fbpx


Cinéma The defender.

The defender.

affiche poster defender bodyguard beijing disney dimension

Fiche technique.

Réalisateur : Corey Yuen.
Scénariste : Gordon Chan et Kin-chung Chan.
Producteur : Jet Li.
Compositeur : Wai Lap Wu.
Société de production : Eastern Productions et Golden Harvest Company.
Distributeur : Dimension Films.
Sortie Hong Kong : 28 juillet 1994.
Sortie USA : 15 août 2010 (directement en DVD).
Sortie française : 24 août 2010 (directement en DVD).
Titre original : The defender (USA), Zhong Nan Hai bao biao / The bodyguard from Beijing (Hong Kong).
Durée : 1h29.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA :  Aucune .
Entrées françaises : Aucune.

Résumé.

Allan est missionné à Hong Kong pour protéger une jeune femme témoin d’un meurtre en tant que garde du corps. Il doit veiller à sa sécurité jusqu’au procès.

Univers.

>> Bande originale

>> Répliques

Achats.

Casting.

Allan Hui Ching Yeung / John Chang (USA) : Jet Li (VF : Pierre-François Pistorio).
Charlie Leung Kam-Po / Fat Po (USA) : Kent Cheng (VF : Inconnue).
Michelle Yeung : Christy Chun (VF : Déborah Perret).
Killer Wong / Wang Wenjun (USA) : Collin Chou (VF : Inconnue).
Keung / Ken (USA) : Wing-Chung Leung (VF : Inconnue).
James Shong Sai-cheung : Wai-Kwok Ng (VF : Vincent Violette).
Billy Yeung : Wai-lim Chu (VF : Brigitte Lecordier).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

The defender s’inspire du film Bodyguard.

image defender bodyguard beijing disney dimension

Le tournage s’est déroulé à Hong Kong.

Notre critique de The defender.

Une version hongkongaise de Bodyguard. Tentons l’expérience.

image defender bodyguard beijing disney dimension

Dès le générique d’ouverture on sent qu’on va vers le n’importe quoi et on en est confirmé avec la séquence d’ouverture qui suit. Il faut garder en tête qu’on est dans le cinéma asiatique avec ses propres codes et manières de faire. Si on aime ce style, effectivement on pourra être comblé. Autrement, c’est un supplice. La réalisation use d’angles de vues improbables, d’un dynamisme beaucoup trop soutenu, de passages en accélérés inutilement ou au contraire ralenti… inutilement. Les combats sont tellement chorégraphiés qu’il n’y a rien de naturel, sans oublier non plus les lois de la gravité défiées. Puis on parlera à peine des lois de la physique inexistantes quand un personnage arrive à parcourir plusieurs mètres et faire plusieurs mouvements en moins de temps qu’une balle de revolver pour faire une courte distance avant de toucher sa cible. Enfin, la bande originale tape sur le système. En effet, c’est la même musique lancinante (et hors de propos sur les scènes d’action…) qui revient constamment.

image defender bodyguard beijing disney dimension

Quant au scénario de The defender, on va dire que ça passe. Un garde du corps surentraîné doit protéger une fille qui ne veut pas d’aide avant de finalement se rendre compte que ce serait bien utile et de tomber amoureuse de son protecteur. On retrouve pas mal le scénario de Bodyguard même si en moindre qualité et avec une fin totalement différente. Tout est assez prévisible et surtout mal amené. Certains passages vont trop dans la surenchère à l’instar des fusillades (tellement risibles) et des combats au corps à corps. Aucune subtilité et encore moins d’émotions.

image defender bodyguard beijing disney dimension

Jet Li n’aide pas non plus. Mono-expressif (à part un plan où il sourit), il n’offre aucun charisme à son personnage. Ce dernier étant de plus l’archétype du super soldat, respectueux de ses codes et tellement froid dans sa manière d’être, un robot en fait. La femme qu’il doit protéger n’est pas plus intéressante, étant tout d’abord réfractaire avant de tomber en un clin d’oeil raide dingue de lui. Pour l’antagoniste, pas besoin de le présenter : un cliché ambulant du vilain tout méchant.

image defender bodyguard beijing disney dimension

The defender est à voir si on adhère au cinéma hongkongais et sans avoir en tête son film de référence. Sinon, le générique de fin est un vrai soulagement jusqu’à ce qu’on réentende encore la même musique…

La note de Fabien

En bref

On ne sait pas trop de ce qu'il fallait qu'on défende.