Le dernier duel.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster dernier last duel

Réalisateur : Ridley Scott.
Scénariste : Ben Affleck, Matt Damon et Nicole Holofcener.
Producteur : Ben Affleck, Matt Damon, Ridley Scott, Drew Vinton et Kevin J. Walsh.
Compositeur : Harry Gregson-Williams.
Société de production : 20th Century Studios, Pearl Street Films Scott et Free Productions.
Distributeur : 20th Century Studios.
Sortie USA : 15 octobre 2021.
Sortie française : 13 octobre 2021.
Titre original : The last duel.
Durée : 2h32.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : Inconnue.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé.

Jean De Carrouges découvre que sa femme, Marguerite de Thibouville, a été violée par Jacques le Gris. Il réclame juste et décide d’entrer en duel où le vainqueur sera déclaré innocent.

Achats.

À venir.

Casting.

Jean de Carrouges : Matt Damon (VF : Damien Boisseau).
Jacques Le Gris : Adam Driver (VF : Valentin Merlet).
Marguerite de Carrouges : Jodie Comer (VF : Olivia Luccioni).
Comte Pierre II d’Alençon : Ben Affleck (VF : Jean-Pierre Michaël).
Nicole de Buchard : Harriet Walter (VF : Frédérique Cantrel).
Robert de Thibouville : Nathaniel Parker (VF : Frédéric Souterelle).

En savoir plus.

Le dernier duel est l’adaptation du roman Le Dernier Duel : Paris, 29 décembre 1386 d’Eric Jager publié en 2004, tiré lui-même d’une histoire vraie.

Ben Affleck devait avoir l’un des deux rôles principaux.

image last dernier duel disney

Suite à la pandémie mondiale, le film était initialement prévu au 25 décembre 2020 avant d’être reporté de plusieurs mois.

Le tournage s’est déroulé en France et en Irlande.

Notre critique de Le dernier duel.

Certains films sont attendus juste avec le nom du réalisateur. Quand il s’agit d’une production de Ridley Scott et qu’en plus il se lance à nouveau dans une trame d’Histoire, l’engouement est plus fort.

image last dernier duel disney
image last dernier duel disney

Originalité de son nouveau film, le scénario est divisé clairement en trois chapitres. En effet, chacun des protagonistes va donner son point de vue sur cette affaire. De cette manière, les éléments ne sont pas toujours à interpréter de la même façon tant chacun a une vision différente des choses, nous laissant alors témoin d’une intrigue dont on doit chercher à démêler le vrai du faux. Sur ce point, c’est réussi même si au final, ce sera la troisième partie qui donnera la vraie version de l’histoire, un choix appuyé par les scénaristes de ne pas laisser de suspens. Dommage dans un sens car cela aurait été mieux que même nous en tant que spectateur on choisisse quelle version est à prendre, permettant de créer du débat et de se retrouver dans la peau d’un juré dans un tribunal. On pourrait reprocher au film un manque d’émotions. On est tout le temps dans la gravité et le dramatique, ne laissant pas beaucoup d’espoir ou une petite pointe joyeuse ou touchante pour contrebalancer.

Cependant, le fait de créer trois chapitres sous différents angles a aussi ses défauts. D’une part, car elles sont déséquilibrées. La version de De Carrouges est là pour planter déjà les bases et sur la naissance de l’amitié qu’il a avec Le Gris. Une relation qui n’a pas un réel intérêt car on aurait pu la prendre pour acquis. La partie sur Le Gris est un peu plus courte et va donc nous remontrer certaines scènes mais avec des dialogues différents et des actions changeantes. Mais c’est surtout la partie de Marguerite qui est plus percutante sauf qu’elle se veut trop courte alors que justement, il y a beaucoup de potentiel dedans et des enjeux plus forts. Le fait de voir aussi souvent la même scène donne un sentiment de longueur.

image last dernier duel disney
image last dernier duel disney

Car oui, le scénario prend tout son sens avec ce viol qui est au cœur de l’affaire. Un thème qui 700 ans plus tard est toujours autant d’actualité. Le sujet n’est ainsi pas éludé et qui reflète un état de la société. D’un côté l’homme qui réfute l’accusation publiquement alors que dans la vérité, il a abusé de la situation et forcer la femme par la violence. De l’autre, la femme qui refuse de se taire et qui se lance dans un combat de longue haleine à l’ampleur médiatique (de l’époque par le colportage jusqu’à la royauté) pour réclamer justice et aussi sauver son honneur. Les dialogues sont ici bien plus incisifs surtout qu’on a aussi le point de vue d’une femme qui a préféré se taire, donnant alors une autre réalité des femmes qui ne veulent pas parler de ce traumatisme.

Le casting est de renom et chacun est excellent dans son rôle. Surtout que chacun va interpréter des scènes à trois reprises mais avec quelques variantes. À commencer par Jodie Comer qui signe une magnifique performance mais qui prend toute sa saveur dans le dernier acte. C’est là aussi un point intéressant du scénario par rapport aux personnages. En effet, tous trois vont se donner une vision d’eux-mêmes, rendant alors difficile de cerner les protagonistes. Là où de Carrouges se montre comme un mari respectable, attentionné et avec beaucoup d’honneur et de loyauté, Marguerite va le dépeindre comme un mari sec et autoritaire alors que Le Gris va le voir comme un ami qui défaille et dont on peut se moquer. Ce même Le Gris qui est une personne indigne de confiance et un violeur pour Marguerite alors que lui se voit comme un homme à femmes séducteur et adepte d’orgies. Enfin, l’héroïne du film est tantôt une femme aimante tantôt une gestionnaire hors pair à l’égal de son mari. La présence de Ben Affleck en tant que Comte est minorée alors que son rôle aurait pu avoir une plus forte importance. Enfin, on regrette que le Roi soit si caricaturale du « gamin » pourri gâté. Mais le fait d’avoir donner des personnages si « stéréotypés » permet aussi de donner une vision de cette époque.

image last dernier duel disney
image last dernier duel disney

Pour cette époque médiévale justement, Ridley Scott a mis les gros moyens. Venant de lui c’est guère surprenant. La force du long-métrage repose ainsi sur une reconstitution d’époque très immersive. Même un simple plan de coupe montre un pan de la vie quotidienne et fourmille de détails jusqu’aux arrière-plans sans fausses notes. Il y a aussi un énorme travail sur les costumes et les décors. De ce point de vue là, c’est remarquable. Quant à la mise en scène, c’est du Scott. Les plans sont travaillés et il y a une ambiance reflétant cette gravité du « procès ». Comme son titre l’indique, on attend aussi ce fameux duel. Là encore, on reste dans du crédible, loin des combats chorégraphiés de maintenant. C’est intense, brutal, violent… Et ça donne une certaine tension. Le film est aussi sanglant que ce soit les batailles ou le combat final, justifiant ainsi l’interdiction pour les jeunes enfants. Enfin, la bande originale de Gregson-Williams n’est pas assez prenante et il nous a déjà habitué à mieux. Il manque un côté épique musicalement.

Le dernier duel est un bon film dans l’ensemble, surtout par la construction de son scénario, mais ses quelques défauts l’empêchent d’être aussi mémorable que d’autres films du réalisateur.

La note de Fabien