Cinéma Star Wars : Episode IX - L'ascension de Skywalker.


Star Wars : Episode IX – L’ascension de Skywalker.

Affiche Poster star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

Fiche technique.

Réalisateur : J.J. Abrams.
Scénariste : J.J. Abrams.
Producteur : Ram Bergman et Kathleen Kennedy.
Compositeur : John Williams.
Société de production : Lucasfilm, Bad Robot et Walt Disney Pictures.
Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures.
Sortie USA : 20 décembre 2019.
Sortie française : 18 décembre 2019.
Titre original : Star Wars : Episode IX : The rise of Skywalker.
Durée : 2h20.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : Inconnue.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé

Alors que Palpatine est de retour, la résistance tente de contrecarrer le nouvel Ordre. Rey et Kylo partagent de plus en plus la Force et chacun doute de son camp.

Univers.

Achats.

Casting

Rey : Daisy Ridley (VF : Jessica Monceau).
Finn : John Boyega (VF : Diouc Koma).
Kylo Ren : Adam Driver (VF : Valentin Merlet).
Poe Dameron : Oscar Isaac (VF : Benjamin Penamaria).
Leia Organa : Carrie Fisher (VF : Béatrice Delfe).
Rose Tico : Kelly Marie Tran (VF : Inconnue).
Chewbacca : Joonas Suotamo.
C-3PO : Anthony Daniels (VF : Jean-Claude Donda).
R2-D2 : Jimmy Vee.
Général Hux : Domhnall Gleeson (VF : Jean-Pierre Michaël).
Lando Calrissian : Billy Dee Williams (VF : Inconnue).
Maz Kanata : Lupita Nyong’o (VF : Marie Tirmon).
Kaydel Ko Connix : Billie Lourd (VF : Inconnue).
Jannah : Naomi Ackie (VF : Inconnue).
Général Pryde : Richard E. Grant (VF : Inconnue).
Zorri Bliss : Keri Russell (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

Lors du rachat de Lucasfilm par la Walt Disney Company, il est très rapidement prévu la suite des aventures en offrant une nouvelle trilogie. Il est annoncé quelques temps plus tard le retour des héros de la trilogie d’origine.

En septembre 2017, le réalisateur Colin Trevorrow est licencié et remplacé quelques jours plus tard par J.J. Abrams.

Image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm
©Annie Leibovitz

Leia devait avoir une place centrale dans ce nouveau film mais son actrice Carrie Fishier est décédée en 2016. Il fut décidé d’utiliser d’anciennes scènes coupées tout en réécrivant le scénario afin de l’incorporer dans l’histoire.

Star Wars : Black Diamond était le titre de travail du film.

Le scénario du film a été oublié dans une chambre d’hôtel par un des acteurs et il s’est vu retrouvé en vente sur eBay. Disney et Lucasfilm l’ont racheté afin d’éviter les fuites.

Le tournage s’est déroulé en Californie, en Angleterre et en Jordanie.

Notre critique de Star Wars : Episode IX – L’ascension de Skywalker.

Un neuvième épisode qui a de gros enjeux sur les épaules : conclure une trilogie, conclure une saga de près de 50 ans et passer après le huitième épisode qui a divisé les fans (mais que nous avons adoré, vous pouvez relire notre critique en cliquant ici).

image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

La séquence d’ouverture de Star Wars : L’ascension de Skywalker nous plonge directement dans l’ambiance avec le retour d’un personnage culte : Palpatine. On le pensait mort avec Le retour du Jedi mais non. Vu comme ça, on pourrait se dire que c’est vraiment une solution de facilité. Pourtant, il n’en est rien car l’histoire tourne autour de lui mais pas que. C’est là la force du scénario, il va encore plus loin que l’épisode précédent sur la Force et le Côté Obscur. Les derniers Jedi avait abandonné ce fameux combat très manichéen du bien contre le moral avec chacun son camp et ses clichés. On était plus dans la subtilité, le doute, que le mal peut devenir le bien et inversement. Cela donnait quelque chose de bien plus profond que ce nouveau film réussit avec succès à parachever.

image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

En effet, le schéma est toujours respecté avec ce doute permanent et cette lutte intérieure des personnages. Même si on peut trouver certaines choses prévisibles, la construction de l’histoire est habile pour nous occuper durant 2h30 sans vaciller et sans s’ennuyer. Surtout, nous avons notre lot de surprises qu’on n’avait vraiment pas vu venir grâce à une promotion du film qui a occulté beaucoup d’éléments.

image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

L’ascension de Skywalker pourrait se décomposer en trois parties. La première qui est le combat entre Rey et Kylo sur quel camp choisir tout en approfondissant plus les personnages. On s’en prend plein les yeux avec les différents combats aux sabres lasers, les courses-poursuites… Il y a beaucoup de rythmes tout en allant vraiment vers l’historique des Sith qui font leur grand retour, tout en découvrant certaines choses du côté des Jedi. Les deux grandes factions gagnent en intérêt. La seconde partie du film mise plus sur les émotions et on peut dire qu’on est servi jusqu’à verser des larmes pour les plus sensibles. La révélation tant attendue est faite, cela bouscule un peu les pions sur l’échiquier et on se pose un peu plus pour mieux apprécier les scènes plus intimistes. Enfin, que serait un film de cette envergure sans bataille spatiale ? La dernière partie du film répond à cette question et frappe fort. Mais sans aller non plus dans l’excès mais que de frissons quand même ! En alternance, c’est évidemment l’ultime confrontation des protagonistes principaux avec là encore, des surprises et des moments forts.

Image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

On le savait, cette nouvelle trilogie avait pour personnage central Rey et surtout qui elle est. La plupart s’en doutait, d’autres seront peut-être surpris, quoi qu’il en soit, on sait enfin. Pourtant, ce ne sont pas ses origines qui marque le plus le personnage. Rey gagne beaucoup de pouvoirs, mais vraiment beaucoup. Ça ne fait pas d’elle un être surpuissant, loin de là, car justement, ses pouvoirs peuvent servir les deux côtés. Elle continue de les apprivoiser mais vu qu’elle lutte intérieurement pour ne pas basculer du Côté Obscur, elle sait qu’elle pourrait être vite dépassée. Sauf si elle avait déjà basculé ? C’est encore une fois la force de Rey qui diffère vraiment des deux autres trilogies. Là où Luke était le bien incarné, là où Anakin était le mal en puissance, Rey est celle qui a un pied des deux côtés et que ce sont ses actes qui vont la définir. Daisy Riley, son interprète, montre tout l’étendue de son talent dans la joie, la colère, la tristesse et la haine.

Image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

En face, nous avons Kylo Ren. Nouveau Leader Suprême, lui aussi son personnage évite le traditionnel grand méchant classique dominateur de la galaxie. Son acte dans l’épisode VII le hante toujours, le lien qu’il partage avec Rey ne fait que se renforcer. Est-ce que le méchant peut devenir gentil ? Ce n’est pas aussi simple ici et tout se fait avec le temps, creusant encore plus dans les méandres du personnage pour en donner quelque chose d’attachant et de captivant. Lui aussi a des choix à faire, mais peut-être les a-t-il fait depuis longtemps tout compte fait. Un personnage torturé qu’Adam Driver incarne à la perfection.

Image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

Une saga comporte son lot de personnages et on retrouve avec plaisir Poe, Finn, BB-8 et Chewbacca. La complicité des deux premiers est toujours présente et ils apportent la petite touche d’humour amusante qui détend l’atmosphère sans trop en faire, tout en apportant également de beaux moments de bravoure. BB-8 se trouve un peu en retrait, C-3P0 énerve toujours un peu et R2-D2 est quasi absent mais il a quand même eu huit films où il avait un bon rôle. On notera le retour de Lando pour quelques scènes sentant bon la nostalgie.

Image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

Enfin, Leia dont son actrice est décédée avant même le tournage de L’ascension de Skywalker, a forcément une présence minimale à l’écran mais sans être dénaturée. L’utilisation d’anciennes scènes coupées des deux films précédents ont permis d’offrir quelque chose de consistant sans utiliser aucun flash-back. C’est vraiment elle qu’on voit. Pour conclure, Palpatine est égal à lui-même et prend toute sa saveur dans la dernière partie. Il restera le grand méchant de l’univers Star Wars. Quant aux petits nouveaux du film, ils sont appréciables du côté de la résistance tandis que les Chevaliers de Ren du Côté Obscur ont de la prestance mais ne sont pas suffisamment mis en avant pour les craindre.

image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

J.J. Abrams est de retour après Le réveil de la Force, critiqué pour être un copier/coller de Un nouvel espoir. Au moins, on peut dire qu’il sait faire taire les mauvaises langues tant ici il a pioché un peu partout pour faire quelque chose de beau et de prenant, tout en respectant ce qui avait été fait dans le huitième opus. Une belle prouesse de sa part. Mais on le connait, il a surtout le sens de l’image et du mystère. Pari encore une fois gagné pour lui. Visuellement, c’est sublime et audacieux avec son propre style. Il sait manier le rythme pour nous tenir en haleine, il sait faire bouger la caméra pour nous faire vivre encore plus les scènes, il a le sens du spectacle sans tomber dans la surenchère. Si on devait mettre un bémol, ce serait sur la bande originale. Et oui, aucun morceau ne veut vraiment sortir du lot et le thème de Dark Vador revient bien trop souvent (même si ce ne sont que quelques notes).

Image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

Pour conclure une telle saga, il faut réussir à rassembler plusieurs générations de fans. C’est réussi avec des clins d’œil plus ou moins évident. Cependant, la prélogie est quasiment occultée, forçant plus les liens avec la trilogie d’origine. On retrouve des lieux cultes, des éléments clés et aussi d’autres surprises. On pourrait qualifier ça de “fan service” c’est vrai, sauf que ce n’est pas fait gratuitement. Chaque référence sert l’histoire qui puise dedans pour en faire quelque chose de plus grand.

image star wars ascension rise skywalker disney lucasfilm

Star Wars : Episode IX – L’ascension de Skywalker est une conclusion épique à une saga inter-générationnelle qui ne laissera pas indifférent.

La note de Fabien

En bref

Épique et époustouflant !