GenreComédieLes petits champions : game changers.

Les petits champions : game changers.

affiche poster petits champions game changers mighty ducks disney

Créateur : Steven Brill, Josh Goldsmith et Cathy Yuspa.
Producteur : Arielle Boisvert et Shawn Williamson.
Compositeur : John Debney.
Société de production : ABC Signature, Goldsmith Yuspa Productions et Brillstein Entertainment Partners.
Distributeur : Disney+.
Première diffusion USA : 26 mars 2021.
Première diffusion française : 26 mars 2021.
Période : 2021.
Titre original : The Mighty Ducks : game changers.
Durée moyenne d’un épisode : 30min.
Nombre de saisons : 1 saison.
Nombre d’épisodes : 10 épisodes.

Résumé.

Evan est rejeté par son équipe de hockeyeurs. Sa mère décide de monter sa propre équipe et fait appel à Gordon Bombay pour les entraîner.

Casting.

Gordon Bombay : Emilio Estevez (VF : Simon Duprez).
Alex : Lauren Graham (VF : Marcha Van Boven).
Evan : Brady Noon (VF : Achille Dubois).
Nick : Maxwell Simkins (VF : Jean Duprez).
Sofi Hanson-Batt : Swayam Bhatia (VF : Alayin Dubois).
Koob : Luke Islam (VF : Nathan Willems).
Lauren : Bella Higginbotham (VF : Clara Mullenaerts).
Maya : Taegen Burns (VF : Aaricia Dubois).
Logan : Kiefer O’Reilly (VF : Tim Belasri).
Sam : De’Jon Watts (VF : Ethan Waku).
Stephanie : Julee Cerda (VF : Inconnue).

En savoir plus.

Les petits champions : game changers est annoncé lors du Disney Investor Day en décembre 2020.

image petits champions mighty ducks game changers disney

Le tournage s’est déroulé de février à décembre 2020 au Canada.

Notre critique de Les petits champions : game changers.

Après une trilogie, on se demande bien ce que la série va pouvoir raconter de plus.

image petits champions mighty ducks game changers disney

En réalité, elle ne va pas apporter davantage par rapport aux films des années 1990. En revanche, cela permet de remettre au goût du jour l’intrigue avec des jeunes de la nouvelle génération. La modernité est donc juste ce qu’il faut et ne va pas en faire trop. En effet, toute la saison est là pour une ambiance familiale, décontractée et bon enfant. On prend beaucoup de plaisir à chaque épisode car même si les bons sentiments et les grandes valeurs sont légions, on ne peut pas s’empêcher de savourer l’évolution d’une équipe mais aussi sa consolidation. L’équipe de losers qui ne se connaissait pas va se serrer les coudes.

image petits champions mighty ducks game changers disney

Mais la saison ne néglige pas non plus le reste. Nous avons également de belles séquences d’émotion que ce soit entre Evan et sa mère, les différents membres de l’équipe qui vont apprendre à se connaître et surtout Gordon. L’ancien entraîneur est tiraillé entre son envie d’arrêter le hockey mais aussi de voir le nom des Mighty Ducks bafoué. Il y a une sorte de transmission de savoir et d’héritage d’une mentalité et d’une image qui deviennent importantes et qui peuvent faire écho avec ce qu’on a vécu. On ne tombe pas dans le mélodrame mais la série aime proposer également du sérieux et c’est très réussi.

Qui dit série sur le sport dit forcément compétition. Cela ajoute de la tension supplémentaire et même si on se doute du parcours de l’équipe, c’est plaisant et on n’est pas à l’abri de quelques surprises. Il y a aussi cette rivalité entre les Ducks nouvelle version et les Don’t Bothers. La première est dans l’esprit de compétition, de suprématie, d’image de marque mais en oubliant d’où ils sont nés tandis que la seconde est plus dans le fun, l’envie de jouer et d’être ensemble. Caricaturale certes mais bien prenant. On n’oublie pas les intrigues secondaires entre les romances juvéniles, le besoin de se faire apprécier et même accepter pour ce qu’on est, la pression familiale…

image petits champions mighty ducks game changers disney

Du côté des personnages, on retrouve évidemment Gordon. Il n’a plus la même mentalité, en tout cas au début de la saison. D’abord antipathique et surtout contre le hockey, on comprend progressivement la raison de cette haine envers le sport qui l’a tant rendu fier. On va entrer dans sa carapace et découvrir quelqu’un d’humain, de généreux et qui avait juste besoin d’un coup de pouce pour sortir de son ombre. Alex est la mère de famille qui fait tout pour son fils et qui veut le rendre heureux. Elle n’est pas étouffante pour autant mais elle veut bien faire et sans forcément savoir s’y prendre. Son idée de créer une équipe l’a rend entraîneuse sans rien savoir au hockey mais son approche est justement différente. Elle n’est pas non plus parfaite et ses phases de doute sont intéressantes sans compter que parfois elle en oublie ses propres valeurs et se rend compte de ses erreurs. Concernant l’entraîneur adverse, il a tout ce qu’il faut pour être détester entre hautain, briseur de moral, tout pour la gagne et adepte des coups bas.

image petits champions mighty ducks game changers disney

Chez les joueurs, l’équipe des Don’t Bothers est remplie de clichés mais on a de quoi s’attacher à chacun. Evan est le capitaine à fond dans le hockey qui vit un rejet avant de se sentir pousser des ailes. Il a une certaine maturité qui lui donne de sages paroles mais qui n’est pas sans défauts et ça le rend plus crédible. À côté, on a le gars peu sûr de lui et très bavard, la fille fan de fantasy et un peu dans la lune, l’accro à l’image et aux regards des autres, le casse-cou, le beau gosse fragile, le gamer renfermé, la joueuse douée sous pression de ses parents et les deux autres membres très effacés qui ne servent malheureusement à rien à l’intrigue. L’ensemble du casting est vraiment très bon et c’est un bonus.

image petits champions mighty ducks game changers disney

La mise en scène de la série est très réussie. Même si on n’a au final que peu de décors, on se sent pas enfermé et ça fait plaisir de ne pas tout avoir tourné en studio. Chaque épisode est court mais permet d’aller à l’essentiel sans rajouter du superflu ou de la surenchère. Tout est très bien dosé et bien rythmé. On sent que pour l’épisode de fin de saison la réalisation s’est lâchée dans la manière de filmer le match de hockey avec plus de dynamisme. On pourrait juste regretter le peu de musiques dans la saison mais ce n’est pas préjudiciable.

image petits champions mighty ducks game changers disney

Les petits champions : game changers est une bonne bouffée de fraîcheur. Bien que prévisible, c’est un plaisir coupable que de la regarder pour avoir le sourire.

La note de Fabien

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

Vous pourriez être intéressés par ces articles