amazon disney

walt disney company walt disney pictures affiche prince persia sables temps poster sands time

Fiche technique.

Réalisateur : Mike Newell.
Scénariste : Boaz Yakin, Doug Miro et Carlo Bernard.
Producteur: Jerry Bruckheimer, Jordan Mechner, Chad Oman, Eric McLeod et Mike Stenson.
Compositeur : Harry Gregson-Williams.
Société de production : Walt Disney Pictures et Jerry Bruckheimer Films.
Sortie USA : 28 mai 2010.
Sortie française : 26 mai 2010.
Titre original : Prince of Persia : the Sands of Time.
Durée : 1h56.
Budget : 150 – 200 millions de dollars.
Recette mondiale : 322 millions de dollars.
Recette USA : 91 millions de dollars.
Entrées françaises : 2 millions d’entrées.

Résumé.

Dastan, prince de Perse, et ses deux frères sont en mission dans la cité d’Alamut, suspectée de fournir des armes aux ennemis du pays. Durant la bataille, Dastan met la main sur une dague mystérieuse qui renferme un sable spécial permettant à son porteur de remonter dans le temps pendant une minute seulement. A l’aide de Tamina, la princesse d’Alamut et future épouse de Dastan, ce dernier va partir à la recherche des Sables du Temps qui seraient contenus dans un sablier géant dans les souterrains d’Alamut et qui permettraient au possesseur de la dague de remonter le temps sans limite de durée. Mais cette dague est très convoitée et c’est un parcours semé d’embuches qui attend Dastan.

Achat.

Casting.

Prince Dastan : Jake Gyllenhaal (VF : Alexis Victor).
Tamina : Gemma Arterton (VF : Barbara Beretta).
Nizam : Ben Kingsley (VF : Féodor Atkine).
Tus: Richard Coyle (VF : Xavier Fagnon).
Seso : Steve Toussaint (VF : Gilles Morvan).
Sharaman : Ronald Pickup (VF : Bernard Dhéran)

En savoir plus.

Prince of Persia : Les Sables du Temps est une adaptation du jeu vidéo éponyme. Jordan Mechner, le créateur du jeu vidéo, a participé à l’écriture du scénario afin de rester fidèle au jeu de base.

Le réalisateur Mike Newell s’était confié vouloir donner à son film un style comme Pirates des Caraïbes.

Aux Etats-Unis, les film sont classés, selon leur catégorie, afin de savoir si les jeunes doivent être accompagnés d’un adulte ou non. Prince of Persia : Les Sables du Temps est le quatrième film à avoir la classification PG-13 (c’est-à-dire qu’il est conseillé aux jeunes de moins de 13 ans d’être accompagnés d’un adulte), après les trois autres films Pirates des Caraïbes.

Orlando Bloom et Zac Efron étaient pressentis pour jouer le rôle principal de Dastan.

Golshifteh Farahani, une actrice iranienne ayant joué dans Mensonges d’Etat de Ridley Scott en 2008, devait auditionner pour le rôle de Tamina. Mais en arrivant à Londres, elle a été arrêtée par les autorités iraniennes et contrainte de retourner dans son pays car ils n’ont pas apprécié qu’elle joue dans le film de Ridley Scott.

Le nom Dastan signifie “conte de fées” en Perse. C’est un modèle de bravoure qui cherche à défendre les siens d’un possible ennemi.

Le producteur Jerry Bruckheimer voulait que Prince of Persia : Les Sables du Temps soit réalisé en 3D. Malheureusement, à ce moment-là, les techniques n’étaient pas aussi performantes qu’aujourd’hui.

Parmi les nombreux moments difficiles lors du tournage, un des plus importants a été la température, pouvant aller jusqu’à 50°. On dit même que 1 114 894 bouteilles d’eau auraient été bues lors du tournage, pour 1850 membres d’équipe. De même, un autre inconvénient était la présence de serpents et de scorpions. D’ailleurs, la production a engagé un spécialiste afin de les tenir éloigner des équipes. Cette personne était appelée “Snake Dude”.

Il a fallu près de 7000 costumes pour le film. Contre toute attente, c’est le personnage de Nizam, joué par Ben Kingsley, qui a le plus grand choix vestimentaire. Concernant les armées, près de 3500 armes ont été fabriquées spécialement pour le film, comprenant lances, épées, arcs, etc.

Notre critique de Prince of Persia : Les sables du temps.

Jeu vidéo emblématique des studios Ubisoft, Prince of Persia : les Sables du temps était autant attendu que craint par la communauté des joueurs. Il est vrai que chaque adaptation au cinéma d’un jeu vidéo avoisine le navet ou l’échec cuisant.

L’histoire se base sur un artefact, une dague, permettant de remonter le temps sur une durée plus ou moins longue. L’objet est donc source de convoitise et c’est Dastan qui va en faire la possession bien malgré lui. Ce jeune prince va donc devoir faire face à ceux qui veulent récupérer cette dague. Il sera assisté par Tamina qui en sait énormément sur les pouvoirs que procure l’objet. L’histoire se veut dynamique avec une pointe de légèreté. Le méchant de l’histoire est assez rapidement identifiable et le film n’offre aucune surprise. Il n’empêche que le scénario captive.

Dastan, campé par Jake Gyllenhaal, est assez proche physiquement de son modèle du jeu vidéo. Concernant son jeu, il est décevant vu son talent et aurait pu montrer un peu plus d’émotions. Quant à Tamina (interprétée par Gemma Arterton), son personnage est assez antipathique et le jeu de l’actrice se veut mono expressif.

Adapté d’un jeu vidéo, on est en droit d’attendre à retrouver des similarités. C’est le cas par moment, entre le mouvement de caméra au début du film (telle une présentation de niveau, mais vite oubliée par la suite), le déplacement de l’acteur qui reprend la même gestuelle que dans les jeux (en apportant plus de crédibilité ici), la dague (tirée du jeu vidéo du même nom). Il existe cependant des libres adaptations concernant l’antagoniste du film et ses motivations.

Harry-Gregson Williams offre une bande originale de bonne facture mais qui manque d’envolée épique telle que peut offrir le film.

Au final, ce n’est pas un “game over” mais il faut le prendre comme un film à part du jeu vidéo. Il se laisse regarder et ne s’en sort pas trop mal. C’est un bon divertissement qui manque malheureusement de quelques éléments pour en faire une réussite.