amazon disney

Affiche Poster Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

Fiche technique.

Réalisateur : James Gunn.
Scénaristes : Jams Gunn et Nicole Perlman.
Producteur : Kevin Feige.
Compositeur : Tyler Bates.
Studio de production : Marvel Studios, Marvel Enterprises et Moving Picture Company.
Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures.
Sortie USA : 1er août 2014.
Sortie française : 13 août 2014.
Titre original : Guardians of the galaxy.
Durée : 2h02.
Budget : 170 millions de dollars.
Recette mondiale : 619 millions de dollars.
Recette USA : 308,4 millions de dollars.
Entrées françaises : 2 188 865 entrées.

Résumé.

Peter Quill, un aventurier raté, se retrouve poursuivi par tous les chasseurs de prime de l’espace après s’être emparé d’un mystérieux globe. Pour sauver la galaxie de l’accusateur Kree Ronan et sa propre vie, il va devoir former une alliance incongrue avec Rocket, un raton-laveur à la gâchette facile, Groot, une plante humanoïde, Drax le destructeur, en quête de vengeance et Gamora, fille adoptive de l’être le plus craint de la galaxie.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale
>> DVD / Blu-Ray
>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting.

Peter Quill / Star-lord : Chris Pratt (VF : David Kruger).
Gamora : Zoe Saldana (VF : Nathalie Karsenti).
Drax : David Bautista (VF : Serge Biavan).
Rocket Racoon : Bradley Cooper (VF : Alexis Victor).
Groot : Vin Diesel (VF : Vin Diesel).
Ronan : Lee Pace (VF : Gilles Morvan).
Yondu Udonta : Michael Rooker (VF : Julien Kramer).
Nébula : Karen Gillan (VF : Laëtitia Lefebvre).
Korath : Djimon Hounsou (VF : Frantz Confiac).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Eddie Redmayne, Jensen Ackles, Joseph Gordon-Levitt, Aaron Paul, Michael Rosenbaum ont été auditionnés pour le rôle de Star-Lord. Adam Sandler, David Tennant et Jim Carrey ont été envisagés pour celui de Rocket Raccoon. Quant à Gamora, Olivia Wilde, Thandie Newton et Rachel Nichols ont été envisagées.

Drax nécessitait entre trois et cinq heures de maquillages par jour.

Iron Man devait faire une apparition dans le film mais Robert Downey Jr, à cette période, ne voulait plus incarner le personnage.

Chris Pratt s’est préparé pendant six mois afin d’obtenir le physique qu’il a dans le film.

Vin Diesel a interprété la phrase “Je s’appelle Groot” dans plusieurs langues, dont le français.

Une fois n’est pas coutume, Les Gardiens de la Galaxie contient énormément de références et de clins d’oeil mais pas nécessairement liés à l’univers Marvel. Le long-métrage est un concentré de pop culture des années 80 et regorge de références au parcours de James Gunn.

Il existe toutefois quelques clins d’oeil à l’univers Marvel et nous débuterons donc par là. Tout d’abord, lors de la scène post-générique de Thor : Le monde des ténèbres, le musée du collectionneur possède de nombreux clins d’oeil. Lorsque les gardiens le visitent, il est possible d’apercevoir un soldat chitauri et un elfe noir prisonniers. On peut voir aussi un chien en tenue de cosmonaute. Ce n’est autre que Cosmo, le chien télépathe cosmonaute russe et chef de la sécurité de Knowhere dans le comics des Gardiens de la galaxie. Il est également notable de découvrir Howard le canard, un célèbre personnage de Marvel utilisé dans les comics comme une satire sociale.

Image Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

De plus, le cocon déjà visible dans Thor : Le monde des ténèbres est toujours présent. Cependant, lors de la scène post-générique du film, les plus perspicaces ont remarqué que le cocon avait éclos. Ceci pourrait être un pas de plus vers l’introduction d’Adam Warlock dans le MCU.

Lors de l’entretien entre le collecteur et les gardiens, il est fait ouvertement référence au Tesseract et à l’Éther qui y sont décrites comme des pierres d’infini. Kevin Feige a plus tard confirmé que le Tesseract était bien la pierre d’espace (space gem) et que l’Éther était une autre pierre d’infini sans préciser laquelle. A l’heure actuelle, la théorie veut que l’Éther soit la pierre de réalité (reality gem) et l’Orbe des gardiens la pierre de puissance (power gem).

Dans le film, le personnage de Thanos prend un peu plus d’ampleur. Il nous confirme implicitement qu’il est bien à la recherche des pierres d’infini ; ce qui nous permet d’en déduire que l’arc scénaristique de l’infinity gauntlet est le plus probable pour la fin de la phase 3.

Image Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

Les Gardiens de la Galaxie se permet une très légère référence à Avengers avec la blague des 12%. Dans Les Gardiens de la Galaxie, Star-Lord explique qu’il a formé un plan ou plutôt 12% d’un plan. Une blague similaire est présente dans Avengers quand Tony Stark propose a Pepper de s’octroyer 12% des bénéfices de son projet. La discussion concluant sur Pepper révélant qu’elle ne profitait que de 12% du moment d’intimité avec Stark avant qu’ils ne soient interrompus.

Enfin James Gunn fait un léger clin d’oeil aux gardiens de la galaxie originaux avec le personnage de Yondu. Dans le comics, Yondu fait partie de l’équipe des gardiens de la galaxie du XXXIème siècle mais le comics ayant été publié en 1969, soit environ quarante ans avant la publication des gardiens que nous connaissons, cela fait d’eux les premiers gardiens de la galaxie.

James Gunn fait beaucoup de petites références à son travail dans le film. Celui-ci contient notamment la participation d’acteurs liés à ses précédents films comme Nathan Fillon qui double un des prisonniers du Kyln très attiré par Peter Quill. Fillon a déjà travaillé avec Gunn sur le film Slither et est en plus un des acteurs fétiches de Joss Whedon. Rob Zombie a aussi prêté sa voix pour le film en tant que  voix du navigateur ravager. Zombie avait déjà donné de la voix pour Gunn dans le film Super. De même, Lloyd Kaufman, le mentor de Gunn, joue l’un des prisonniers du Kyln.

Image Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

Enfin, Les Gardiens de la Galaxie est un hommage à la culture des années 80 avec un enfant des eighties plongé dans un univers étranger aux concepts de l’humanité. Tout d’abord le vaisseau de Star-Lord nommé le Milano est une référence assumée à l’actrice Alyssa Milano dont Peter Quill s’était amouraché pendant son enfance. A l’époque l’actrice était célèbre pour son rôle de Samantha Micelli dans la série TV Madame est servie. D’autres références sont faites à Kevin Bacon et son rôle dans Footloose ou Les aventuriers de l’Arche perdue. A ce propos, la scène d’introduction du film durant laquelle Quill s’empare du globe est un hommage à la scène similaire dans le premier Indiana Jones. Il est même possible de créer un parallèle entre les personnages de Star-Lord et d’Indiana Jones sur le plan physique et psychologique. Tous deux portent une veste en cuir ainsi qu’une besace et font preuve d’humour ou d’une attitude désinvolte face au danger entre autres.

Enfin le choix du Sony tps-L2 walkman en tant que lecteur cassette n’est pas anodin. C’est le tout premier appareil d’écoute de musique portatif commercialisé et Gunn trouve qu’il est assez poétique que l’appareil qui a révolutionné le monde de la musique soit aussi celui qui apporte la musique dans un univers où celle-ci et la danse y sont inconnues et étrangères.

Notre critique de Les gardiens de la gaxaxie.

Les Gardiens de la Galaxie apporte un nouvel univers à la franchise cinématographique Marvel et avec cela un léger vent de fraîcheur parmi les productions de Marvel Studios. Contrairement aux films Marvel les plus récents, comme Iron Man 3 ou Thor : Le monde des ténèbres, Les Gardiens de la Galaxie est totalement indépendant du reste du MCU et développe un aspect des comics Marvel jusqu’ici laissé de coté : l’univers cosmique de la Maison des Idées. Le film se veut inspirer des space operas des années 80 comme par exemple Star Wars et il n’hésite pas à user, parfois à outrance, de références à la pop culture. Cela reste pourtant le plus comics des adaptations Marvel grâce à son aspect visuel très coloré.

Image Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

Le déroulement du scénario est assez convenu avec la réunion de protagonistes que tout oppose face à une menace commune, les phases de doute et de remise en question, l’affirmation de la dynamique du groupe et enfin la récompense de ressortir grandi d’une telle aventure. L’histoire possède quelques incohérences ou zones d’ombres mais cela n’empêche cependant pas au film d’être appréciable tout du long grâce à un univers divertissant.

Les décors sont magnifiques et très colorés, comme s’ils étaient tout droit sortis des pages d’un comic book sans avoir été retravaillés. Cet aspect très comic book et décalé ressort dans de nombreux aspects du film et lui donne sa particularité qui le rend si divertissant.Les effets spéciaux sont à l’image des décors et de l’ambiance visuelle générale du film : très colorés et dépaysants, ils restent cependant crédibles et agréables à regarder.

Image Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

On regrette néanmoins qu’il y ait autant d’humains/humanoides et si peu d’aliens dans ce film qui veut pourtant nous faire croire que l’histoire se passe à des années lumières de la Terre. Hormis Groot, Rocket et un ou deux figurants il y a très peu d’aliens au design original dans le film. De même, le parti pris de représenter le Nova Corps en force de police de Xandar est défendable mais ils y perdent la majesté et le coté grandiose qu’ils ont dans le comics.

Un autre des points forts du long-métrage est son casting avec un Chris Pratt à contre-courant de ce que l’on a l’habitude de le voir jouer et qui apporte beaucoup de sa personnalité dans le personnage de Star-Lord. De même, Bradley Cooper rend Rocket Raccoon délicieusement dérangé et adorable. Enfin, il faut offrir une mention spéciale à Vin Diesel qui double Groot dans toutes les langues du film. Son timbre de voix colle à merveille au colosse végétal et il arrive à faire passer les émotions de son personnage au travers d’une simple phrase.

Image Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

Néanmoins, malgré l’excellent jeu des acteurs, certains personnages sont assez mal développés. Tout d’abord Ronan l’accusateur, principal antagoniste du film interprété par Lee Pace, est un archétype de méchant. Il n’éprouve aucune émotion, ne possède aucune qualité rédemptrice permettant au spectateur de s’identifier à sa cause et n’expose aucun développement émotionnel durant le film. Son seul rôle est de représenter une menace mais il n’y arrive que très difficilement tandis que Thanos, qui n’est présent que cinq minutes, arrive à être plus imposant et terrifiant que Ronan durant tout le film tout en offrant un énorme teaser pour Avengers 3. Dans la même optique, Nebula, jouée par Karen Gillan, ne possède aucun but spécifique dans le film et n’apporte aucun intérêt scénaristique. Il aurait été plus utile de mêler Gamora et Nebula en un personnage avec un conflit intérieur.

Cela nous amène à Gamora. Assez tôt dans l’histoire on se demande quel est son véritable rôle. Est-elle en quête de rédemption ? Cherche t-elle à retrouver son honneur ? Est-elle réellement si dangereuse ? Le personnage est censé être le bras armé de Thanos mais le trahit sans montrer une réflexion sur le sujet et expliquer pourquoi au spectateur. Celui-ci en vient à se demander si la trahison est authentique ou s’il a simplement manqué une scène. Le scénario commence à développer un intérêt amoureux avec Star-Lord mais ne le développe pas entièrement ce qui au final nous donne l’impression que Gamora n’a pas été étoffée comme elle aurait du l’être.

Image Gardiens Galaxie guardians Disney Marvel

Malgré cela, le film reste tout du long très second degré en jouant des codes du cinéma. Par exemple, lors de la scène du discours de motivation de l’équipe, avant la bataille finale, durant laquelle Rocket se moque du fait qu’ils sont tous debout pour se jurer allégeance et qu’ils ont l’air tous bien stupide, debout pour rien. Ce genre de moments nous permet de passer outre beaucoup de ses défauts.

La bande son du film est la plus originale du MCU en réutilisant des morceaux des années 80. Le concept est que les morceaux sont ceux avec lesquels Star-Lord a vécu toute sa vie et donc sa seule référence musicale. Ils sont ainsi la seule référence musicale du spectateur et collent avec humour et dérision à leurs scènes. Le reste de la bande originale par Tyler Bates colle bien aux scènes mais nous retiendrons surtout la fameuse Mixtape qui est le cœur sonore du film.

En somme, Les Gardiens de la Galaxie est une bonne surprise après des films Marvel qui commençaient à beaucoup se ressembler. Sans apporter une grand renouveau, il permet d’étendre l’univers cinématographique Marvel et de dépayser les spectateurs. De plus les origines cachées de Star-Lord, abordées à la fin du film, laissent de grandes portes ouvertes pour développement de la suite sans pour autant handicaper l’histoire qui nous est racontée. Pour le mot de la fin, rien ne résume mieux le film que “Je s’appelle Groot !”.