Primeval.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster primeval disney

Réalisateur : Michael Katleman.
Scénariste : John D. Brancato et Michael Ferris.
Producteur : Mitch Engel, Gavin Polone, Jamie Tarses.
Compositeur : John Frizzell.
Société de production : Hollywood Pictures, Pariah et Sarah James Productions.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 12 janvier 2007.
Sortie belge : 18 avril 2007.
Sortie française : Inconnue.
Titre original : Primeval.
Durée : 1h34.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : 15,3 millions de dollars.
Recette USA : 10,6 millions de dollars.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé.

Une équipe de tournage a pour objectif de faire un reportage sur Gustave, un crocodile mangeur d’hommes.

Achats.

Casting.

Tim Manfrey : Dominic Purcell (VB : Mathieu Moreau).
Aviva Masters : Brooke Langton (VB : Géraldine Frippiat).
Steven Johnson : Orlando Jones (VB : Arnaud Léonard).
Jacob Krieg : Jürgen Prochnow (VB : Daniel Nicodème).
Mathew Collins : Gideon Emery (VB : Philippe Allard).

En savoir plus.

Primeval s’inspire d’une histoire vraie du crocodile prénommé Gustave qui aurait fait une centaine de victimes le long de la rivière Rusizi et adepte de manger de la chair humaine.

image primeval disney

Le tournage s’est déroulé en Afrique du Sud.

Notre critique de Primeval.

OK, à la lecture du pitch, on a l’impression qu’on va voir un véritable nanar.

image primeval disney

On va dire un nanar de qualité. Car oui, le scénario ne brille pas par son intelligence. C’est très classique, le grand crocodile qui tue tout le monde, des gerbes de sang pour faire un peu de gore, aucune tension, on est dans les stéréotypes du film d’horreur. Sans oublier bien sûr les clichés de la culture africaine. Pourtant, les scénaristes ont voulu apporter des touches plus sérieuses par moment avec le traitement des médias sur les massacres en Afrique mais cette idée n’est pas exploitée pleinement alors qu’il y avait matière à faire avec les bribes proposées. La dernière séquence vire trop au n’importe quoi et la fin se veut également trop simple et presque expéditive.

image primeval disney

Pas grand chose à attendre du casting tant Dominic Purcell ne livre pas une grande performance alors que Brooke Langton s’en sort à peine mieux. Les personnages ne sont pas ce qui est de plus recherché. On a le « héros », la belle demoiselle, le caméraman qui se croit drôle, le protecteur des crocodiles qui est hautain et le tueur de crocodiles qui veut se venger. Aucun n’est attachant et donc leur sort nous indiffère totalement. On sait que ce genre de film ne demande pas plus donc on n’est pas surpris.

image primeval disney

Alors forcément, la réalisation fait tout pour tenter de nous effrayer sauf que c’est tellement caricatural qu’on ne ressent rien. On a droit à l’éternelle nuit sous la pluie pour la première grosse séquence de meurtres mais l’effet ne prend pas. En fait, ça ne prend même jamais car cela manque clairement d’intensité. Les effets visuels de Gustave sont crédibles mais le côté gore fait très faux. Enfin, la bande originale n’apporte pas grand chose à part quelques morceaux à consonnance africaine.

image primeval disney

Primeval nous ferait pleurer des larmes de crocodiles si on se forçait.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp