Le journal de Bridget Jones

, par
Affiche Poster journal bridget jones diary disney miramax

Fiche technique.

Réalisateur : Sharon Maguire.
Scénaristes : Helen Fielding, Andrew Davies, Richard Curtis.
Producteurs : Tim Bevan, Jonathan Cavendish, Eric Fellner.
Compositeur : Patrick Doyle.
Sociétés de production : Universal Studios, Miramax, Studio Canal, Working Title Films
Distributeurs : Universal Studios, United International Pictures, Miramax, Alliance Atlantis
Sortie USA : 13 avril 2001.
Sortie française : 10 octobre 2001.
Titre original : Bridget Jones’s Diary.
Durée : 1h37.
Budget : 25 millions de dollars.
Recette mondiale : 281,9 millions de dollars.
Recette USA : 71,5 millions de dollars.
Entrées françaises : 3 441 442 entrées.

Résumé

Bridget Jones est une jeune londonienne célibataire à la maladresse naturelle. Lassée de rencontrer des hommes irrespectueux, elle commence un journal à l’écriture drôle et piquante qui l’amènera peut-être vers le grand amour.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale

>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting

Bridget Jones : Renée Zellweger (VF : Odile Cohen).
Mark Darcy : Colin Firth (VF : Nicolas Lormeau).
Daniel Cleaver : Hugh Grant (VF : Thibault de Montalembert).
Pamela Jones : Gemma Jones (VF : Patricia Jeanneau).
Colin Jones : Jim Broadbent (VF : Claude Leveque).
Tom : James Callis (VF : François Godin).
Jude : Shirley Henderson (VF : Inconnue).
Shazza : Sally Phillips (VF : Inconnue).
M. Fitzherbert : Paul Brooke (VF : Gérard Surugue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Le journal de Bridget Jones est une adaptation du roman Bridget Jones’s Diary de Helen Fielding.

Salman Rushdie fait une apparition lors de la soirée dans la maison d’édition où travaille Bridget. Il est l’ami de l’auteur Helen Fielding dans la vraie vie.

Renée Zellweger a pris 12 kg pour le rôle.

Image journal bridget jones diary disney miramax

Helen Fielding s’est beaucoup inspirée du roman Orgueil et préjugés de Jane Austen pour son livre Bridget Jones’s Diary.

Le film commence et se termine avec une tombée de neige.

Renée Zellweger n’est pas anglaise mais américaine. Elle a du s’entraîner pour parvenir à obtenir l’accent posh britannique décrit dans le livre initial.

Le combat entre Colin Firth et Hugh Grant n’a pas été chorégraphié. Les deux acteurs ont improvisés directement sur le plateau.

Image journal bridget jones diary disney miramax

Les crédits de Le journal de Bridget Jones sont différents pour les États-Unis. Lorsque nous avons des interviews des différents personnages rencontrés lors du film parlant de la naissante relation entre Bridget et Mark, outre-atlantique c’est une vidéo de Bridget courant nue dans le jardin du jeune Mark qui advient. Cette scène coupée au montage est disponible dans les bonus du DVD.

Juliette Binoche, Cate Blanchett, Helena Bonham Carter, Sophie Marceau, Kristin Scott Thomas, Kate Winslet, Toni Colette ou Emma Thompson ont toutes été pressenties pour le rôle de Bridget Jones.

Le tournage a duré six semaines dans Londres et sa banlieue.

Image journal bridget jones diary disney miramax

Dans le livre, Bridget Jones devait réaliser une interview de Colin Firth. Cependant, puisqu’il joue le rôle de Mark Darcy, cette scène n’a pas pu être réalisée pour des raisons de logique scénaristique. Pourtant, la scène en question a bien eu lieu et se trouve sur internet.

L’auteur du livre a tout de suite pensé à Colin Firth pour le rôle de Mark Darcy, s’inspirant de son rôle de M. Darcy dans le téléfilm anglais Orgueil et préjugés (Jane Austen’s Pride and Prejudice, BBC One, 1995).

L’appartement de Bridget Jones se situe au 8 Bedale Street à Londres, juste au-dessus du pub The Globe.

Notre critique de Le journal de Bridget Jones.

Comédie romantique culte, Le journal de Bridget Jones est un intemporel qui dépoussière le genre.

Doté d’un parfait humour anglais, que l’on sait pince-sans-rire, le film tord le cou aux clichés usés de la comédie romantique sans pour autant les laisser complètement de côté. Il s’agit toujours d’un rapprochement entre deux personnes que tout oppose sur fond de triangle amoureux, mais l’ingéniosité réside sur la façon dont sont traités ces éléments. En effet, la séduction ne semble pas être innée chez l’ensemble des protagonistes, et draguer en déblatérant les nombreux défauts de la personne à conquérir semble être une méthode appropriée pour déclarer sa flamme. Laissez donc à part la volonté permanente des autres films romantiques de vouloir magnifier à outrance les histoires d’amour passionnelles, et le spectateur en redemandera à coup sûr.

Image journal bridget jones diary disney miramax

Cela étant, l’héroïne de Le journal de Bridget Jones y est pour beaucoup. Qui ne voudrait pas être Bridget, « used to run around [Mark Darcy’s] lawn with no clothes » tant elle est décomplexée et naturelle dans tout ce qu’elle entreprend. Sa voix off omniprésente, faisant part de tous ses ressentis, permet une symbiose parfaite avec le personnage. Il en va de même pour l’actrice Renée Zellweger qui devient totalement Bridget Jones, et inversement. Que ce soit dans sa façon de parler, de marcher ou ses mimiques, il est difficile d’imaginer quelqu’un d’autre sous les traits de la trentenaire la plus célèbre de Londres.

Image journal bridget jones diary disney miramax

Puis, des scènes à la fois improbables et surprenantes s’enchaînent. Dans quel film à l’eau de rose, oserait-on voir le personnage sensé incarner la séduction, courir follement sous la neige en culotte léopard, tennis et petit gilet pour retrouver celui qu’elle aime ? Scène culte également lors de l’ouverture de Le journal de Bridget Jones. Les grandiloquentes notes de All by myself interprétées ici par Jamie O’Neal, et synchronisées aux gesticulations de Jones et son pyjama rose, en font une scène hilarante. Évidemment, que le premier qui ne se déhanche pas de la sorte sur une telle musique, nous jette la première pierre. Il est plus que plaisant de le voir exposé ainsi sur plein écran. Le titre du film apparaît au parfait timing pour présenter son héroïne, qui vient néanmoins de nous déclamer toute sa solitude de célibataire. La vulnérabilité du personnage est aussi ce qui fait sa force auprès du public.

Image journal bridget jones diary disney miramax

Le casting de Le journal de Bridget Jones est donc parfait jusque ici, mais quand est-il des personnages masculins ? Même s’ils sont deux héros complètement antinomiques ; coureur de jupons pour l’un et aristocrate coincé pour l’autre, le trio amoureux fonctionne à merveille pour nous délivrer des scènes d’anthologie, dont un combat épique sur la musique It’s raining men de Geri Halliwell entre un Colin Firth et un Hugh Grant aux antipodes de leurs rôles de gentils garçons. Le contre-emploi des deux acteurs prouve toute la finesse et le savoir-faire des comédies anglaises. Toujours mesurées, jamais trop et toujours justes; voilà où réside la réussite de ces films.

En parallèle, faisons une mention spéciale au doublage français qui surprend de justesse, au même titre que la bande originale entraînante qui dynamise le tout.

Team Darcy (« Darce » pour les intimes) ou Team Cleaver, ce sera à vous de choisir pour qui battra le cœur de Bridget.

Pixar Planet DisneyPixar Planet Disney