposer un tel rendu. Les adeptes de Wes Anderson ne seront pas déçus !

La note de Marine
banniere-dp-vers-dlp