DERNIÈRES ACTUALITÉS

Super Noël : Tim Allen reprend le rôle pour la série.

Le Père Noël repart pour de nouvelles aventures !

Real Steel : une série du film en développement.

Nouveau dérivé d'un long-métrage !

Fresh : nouveau film de Disney+.

Une nouvelle rencontre amoureuse !

Mort sur le Nil : les affiches des personnages.

Hercule Poirot et ses suspects se montrent !

Bob’s burgers : la bande-annonce du film !

La série d'animation débarque au cinéma !

Les Winners.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster winners win

Réalisateur : Thomas McCarthy.
Scénariste : Thomas McCarthy.
Producteur : Lisa Marie Falcone, Michael London, Thomas McCarthy et Mary Jane Skalski.
Compositeur : Lyle Workman.
Société de production : Fox Searchlight Pictures, Everest Entertainment, Groundswell Productions, Next Wednesday Productions et Dune Entertainment.
Distributeur : Fox Searchlight Pictures.
Première mondiale : 21 janvier 2011 (Sundance).
Sortie USA : 18 mars 2011.
Sortie française : 31 août 2011.
Titre original : Win win.
Durée : 1h46.
Budget : 5 millions de dollars.
Recette mondiale : 11,8 millions de dollars.
Recette USA : 10,2 millions de dollars.
Entrées françaises : 8 637 entrées.

Résumé.

Mike devient tuteur d’une personne âge pour des besoins d’argent. Il rencontre son petit-fils qui va bouleverser sa vie de famille.

Achats.

Casting.

Mike Flaherty : Paul Giamatti (VF : Gabriel Le Doze).
Jackie Flaherty : Amy Ryan (VF : Dominique Lelong).
Kyle : Alex Shaffer (VF : Donald Reignoux).
Terry Delfino : Bobby Cannavale (VF : Patrice Baudrier).
Stephen Vigman : Jeffrey Tambor (VF : Gérard Darier).
Leo Peuplier : Burt Young (VF : Gilbert Lévy).
Cindy : Melanie Lynskey (VF : Natacha Muller)..

En savoir plus.

Alex Shaffer était réellement lutteur et champion de lutte du lycée de l’État du New Jersey mais il a arrêté suite à une blessure un an avant le tournage.

image winners win

Le tournage s’est déroulé à New York.

Notre critique de Les Winners.

Un sujet qui semble fort et qui risque de jouer sur la corde sensible.

image winners win
image winners win

Effectivement, le scénario n’est pas à voir si vous êtes dépressifs. L’histoire se veut poignante tant elle est sérieux sur le côté dramatique. D’un côté, un père de famille qui n’arrive plus à joindre les deux bouts mais le cache à sa femme et à ses enfants, qui va partir d’une escroquerie afin de s’en sortir. De l’autre, un entraîneur qui veut aider un adolescent avec des problèmes familiaux et qu’il se rend compte que son escroquerie risque de lui causer plus de torts malgré le bien-fondé de ses actions. On se demande vraiment tout le long du film si tout va bien se finir tant les enjeux sont importants. De manière sous-jacente et peut-être pas assez approfondi, on voit aussi un adolescent qui a une mère drogué, un père absent et qui est un peu livré à lui-même (sans tomber dans la délinquance). Un peu cliché mais cela sert bien l’intrigue principale.

C’est un rôle dans lequel on ne l’aurait pas forcément vu mais Paul Giamatti est impressionnant dans le registre dramatique. C’est vraiment un personnage qui veut bien faire mais qui s’y prend mal, pris dans un mensonge mais qui va pourtant apporter tellement de bien dans sa propre famille et dans son équipe de lutte. C’est le bon gars qui va changer la vie d’un adolescent et le retirer de la mauvaise période qu’il traversait. Kyle justement (dont l’acteur est malheureusement trop inexpressif) est meurtri au fond de lui et cherche une lueur d’espoir. Il est plein de bonne volonté mais n’est pas habitué à avoir un amour familial. La femme de Mike, d’abord vindicative, va vite s’investir pour sauver la vie de Kyle en jouant un rôle de mère qu’il n’a jamais connu. Les autres protagonistes secondaires enrichissent aussi le film sans faire bouche-trou.

image winners win
image winners win

Sobre et simple, la mise en scène appuie bien le discours. On est dans une ambiance tout juste pesante mais appuyant là où il faut pour émouvoir. Les tons ternes renforcent le côté tragique de la situation. C’est une solution artistique assez facile mais tant qu’elle marche, on ne peut pas reprocher au réalisateur cette approche. La bande originale, au contraire, ne vise pas dans le mélodrame et se compose de chansons parfois entraînantes qui montrent une forme de lumière au bout du tunnel.

Les Winners porte bien son titre et en fait un film gagnant.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp
Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.