Le clochard de Beverly Hills.

, par
Affiche Poster clochard beverly hills down out disney touchstone

Fiche technique.

Réalisation : Paul Mazursky.
Scénario : Paul Mazursky et René Fauchois.
Production : Paul Mazursky.
Compositeur : Andy Summers.
Société de Production : Touchstone Pictures, Silver Screen Partners II.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 31 janvier 1986.
Sortie française : 17 septembre 1986.
Titre original : Down and Out in Beverly Hills.
Durée : 1h43.
Budget : 14 millions de dollars.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 62,1 millions de dollars.
Entrées françaises : 379 789 entrées.

Résumé

Jerry est un clochard. Après la perte de son chien, il veut se suicider dans la piscine de David Whiteman. Ce dernier lui sauve la vie et décide de le recueillir malgré les protestations de la famille.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale

>> DVD / Blu-Ray
>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting

Jerry Baskin : Nick Nolte (VF : Alain Dorval).
David Whiteman : Richard Dreyfuss (VF : Bernard Murat).
Barbara Whiteman : Bette Midler (VF : Élisabeth Wiener).
Max Whiteman : Evan Richards (VF : Luq Hamet).
Jenny Whiteman : Tracy Nelson (VF : Béatrice Agenin).
Carmen : Elizabeth Peña (VF : Annie Balestra).
Orvis Goodnight : Little Richard (VF : Sady Rebbot).
Al : Felton Perry (VF : Roger Lumont).
Sidney Waxman : Paul Mazursky (VF : Jacques Richard).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Le clochard de Beverly Hills est le remake du film français Boudu Sauvé des Eaux de Jean Renoir de 1932.

Nick Nolte a passé cinq semaines dans la rue pour préparer son rôle.

Image clochard beverly hills down out disney touchstone

Le film a donné naissance à une série éponyme l’année suivante qui a été annulé faute d’audience.

Warren Beatty et Jack Nicholson ont été envisagés pour le rôle de Jerry.

Le tournage s’est déroulé en Californie.

Notre critique de Le clochard de Beverly Hills.

Un choc des genres qui peut amener une bonne comédie si c’est bien dosée.

Image clochard beverly hills down out disney touchstone

En fait, en arrivant à la fin de Le clochard de Beverly Hills, on cherche encore où il fallait rire. Pire, on se dit qu’on a perdu notre temps car il n’y a guère évolution de l’intrigue. Pourtant ça semblait partir correctement, ça se mettait en place doucement. Puis… plus rien. On assiste juste à un gars qui profite du luxe de l’autre sans pour autant provoquer de situations comiques. Pour couronner le tout, on part dans les clichés tellement bas de gamme qu’on sature assez vite comme la bourgeoise hystérique, le mec riche qui est heureux d’avoir pu tester la mendicité et fouiller dans les poubelles… Bref, la conclusion du film est toute aussi ridicule.

Image clochard beverly hills down out disney touchstone

Même les personnages sont peu approfondis. Déjà Jerry, le clochard, est juste quelqu’un qui a tout pour réussir mais qui refuse de bosser, préférant profiter de la richesse (et aussi de tout ce qui est féminin dans la maison…). De l’autre on a David qui se croit être un saint d’accueillir un pauvre chez lui tandis que sa femme est exécrable avant un brusque retournement de situation complètement grotesque. On a alors la fille du couple, complètement inexistante vu que présente qu’au début et à la fin du film qui elle aussi a droit à une intrigue tellement bête.

Image clochard beverly hills down out disney touchstone

En fait, seul le fils, qui au début du film est insupportable (oui c’est de famille) à filmer tout et n’importe quoi et n’importe comment, avant de finalement gagner un peu en épaisseur avec le secret qu’il cache et qu’il ne sait pas en parler à ses parents, sauf que là aussi l’intrigue passe rapidement à la trappe. Enfin, nous avons Carmen, la domestique de la maison, qui n’arrive pas à prendre sa place dans l’histoire. En réalité, il n’y a que le chien qui a un semblant d’intérêt.

Image clochard beverly hills down out disney touchstone

Au final, que retenir si ce n’est… rien ? Il n’y a pas de péripéties, pas de rebondissements notables, pas d’intérêts, des invraisemblances… Les jeux des acteurs sont tout juste passables. Le clochard de Beverly Hills n’est donc pas fameux du tout.

Pixar Planet DisneyPixar Planet Disney