CinémaSmilla.

Smilla.

affiche poster smilla sense snow disney fox

Réalisateur : Bille August.
Scénariste : Ann Biderman.
Producteur : Bernd Eichinger et Martin Moszkowicz.
Compositeur : Harry Gregson-Williams et Hans Zimmer.
Société de production : Constantin Film, Smilla Film A-S, Greenland Film Production, Bavaria Film, Eurimages, Det Danske Filminstitut, Filmförderungsanstalt (FFA), FFF Bayern et Nordisk Film- & TV-Fond.
Distributeur : Fox Searchlight Pictures.
Sortie allemande : 13 février 1997.
Sortie USA : 28 février 1997.
Sortie française : 18 juin 1997.
Titre original : Smilla’s Sense of Snow / Frøken Smillas fornemmelse for sne.
Durée : 2h00.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 2,4 millions de dollars.
Entrées françaises : 31 898 entrées.

Résumé.

Après le décès de son jeune voisin, Smilla s’interroge sur les modalités de l’accident qu’elle trouve suspect. Elle traque la vérité jusqu’au Groenland.

Achats.

Casting.

Smilla Jaspersen : Julia Ormond (VF : Inconnue).
Le mécanicien : Gabriel Byrne (VF : Gabriel Le Doze).
Dr Andreas Tork : Richard Harris (VF : Pierre Hatet).
Elsa Lübing : Vanessa Redgrave (VF : Inconnue).
Moritz Jaspersen : Robert Loggia (VF : Inconnue).
Dr Lagermann : Jim Broadbent (VF : Inconnue).
Capitaine Sigmund Lukas : Mario Adorf (VF : Inconnue).
Inspecteur Ravn : Bob Peck (VF : Michel Papineschi).
Joannes Loyen : Tom Wilkinson (VF : Benoît Allemane).

En savoir plus.

Smilla est l’adaptation du roman Smilla et l’Amour de la neige de Peter Høeg publié en 1992.

image smilla sense snow disney fox

Le tournage s’est déroulé de mars à décembre 1996 en Allemagne, Danemark, Groenland et Suède.

Notre critique de Smilla.

Si l’affiche n’est pas vendeuse, son résumé l’est déjà un peu plus même si ça parait assez classique.

image smilla sense snow disney fox
image smilla sense snow disney fox

On pouvait diviser le scénario en trois parties inégales en qualité. La première est très mystérieuse, posant correctement les bases et distillant beaucoup de questions où on joue aux enquêteurs également, échafaudant des théories. Même si on se doute que la scène d’introduction du film n’est pas anodine et on espère ne pas virer dans le n’importe quoi. La seconde partie est plus à même centrée sur l’enquête, les interrogations de témoins et la découverte d’un plan bien plus grand que prévu. Là, on tombe un peu plus dans du déjà-vu mais l’ambiance est bonne et on est tout aussi captivé. Puis vient la troisième partie qui malheureusement part trop loin avec plus d’actions, beaucoup de réponses mais qui réduisent tout le cheminement jusque là. Dommage d’avoir une telle perte pour terminer sur du brouillon proche de la science-fiction (alors non ce ne sont pas des aliens).

L’actrice principale n’est pas ce qu’il y a de plus réussie. En effet, elle ne dégage aucun charisme ni même expression, se voulant trop figée peu importe les scènes. Son personnage est aussi un peu confus. Tantôt scientifique, tantôt femme d’action, tantôt craintive, tantôt fonce dans le tas, on n’arrive pas trop à la cerner si ce n’est qu’elle veut découvrir la vérité. Mais rien n’explique un tel tempérament aléatoire surtout qu’on découvre son parcours bien assez tard dans le film. L’autre “grand” rôle est un voisin (lui aussi mal joué). C’est vraiment le personnage absolument pas construit qui le rend inintéressant. Forcément, un homme et une femme, il fallait que les scénaristes en face une romance pathétique sans crédibilité.

image smilla sense snow disney fox
image smilla sense snow disney fox

Deux heures à gérer et la réalisation s’en tire plutôt bien en imposant une ambiance peu joyeuse et très énigmatique. On apprécie aussi la troisième partie qui vise plus grand en nous montrant enfin les étendues glaciaires avec de plus gros moyens mis en œuvre. Le rythme est également bon malgré quelques scènes inutiles. L’utilisation de flash-back reste correct mais ils sont trop courts pour apporter réellement une plus-value. Les effets visuels sont aussi mal gérés et font trop faux. Enfin, il est dommage que la bande originale n’arrive pas à appuyer plus le poids des images.

Smilla se regarde mais n’est pas assez percutant.

La note de Fabien