Encyclopédie Les répliques dans "Bande de sauvages".

Les répliques dans “Bande de sauvages”.

Découvrez les répliques les plus marquantes, les plus connues ou les plus amusantes du film Bande de sauvages.


réplique quote bande sauvage wild hogs disney touchstone

Woody Stevens : Un écusson de merde fait par la femme de Doug. On se l’est cousu dans le dos rien que pour lui faire plaisir.
Doug Madsen : Sans blague.
Woody Stevens : C’est vrai.
Doug Madsen : Et toi qu’est-ce que ta femme nous a filé ?
Bobby Davis : La gaule !


réplique quote bande sauvage wild hogs disney touchstone

Bobby Davis : Vous me connaissez, quand ça me branche, je deviens une bête sauvage !
Woody Stevens : Tu déconnes, tu deviens une lopette devant ta femme.


réplique quote bande sauvage wild hogs disney touchstone

Bobby Davis : En plus je me fais engueuler par mon ingrate de femme tous les soirs. A la longue, tout ça, ça fait de moi, je sais pas…
Doug Madsen : Un minable.
Bobby Davis : J’allais dire un malheureux. Tu trouves que je suis minable ?
Doug Madsen : Non, non, j’ai cru que t’allais le dire. Alors je l’ai dit à ta place.
Woody Stevens : Ah si t’es minable.


réplique quote bande sauvage wild hogs disney touchstone

Jack : Bobby, je parie que t’es une lopette. C’est ta petite femme qui commande.
Bobby Davis : Vous connaissez ma femme ?


réplique quote bande sauvage wild hogs disney touchstone

Dudley Frank : Moi je vais où tu vas.
Woody Stevens : Ah lui il a des couilles au moins.
Dudley Frank : Non, c’est seulement que mon sidecar est fixé à ta moto.


réplique quote bande sauvage wild hogs disney touchstone

Doug Madsen : Tu veux tuer Dudley ?
Bobby Davis : Je suis sûr que tu y penses aussi. Faut qu’on se nourrisse ou on est mort. Et c’est le plus faible de la bande.


réplique quote bande sauvage wild hogs disney touchstone

Jack : Je lui péterais les jambes avec ce démonte-pneu !
Dudley Frank : Ne payez pas ces bandits ! Je ne suis qu’un programmeur informatique, je n’ai pas besoin de mes jambes.
Jack : Bien ! Je lui péterais les doigts !
Dudley Frank : Oh c’est la merde… Il faut les payer !