Sex fans des sixties.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster sex fan sixties sister banger

Réalisateur : Bob Dolman.
Scénariste : Bob Dolman.
Producteur : Elizabeth Cantillon et Mark Johnson.
Compositeur : Trevor Rabin.
Société de production : Fox Searchlight Pictures, Gran Via Elizabeth et Cantillon Productions.
Distributeur : Fox Searchlight Pictures.
Première mondiale : 8 septembre 2002 (Deauville).
Sortie USA : 20 septembre 2002.
Sortie française : 29 janvier 2003.
Titre original : The Banger Sisters.
Durée : 1h37.
Budget : 10 millions de dollars.
Recette mondiale : 38 millions de dollars.
Recette USA : 30,3 millions de dollars.
Entrées françaises : 102 308 entrées.

Résumé.

Suzette, fauchée, prend Harry, un homme très prévoyant et organisé, comme auto-stoppeur. Elle va retrouver Vinnie, une amie d’enfance, cherchant à oublier son passé.

Achats.

Casting.

Suzette : Goldie Hawn (VF : Manoëlle Gaillard).
Lavinia « Vinnie » Kingsley : Susan Sarandon (VF : Béatrice Delfe).
Harry Plummer : Geoffrey Rush (VF : Philippe Catoire).
Hannah Kingsley : Erika Christensen (VF : Barbara Tissier).
Raymond Kingsley : Robin Thomas (VF : Patrick Béthune).
Ginger Kingsley : Eva Amurri (VF : Edwige Lemoine).
Jules : Matthew Carey (VF : Christophe Lemoine).

En savoir plus.

Le tournage s’est déroulé de janvier à mars 2001 en Californie, New Jersey et Arizona.

image sex fan sixties sister banger

Notre critique de Sex fans des sixties.

Un résumé qui est assez accrocheur et qui peut offrir de bonnes choses.

L’histoire est assez intéressante en effet sur le début. L’opposition des deux protagonistes permet de bien montrer comment une assume son passé et l’autre cherche à le cacher à la famille qu’elle a fondé. Cela donne quelques péripéties amusantes. Cependant, on n’arrive pas à être très emballé. C’est assez prévisible et il n’y a pas finalement de réflexion poussée. Le scénario avait pourtant les cartes en main pour offrir plus de profondeur. On ne s’ennuie pas, c’est déjà ça mais plus de dynamisme n’aurait pas été de refus. On ne ressent pas grand chose et c’est dommage car certaines scènes, en étant plus travaillées, avaient de quoi émouvoir. Surtout que la morale est qu’une personne « calme et posée » est ennuyante et qu’il faut la débrider.

image sex fan sixties sister banger
image sex fan sixties sister banger

Le film tourne autour de trois personnages. On commence avec Suzette, toujours rebelle et fêtarde dans l’âme, se voulant libre et sans attaches. Elle profite de la vie à fond. En face, il y a Vinnie, qui était pareil dans sa jeunesse mais qui maintenant vit dans le luxe, l’organisation stricte, l’autoritarisme et cherchant à oublier son passé devant ses enfants et son mari. Le binôme va donc permettre à Vinnie de vouloir revivre son enfance. Une évolution bien classique et trop caricaturale. Enfin, le troisième protagoniste est Harry, quelqu’un qui a un but dans la vie et qui veut rester dans une routine très stricte pour se sentir bien. Avec Suzette près de lui, il va finir par lui aussi se lâcher et s’ouvrir. Là encore, bien cliché dans l’ensemble.

Pour le reste, il n’y a pas grand chose à dire. La mise en scène est propre mais aurait pu offrir quelque chose de plus poussée, comme des flash-backs pour voir la jeunesse des héroïnes et mieux constater l’évolution des personnalités. Il n’y a donc pas grande folie. Même la bande originale manque de saveur. Comme le film dépeint deux femmes qui replongent dans leur jeunesse, on a droit à des chansons d’époque pour donner une certaine nostalgie. Mais les mélodies de Trevor Rabin n’apportent rien d’exceptionnelles.

image sex fan sixties sister banger
image sex fan sixties sister banger

Sex fan des sixties s’en sort tout juste.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp