CinémaQuills, la plume et le sang.

Quills, la plume et le sang.

affiche poster quills plume sang disney fox

Réalisateur : Philip Kaufman.
Scénariste : Doug Wright.
Producteur : Julia Chasman, Mark Huffam et Peter Kaufman.
Compositeur : Stephen Warbeck.
Société de production : Fox Searchlight Pictures, Industry Entertainment, Walrus & Associates, Hollywood Partners et Charenton Productions.
Distributeur : Fox Searchlight Pictures.
Sortie USA : 15 décembre 2000.
Sortie française : 21 mars 2001.
Titre original : Quills.
Durée : 2h04.
Budget : 13,5 millions de dollars.
Recette mondiale : 18 millions de dollars.
Recette USA : 7 millions de dollars.
Entrées françaises : 36 561 entrées.

Résumé.

Enfermé dans l’asile de l’Abbé du Coulmier, le Marquis de Sade fait passer ses écrits en douce grâce à la servante Madeleine. Mais le docteur Royer-Collard a d’autres méthodes pour le soigner.

Achats.

Casting.

Le Marquis de Sade : Geoffrey Rush (VF : Jacques Frantz).
Madeleine “Maddy” LeClerc : Kate Winslet (VF : Anneliese Fromont).
L’Abbé du Coulmier : Joaquin Phoenix (VF : Éric Herson-Macarel).
Dr Royer-Collard : Michael Caine (VF : Bernard Dhéran).
Madame LeClerc : Billie Whitelaw (VF : Denise Roland).
Delbené : Patrick Malahide (VF : Michel Prud’homme).
Simone : Amelia Warner (VF : Caroline Victoria).
Renee Pelagie : Jane Menelaus (VF : Annie Bertin).
Prouix : Stephen Moyer (VF : Damien Boisseau).

En savoir plus.

Quills, la plume et le sang est l’adaptation de la pièce de théâtre “Quills” de Doug Wright, tirée elle-même de la vie du Marquis de Sade. Le scénario reste quand même très libre par rapport à la vérité historique.

Paul Verhoeven a été envisagé pour réaliser le film.

Hugh Jackman a été envisagé pour le rôle de l’abbé de Coulmier.

image quills plume sang disney fox

Étant végan, Joaquin Phoenix ne pouvait pas porter du cuir. Les costumiers lui ont conçu des chaussures en plastique.

Bien qu’interprétée par Kate Winslet, Madeleine Leclerc était âgée de 13 ans dans la réalité.

Le tournage s’est déroulé en Angleterre.

Notre critique de Quills, la plume et le sang.

Celui qui aura donné le terme de “sadisme” avec le temps a son propre film et on se doute de ce qu’on va y trouver.

Le long-métrage n’est évidemment pas à mettre devant tous les regards tant les propos comme les actes sont portés sur l’érotisme et la vulgarité. Cependant, il y a aussi toute une critique sur la classe sociale, la soumission de la femme, l’abus de pouvoirs et l’opposition entre religion douce et sciences dures face aux soucis psychiatriques. L’histoire est vraiment prenante et très bien écrite. Il est intéressant aussi d’avoir différents points de vues sur les événements, chacun les vivant différemment. Bien qu’on ne ressente pas grandes émotions à la découverte du film, on se laisse prendre au jeu tant manipulation par le désir et par la force sont aussi mises en avant.

image quills plume sang disney fox
image quills plume sang disney fox

Le film dispose également d’un casting quatre étoiles et ça ressent grandement à l’écran car ils offrent de fortes prestations percutantes. Les personnages sont aussi bien travaillés. Sade alterne entre audace et folie, contrôle et soumission. C’est un aliéné disposant de nombreux privilèges et de pouvoirs dans un asile qu’il a presque sous sa coupe mais grâce à ses écrits, il a aussi la foule qui est captivée par son érotisme. L’Abbé est aussi un homme de Foi perturbé par Sade qui en parvient à lui donner du désir sexuel envers Madeleine. Cette dernière, servante dans l’asile, qui craque pour lui tout en étant aussi une fan de Sade qui l’aide en toutes circonstances. On retient aussi évidemment le Docteur, fourbe, violent et au final bien plus sadique que le Marquis lui-même. Enfin, la trop jeune femme du Docteur qui est dans une relation de soumise mais qui va s’exalter grâce aux textes de Sade.

Après une séquence d’ouverture rondement menée où on s’attend à une relation sexuelle mais qui se finit en scène plus choquante, on a vite le ton du film. La mise en scène est très soignée. Alors qu’on est enfermé la plupart du temps dans l’asile, on n’a pas ce sentiment d’oppression. En revanche, on est vraiment dans une forme de folie avec un rythme maîtrisé mais qui donne une ambiance dont on ne peut s’en défaire. L’époque est également bien reconstruite. Quant aux quelques scènes érotiques ou de tortures, là encore il n’y a aucune surenchère et tout est réalisé à une juste mesure. Dommage que la bande originale n’apporte pas un élément artistique supplémentaire, ne prenant les oreilles que trop tard.

image quills plume sang disney fox
image quills plume sang disney fox

Quills, la plume et le sang est un très bon film.

La note de Fabien