fbpx


Cinéma Lions d'Afrique.

Lions d’Afrique.

affiche poster african lion afrique disney true life

Fiche technique.

Réalisateur : James Algar.
Scénaristes : James Algar, Winston Hibler, Jack Moffit et Ted Sears.
Producteurs : Ben Sharpsteen et Erwin Verity.
Compositeur : Paul Smith.
Société de production : Walt Disney Productions.
Distributeur : Buena Vista Distribution.
Sortie USA : 14 septembre 1955.
Sortie française : 31 août 1956.
Titre original : The African Lion.
Durée : 1h15.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 2,1 millions de dollars.
Entrées françaises : Inconnu.

Résumé.

Une plongée dans la savane africaine sur les terres des lions et de la faune qui la compose.

Univers.

>> Bande originale

Achats.

À venir.

Casting.

Narrateur : Winston Hibler (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

À venir.

En savoir plus.

Le tournage dura trois ans en Afrique (Ouganda, Tanganyika, Kenya et l’Afrique du Sud), offrant ainsi 30km de pellicules.

image african lion afrique disney true life

Durant le tournage, bien qu’un documentaire animalier se doit d’être “naturel”, les cameramen aidèrent un rhinocéros piégé dans les sables mouvants pour le sauver.

Notre critique de Lions d’Afrique.

Nouvel épisode de True-Life Adventures, nous partons cette fois-ci dans la savane africaine.

Le documentaire se veut assez instructif dans son ensemble sans avoir quand même suffisamment de passion pour le rendre captivant. On y trouve une structure en passant d’animaux en animaux pour nous montrer la faune africaine. Cela permet de voir la chasse, la hiérarchie interne mais aussi les dangers aussi bien de la part des autres animaux que de la nature elle-même. Cependant, le documentaire ne dégage pas assez d’émotions là où il le faudrait.

image african lion afrique disney true life

La faute à un narrateur trop sobre et trop monotone. Il récite son texte sans donner de la vie et donne donc une ambiance trop morne. Il en devient ennuyeux par moment. Si on reste dans le sonore, la bande originale est également trop en décalage. À vouloir mettre trop de musiques, on ne profite pas assez des sons sur place. Sans compter que la musique se veut parfois plus proche d’un cartoon que d’un cadre posé. Enfin, pour les années 1950, les images sont quand même intéressantes où on a droit quand même à des plans très rapprochés de certains animaux. Dommage que la caméra tremble trop par moment ou saccade.

Lions d’Afrique est correct.

La note de Fabien

En bref

Sans plus.