Spider-Man 3.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster spider-man 3 disney marvel

Réalisateur : Sam Raimi.
Scénariste : Alvin Sargent, Ivan Raimi et Sam Raimi.
Producteur : Avi Arad, Laura Ziskin et Grant Curtis.
Compositeur : Christopher Young.
Société de production : Columbia Pictures, Marvel Studios et Laura Ziskin Productions.
Distributeur : Columbia Pictures.
Sortie USA : 1er mai 2007.
Sortie française : 4 mai 2007.
Titre original : Spider-Man 3.
Durée : Inconnue.
Budget : 258 millions de dollars.
Recette mondiale : 895 millions de dollars.
Recette USA : 336,5 millions de dollars.
Entrées françaises : 6 336 433 entrées.

Résumé.

Peter affronte plusieurs obstacles : Harry qui veut se venger, Mary Jane qui se sent délaissée, le méchant Sandman. Mais surtout découvrir Venom, qui ressort la part sombre et en faire un Spider-Man bien différent.

Achats.

Casting.

Peter Parker / Spider-Man : Tobey Maguire (VF : Damien Witecka).
Mary Jane Watson : Kirsten Dunst (VF : Marie-Eugénie Maréchal).
Harry Osborn : James Franco (VF : Philippe Valmont).
Flint Marko / L’Homme-sable : Thomas Haden Church (VF : Hervé Furic).
Eddie Brock / Venom : Topher Grace (VF : Cédric Dumond).
Gwen Stacy : Bryce Dallas Howard (VF : Agathe Schumacher).
May Parker : Rosemary Harris (VF : Monique Martial).
J. Jonah Jameson : J. K. Simmons (VF : Jean Barney).
Curt Connors : Dylan Baker (VF : Lionel Tua).
George Stacy : James Cromwell (VF : Michel Ruhl).

En savoir plus.

Spider-Man 3 est la suite de Spider-Man et de Spider-Man 2. Le film a été lancé juste après la sortie du second opus.

Le Vautour a été envisagé comme antagoniste avec Ben Kingsley.

L’intégration de Venom n’était pas souhaité par Sam Raimi à l’origine. Ce dernier n’était pas fan du personnage, alors que les producteurs l’ont poussé car c’était un méchant attendu par les fans.

image spider-man 3 disney marvel

Il a été question pendant un temps que le film soit fait en deux parties.

Elisha Cuthbert et Scarlett Johansson ont été envisagés pour le rôle de Gwen Stacy.

Le tournage s’est déroulé de janvier à juillet 2006 à New York et en Californie.

Notre critique de Spider-Man 3.

Après un deuxième opus en demi-teinte, ce film va-t-il redresser la barre ? Comme beaucoup de trilogies, c’est naissance du héros, son sommet puis sa chute.

image spider-man 3 disney marvel

Par moment oui, mais pas beaucoup de moments malheureusement non. Dans le positif déjà, le fait que les scénaristes ont tenté d’approfondir plus la frontière entre le bien et le mal, qui était pourtant si prenant avec Sandman qui est un faux criminel en opposition à Spider-Man qui devient un faux-héros. Un concept qui aurait pu tenir l’intégralité du film mais… il en a été décidé autrement en occultant rapidement l’idée. Au final, on se retrouve avec beaucoup d’intrigues…

image spider-man 3 disney marvel

Ce qui aurait pu en faire une force en devient une faiblesse. Il se passe beaucoup trop de choses qui servent juste à boucher les trous. L’amourette de Gwen Stacy sert à un pseudo triangle sentimental sans intérêt, le photographe rival qui se réveille qu’à la fin du film, la carrière de Mary Jane qui ne décolle plus, Harry qui est amnésique le temps de quelques minutes avant de vouloir à nouveau se venger… Bref, un peu du n’importe quoi survolé. Les rares scènes émotionnelles sortent du lot mais sont noyées dans un déluge d’action ou bien d’humour inutile.

image spider-man 3 disney marvel

Peter est enfin bien plus travaillé même si on passe d’un extrême à l’autre. L’homme tout gentil a pris la grosse tête à être Spider-Man, puis va devenir un être insupportable, frimeur et qui se croit le meilleur avant de redevenir la gentille araignée du quartier. Au moins, il y a un certain mérite à montrer ce que la gloire peut faire d’un héros tout en mettant en avant aussi certaines fragilités. La version sombre de Spider-Man avait du potentiel mais passez amené, misant plutôt tout sur Peter. Dommage. MJ évolue un peu plus en étant la petite amie qui se sent délaissée. On la sent beaucoup plus impactée par le fait de vivre avec Spider-Man. En revanche, elle rebascule ensuite comme la fille en détresse à sauver. Du redondant pour elle… Quant à Harry, lui aussi propose plusieurs facettes mais on retient surtout celle de la dernière partie du film, bien plus touchant.

image spider-man 3 disney marvel

Du côté des antagonistes, l’inconvénient d’en mettre plusieurs dans un film est de devoir les gérer. On les découvre très vite dans Spider-Man 3. Sandman est très touchant, montrant un méchant au grand cœur. Même si rien n’excuse ce qu’il est, on comprend ce qu’il endure et en est même attachant. Dommage que son personnage apparait ici et là et que sa motivation première n’est en réalité jamais d’utilité scénaristique. Quant à Venom, déjà son apparition arrive comme ça, sans trop d’explications ni origines. Sa réelle ascension arrive que vers la fin mais comme pour Sandman, c’est trop superficiel pour qu’on le craigne vraiment.

image spider-man 3 disney marvel

Sam Raimi reprend le tissage de la toile pour la troisième fois mais on le sent beaucoup moins satisfait. On a droit à beaucoup trop de clichés (le drapeau américain, le coucher de soleil…) et une action bien plus conséquente mais pas toujours de qualité (comme la poursuite Peter/Harry). Il y a également une certaine surenchère qui ne décolle pas la rétine. Les effets visuels sont ainsi inégaux et parfois trop visibles. Danny Elfman n’a pas repris la baguette et ça se ressent. La bande originale manque de véritables thèmes et on retiendra uniquement la naissance de Sandman qui est la plus belle mélodie du film.

image spider-man 3 disney marvel

Spider-Man 3 aurait pu être, comme souvent dans une trilogie, la chute du héros. C’est plutôt ici la chute du film.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp