Sneakerella.

La note de Fabien
affiche poster sneakerella disney

Réalisateur : Elizabeth Allen Rosenbaum.
Scénariste : Tamara Chestna, George Gore II et Mindy Stern.
Producteur : Jane Startz, Rachel Watanabe-Batton et Christopher Scott.
Compositeur : Elvin Ross.
Société de production : Disney Channel, Disney+ et Jane Startz Productions.
Distributeur : Disney+.
Sortie USA : 13 mai 2022.
Sortie française : 13 mai 2022.
Titre original : Sneakerella.
Durée : 1h51.
Budget : Inconnu.

Résumé.

El travaille dans une boutique de chaussures et est un jeune styliste bourré de talent mais il cache ses compétences à son beau-père suite au décès de sa mère. Il va également devoir affronter ses deux demi-frères qui l’empêchent de s’épanouir pleinement sur ce qu’il sait faire. Lorsqu’il rencontre Kira King (la fille de Darius King, roi de la chaussure de sport), le feeling se fait entre eux. Avec l’aide de son parrain et le soutien de sa meilleure amie Sami, El décide de devenir un styliste reconnu et de percer dans un milieu très fermé : celui de la sneaker.

Casting.

El : Chosen Jacobs (VF : Benjamin Douba-Paris).
Kira King : Lexi Underwood (VF : Melissa Bérard).
Darius King : John Salley (VF : Thierry Desroses).
Sami : Devyn Nekoda (VF : Emilie Rault).
Gustavo : Juan Chioran (VF : Inconnue).
Liv : Robyn Alomar (VF : Inconnue).
Trey : Bryan Terrell Clark (VF : Daniel Lobe).
Zelli : Kolton Stewart (VF : Inconnue).
Stacey : Hayward Leach (VF : Inconnue).

En savoir plus.

Le projet est annoncé en 2019.

image sneakerella

Le film devait initialement sortir le 18 février 2022.

Le tournage s’est déroulé au Canada.

Notre critique de Sneakerella.

Qui ne connait pas le conte mettant à l’honneur Cendrillon ? Maintes fois adaptées au cinéma comme à la télévision, Disney+ veut apporter sa pierre à l’édifice.

image sneakerella
image sneakerella

Dur de ne pas saluer l’originalité quand même apporté dans ce film. On reprend quelques éléments du contes ainsi qu’une certaine structure mais ça s’arrête là. L’ensemble du scénario apporte pas mal de nouveautés qui font du bien et nous font surtout beaucoup plus apprécié l’histoire. On commence déjà par une version plus moderne vu qu’elle se passe à notre époque. Les robes laissent leurs places aux sneakers et nous permet ainsi de découvrir un monde moins connu du grand public avec le stylisme… des chaussures. C’est assez bien montré et cela pourrait créer un engouement supplémentaire. Ensuite, car le film porte aussi beaucoup de beaux messages, que ce soit sur le fait de croire en soi et en ses capacités, de vouloir atteindre ses rêves, de vouloir rendre hommage aux personnages disparues, de vouloir se démarquer du lot en s’exprimant à travers des créations… Tout ce qui rend le scénario bien plus marquant même si ça reste des ficelles habituelles mais la manière dont c’est construit donne un très bon rendu.

On aurait aimé que le scénario accentue plus le harcèlement que vit le héros avec ses demi-frères. Cela aurait été un thème d’actualité qui méritait une place mieux travaillée. Mais un autre élément va diviser les gens et on va se ranger dans le camp des déçus. En effet, là où toute l’histoire se veut contemporaine avec beaucoup de réalité dont on pourrait s’identifier, la magie est présente ici au sens littéral. Quel dommage de voir des pouvoirs magiques, des transformations rapides, des apparitions soudaines… Même si ça apporte de la féerie, cela déconnecte du monde réel et laisse sous-entendre que pour y arriver il faut du surnaturel. Enfin, on reste déçu par la dernière partie qui vise trop dans le spectacle émotionnel alors que c’est un moment qui aurait du être plus intimiste et qui aurait été bien plus percutant.

image sneakerella
image sneakerella

Point fort sur le casting qui se veut idéal pour les rôles proposés. On note déjà un inversement des sexes avec la famille des riches avec la « princesse » et la famille des « pauvres » avec le garçon et sa famille masculine. C’est une autre petite touche d’originalité qui rompt avec les autres adaptations. El est un personnage très attachant. Il a de l’ambition, une grande créativité, des rêves plein la tête mais tout est renfermé en lui. Il vit avec un beau-père autoritaire qui n’ouvre pas assez les yeux sur les talents de son beau-fils, ainsi que ses deux demi-frères qui sont extrêmement insupportables et caricaturaux (dommage de ne pas avoir donné un peu plus de sérieux à ces protagonistes là). Mais surtout, il vit avec la perte de sa mère et qu’il veut garder son rêve à elle. C’est un deuil qu’il n’a pas tout à fait effectué mais qui le motive à aller au-delà de lui-même.

La « princesse » du film est donc Kira. Elle a envie de s’investir dans l’entreprise mais elle n’a pas la même approche que sa sœur très entreprenante et de son père qui est au sommet de la gloire et qui veut garder ce succès (par chance, il n’est pas égocentrique). Elle se veut plus terre à terre et elle voit en El un moyen d’apporter sa contribution à la société familiale tout en mettant en avant un jeune créateur. Tous deux vont forcément être à la naissance d’une romance mais elle ne prend pas toute la place du film et c’est salutaire. C’est surtout une collaboration et une aide mutuelle qui sont prépondérantes dans l’intrigue. Enfin, on apprécie beaucoup Sami, la meilleure amie d’El. Elle lui est d’un grand soutien et d’une précieuse aide, se voulant plus ouverte et épanouie que lui, créant ainsi un parfait binôme.

image sneakerella
image sneakerella

On ne peut pas le cacher, ce film répond à un standard de Disney : les chansons. Oui, c’est une comédie musicale. Cependant, il n’y a pas une tonne de chansons et tant mieux. Elles arrivent au bon moment et se veulent à l’image du long-métrage. En effet, rap et r’n »b rythment le film et offrent même de très belles chansons (surtout celle où El se remémore sa mère, une chanson qui se veut très poignante). Les chorégraphies suivent la mouvance mais n’apportent pas une grande originalité. C’est plus du côté technique qu’on sent que la réalisatrice a voulu se démarquer. Sa mise en scène est dynamique avec des angles de caméra qui diffèrent de d’habitude et de ce qu’on aurait pu attendre de ce genre de production. Elle s’appuie vraiment sur les mouvements et sur les décors pour jouer avec l’image. Il y a aussi l’utilisation de plusieurs effets visuels qui ne sont pas tous parfaits et dont on aurait pu se passer sur certains points. On terminera sur de légers petits clins d’œil au grand classique d’animation de Disney disséminés rapidement sur quelques plans.

Sneakerella est une très bonne surprise et une nouvelle adaptation réussie.

La note de Fabien

ACTUALITÉS

SUIVEZ-NOUS

22,515FansJ'aime
997SuiveursSuivre
384SuiveursSuivre
Réalisateur : Elizabeth Allen Rosenbaum.Scénariste : Tamara Chestna, George Gore II et Mindy Stern.Producteur : Jane Startz, Rachel Watanabe-Batton et Christopher Scott.Compositeur : Elvin Ross.Société de production : Disney Channel, Disney+ et Jane Startz Productions.Distributeur : Disney+.Sortie USA : 13 mai 2022.Sortie française : 13 mai...Sneakerella.