amazon disney

walt disney animation disneytoon studios affiche planes poster

Fiche technique.

Réalisateur : Klay Hall.
Scénaristes : Jeffrey M. Howard, John Lasseter et Klay Hall.
Producteur : Traci Balthazor, John Lasseter, Tony Cosanella et Kip Lewis.
Compositeur : Mark Mancina.
Société de production : DisneyToon Studios, Prana Animation Studios et Prana Studios.
Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures.
Sortie USA : 09 Août 2013.
Sortie française : 09 Octobre 2013.
Titre original : Planes.
Durée : 1h32.
Budget : 50 millions de dollars.
Recette mondiale : 220 millions de dollars.
Recette USA : 90 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 589 100 entrées.

Résumé.

Dusty Crophopper est un avion épandeur. Son rêve : participer à une course d’avions. Il va voir son vœu exaucé et sera entraîné par le vétéran Skipper. Dusty n’a qu’un seul souci : il a le vertige.

Achat.

Casting.

Dusty Crophopper : Dane Cook (VF : Fred Testot).
Skipper Riley : Stacy Keach (VF : Michel Vigné).
Sparky : Danny Mann (VF : Emmanuel Garijo).
Ishani : Priyanka Chopra (VF : Leïla Bekhti).
Chug : Brad Garrett (VF : Frantz Confiac).
Dottie : Teri Hatcher (VF : Marika Duchenay).
Rochelle : Julia Louis-Dreyfus (VF : Mélissa Theuriau).
Ripslinger : Roger Craig Smith (VF : Jérémie Covillault).
El Chupacabra : Carlos Alazraqui (VF : Bernard Gabay).
Bravo : Val Kilmer (VF : Olivier Bouana).
Echo : Anthony Edwards (VF : François Raison).
Bret Mustangburger : Brent Musbuger (VF : Michel Elias).
Harland : John Ratzenberger.

En savoir plus.

Planes est le spin-off de la franchise à succès Cars des studios Pixar. Il était prévu à l’origine pour une sortie en DVD mais il fut décidé de le sortir au cinéma.

Des pilotes de la Patrouille de France et de l’équipe de voltige de l’armée de l’air ont prêté leurs voix au film.

Les personnages Bravo et Echo sont interprétés en version originale par Val Kilmer et Anthony Edwards, tous deux ayant joué dans le film Top Gun. Leurs personnages portent d’ailleurs les mêmes casques que dans le film.

Notre avis.

Suite au succès de la franchise Cars, Disney reprend la main de l’univers avec John Lasseter au poste de producteur. Après les voitures, c’est au tour des avions d’être les héros du film. « Au-dessus du monde de Cars », nous avons Planes.

Dusty est un épandeur qui rêve de participer à une grande course d’avions, un milieu qui n’est pas pour lui. Aidé de ses amis, il se lance dans son projet mais Dusty souffre d’un problème : il a le vertige.

Nous retrouvons l’univers de Cars avec les voitures et les avions. Les personnages sont sympathiques, diversifiés niveau caractère même si on ne s’attarde pas trop dessus. On ne s’attache donc qu’à Dusty et Skipper, son mentor (un vieil avion militaire à la « retraite »). L’histoire nous fait traverser le monde et nous offre plusieurs pays, tel que l’Allemagne, l’Inde, le Mexique… Notre héros a un grand cœur et va réussir à se frayer une place parmi les grands et à être reconnu par ses pairs.

L’histoire se veut assez enfantine, avec quelques touches d’humour par-ci par-là. Ce qui surprend le plus pour les amoureux du monde de Flash, c’est que l’histoire se veut…celle de Flash, mais en avion. Doc Hudson a cédé sa place à Skipper, McQueen à Dusty. Les courses de voitures deviennent des courses en avions, à l’instar de Cars 2. L’évolution de l’histoire se veut comme celle de Cars. A cause de ça, tout devient prévisible.

Cependant, Cars 2 avait placé la barre très haute concernant les décors et les graphismes. Ils étaient riches et détaillés. Dans un monde d’avions, nous nous attendions à un rendu identique. Ce n’est hélas pas le cas. Les paysages sont plus ternes, les textures moins réalistes, les décors plus vides. Bien que ces derniers soient « planisés », il n’y a pas cette richesse créée par Pixar.

Heureusement la réalisation des prises de vue aériennes est excellente et rattrape un peu le film. De même que la bande originale qui se veut dynamique et qui est intéressante à l’écoute.

Le premier est à peine au cinéma qu’une suite et un troisième film sont déjà sur les pistes de décollage. Avec l’extension potentielle sur des dérivés avec les bateaux et les trains, le monde de Cars n’est pas prêt de s’arrêter. Bien qu’on aurait préféré que ça s’arrête à Flash, avec la qualité technique qu’il faut. Malgré tout, c’est un film clairement destiné aux enfants qui passeront un très bon moment devant.

Nous noterons quelques références à Cars : les tracteurs, la chaîne RSN et le journaliste Brent Mustangburger.