Le monde merveilleux de Mickey.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster monde merveilleux mickey mouse wonderful world disney

Créateur : Paul Rudish.
Producteur : Paul Rudish.
Compositeur : Christopher Willis.
Société de production : Disney Television Animation.
Distributeur : Disney+.
Première diffusion USA : 18 novembre 2020.
Première diffusion française : 18 novembre 2020.
Période : 2020.
Titre original : The Wonderful World of Mickey Mouse.
Durée moyenne d’un épisode : 7 minutes.
Nombre de saisons : 1 saison.
Nombre d’épisodes : 20 épisodes.

Résumé.

Mickey, Minnie, Donald, Daisy, Dingo et Pluto vivent de nouvelles aventures dans un monde plein de folies.

Casting.

Mickey Mouse : Chris Diamantopoulos (VF : Laurent Pasquier).
Minnie Mouse : Kaitlyn Robrock (VF : Marie-Charlotte Leclaire).
Dingo : Bill Farmer (VF : Emmanuel Curtil).
Pluto : Bill Farmer (VF : Sylvain Caruso).
Donald Duck : Tony Anselmo (VF : Sylvain Caruso).
Daisy Duck : Tress MacNeille (VF : Sybille Tureau).
Pat Hibulaire : Jim Cummings (VF : Alain Dorval).
Ludwig Von Drake : Corey Burton (VF : Jean-Claude Donda).
Clarabelle Cow : April Winchell (VF : Évelyne Grandjean).

En savoir plus.

Alors même que la saison 1 n’était pas encore diffusée, une saison 2 est déjà en production pour une diffusion à l’été 2021.

image monde merveilleux mickey mouse wonderful world disney

Notre critique de Le monde merveilleux de Mickey.

Le retour de la célèbre souris façon 21e siècle, voilà qui est intéressant.

Alors clairement cette série est destinée à un jeune public. Chaque épisode est indépendant et se veut doté de beaucoup d’humour (selon les sensibilités de chacun évidemment). On est vraiment dans un esprit cartoon où ça part dans tous les sens avec des situations improbables. Pour un public adulte, ça restera un petit divertissement sans prise de tête. On apprécie aussi que quasi chaque épisode possède un personnage classique de films Disney, créant ainsi le scénario ou bien en étant juste une apparition. Cependant, malgré tout ça, les épisodes sont inégaux en qualité d’écriture et aucun ne sort vraiment du lot. Tout reste très simple et accessible.

image monde merveilleux mickey mouse wonderful world disney
image monde merveilleux mickey mouse wonderful world disney

Mickey retrouve une série en son nom et il est à la fois moderne mais aussi ancien. Il a son esprit facétieux et aventureux de ses débuts, plus porté sur le comique. Mais il a aussi l’image qu’il renvoie par la suite de quelque de valeureux et noble plein de bons sentiments. Un bon équilibre qui sent la nostalgie et le contemporain. Même chose pour les autres protagonistes qui ont droit aussi à leur moment de gloire, servant tantôt de faire-valoir et tantôt de vraiment acteur. En fait, ils sont un excellent apport à la série en lançant diverses intrigues et en donnant d’autres visions. Donald reste le canard colérique, Minnie la grande amoureuse jalouse, Dingo le gars simple et naïf…

Forcément, ce qui va le plus surprendre est la direction artistique de la série. Choquant pour certains, réussis pour d’autres, cela fera un long débat. Pour notre part, on apprécie vraiment ce style graphique qui change vraiment. Les personnages, et surtout Mickey, retrouvent le style d’époque dans le concept mais les traits sont beaucoup plus modernisés. C’est un look cartoon qu’on trouve très bon. Certes, c’est plus grossier mais cela donne un certain charme. Surtout que les décors, simplistes en un sens, sont aussi suffisamment travaillés pour donner une bonne immersion. Ce n’est pas un simple décor trop minimaliste voire vide. On est même surpris parfois par le souci du détail. Enfin, le fait de retrouver de l’animation traditionnelle donne une plus-value à cette série. On salue aussi l’effort du doublage français pour retrouver celui de notre enfance dans l’intonation.

image monde merveilleux mickey mouse wonderful world disney
image monde merveilleux mickey mouse wonderful world disney

Le monde merveilleux de Mickey n’est pas une série merveilleuse mais elle a quelque chose d’intéressant.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp