Encyclopédie Les répliques dans "Indiana Jones et la dernière croisade".

Les répliques dans “Indiana Jones et la dernière croisade”.

banniere-dp-vers-dlp

Découvrez les répliques les plus marquantes, les plus connues ou les plus amusantes du film Indiana Jones et la dernière croisade.


replique indiana jones derniere croisade disney lucasfilm

Homme : (à Indiana) Tu as perdu aujourd’hui mais ça ne veut pas dire que ça doit te plaire.


replique indiana jones derniere croisade disney lucasfilm

Indiana : (avec un accent écossais) Surtout ne vous pressez pas. Vous aviez l’intention de nous laisser toute la journée sur le perron, nous sommes trempés ! (éternue) Maintenant j’ai attrapé un rhume !
Valet : Êtes-vous attendu ?
Indiana : Ne prenez pas ce ton avec moi mon brave homme. Et maintenant allez prévenir le baron que Lord Carl McDonald et sa charmante assistante sont chez lui pour voir les tapisseries.
Valet : Les tapisseries ?
Indiana : Vraiment il n’est pas très éveillé. C’est un château ici ? Il y a des tapisseries ?
Valet : Ceci est un château et nous avons beaucoup de tapisseries, mais si vous êtes un Lord écossais moi je suis Mickey Mouse !


replique indiana jones derniere croisade disney lucasfilm

Henry Jones : Qu’est-ce que tu fais ici ?
Indiana : Je viens vous chercher, qu’est-ce que vous croyez !
Henry Jones : Un Ming de la fin du XIVe. Oh, ça me brise le cœur.
Indiana : Et la tête. Vous m’avez frappé.
Henry Jones : Je ne me le pardonnerez jamais.
Indiana : N’ayez pas d’inquiétudes, je vais bien.
Henry Jones : Dieu merci ! C’est une copie ! Ça se voit au grain, par la coupe transversale.


replique indiana jones derniere croisade disney lucasfilm

Indiana : Vous rappelez-vous du dernier verre que nous ayons bu tous les deux ? J’avais pris une limonade.
Henry Jones : De quoi avions-nous parlé ?
Indiana : On avait pas parlé. On a jamais parlé.
Henry Jones : Est-ce que je sens un reproche ?
Indiana : Un regret. Nous sommes pareils. Quand j’ai grandi j’étais solitaire et vous l’étiez aussi. Si vous aviez été un père moyen, comme les pères de tous les autres garçons, vous l’auriez compris.
Henry Jones : En réalité, j’ai été un père merveilleux.
Indiana : Quand ?
Henry Jones : T’ai-je jamais dit d’aller au lit, de manger ton pain, de te laver les oreilles, de faire tes devoirs ? Non, j’ai respecté ton intimité et je t’ai enseigné la confiance en soi ! Indiana : Ce que vous m’avez appris c’est que j’étais moins important que des types qui étaient morts depuis 500 ans dans un autre pays. Et je les ai bien appris ; qu’on a pratiquement pas parlé en 20 ans.
Henry Jones : Tu es parti juste au moment où tu devenais intéressant.
Indiana : Ce n’est pas croyable ! Père, comment vous pouvez…
Henry Jones : Très bien ! Je suis là maintenant. De quoi veux-tu qu’on parle ? Hmmm ?
Indiana : (ne trouve pas les mots) Je n’en ai aucune idée.
Henry Jones : Eh bien de quoi tu te plains ? Allons, nous avons du travail.

Marine Breuil-Salles
Si l'écriture est une passion, le cinéma, l'univers Disney et les parcs Disneyland le sont tout autant. Alors quoi de mieux que de pouvoir toutes les allier via un seul et même endroit ? Avec mes mots j'espère pourvoir partager avec vous cet enthousiasme de toujours au travers de fiches et de critiques sur le sujet. Et peut-être deviendrez-vous à votre tour un inconditionnel de Disney, à moins que vous ne le soyez déjà. Vous pouvez aussi retrouver mes textes dans les livres Quelle Histoire et mes articles sur Disneyland-Planet.fr, site dont je suis la rédactrice en chef.