amazon disney

Affiche L'apprentie sorcière Disney Poster Bedknobs and Broomsticks

Fiche technique.

Réalisateur : Robert Stevenson et Arthur J. Vitarelli.
Scénariste : Bill Walsh et Don DaGradi, Ralph Wright et Ted Berman.
Producteur: Bill Walsh.
Compositeur : Irwin Kostal, Richard M.Sherman et Robert B. Sherman.
Société de production : Walt Disney Productions.
Distributeur : Buena Vista Distribution Company.
Première USA : 11 Novembre 1971 (New York).
Sortie USA : 13 Décembre 1971.
Sortie française : 13 Décembre 1972.
Titre original : Bedknobs ans Broomsticks.
Durée : 1h53.
Budget : 20 millions de dollars.
Recette USA : 17,8 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 316 579 entrées.

Résumé.

En Aout 1940, Charlie, Carrie et Paul Rawlins sont obligés de quitter Londres à cause de la guerre qui fait rage et sont hébergés chez une mystérieuse femme nommée Eglantine Price. Les enfants s’aperçoivent vite  qu’ils ne sont pas chez une femme ordinaire. L’apprentie sorcière se fera très vite remarquer mais celle-ci cherche un moyen de sauver l’Angleterre grâce à la magie. Aidée des enfants, elle parvient à retrouver son professeur Emelius Browne qui se trouve être un escroc et premier étonné des pouvoirs de son élève. Ensemble parviendront-ils à retrouver l’étoile d’Astaroth et à sauver l’Angleterre des nazis ?

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux Raccords
>> Répliques
>> Bande originale
>> Jeux vidéo
>> DVD / Blu-Ray
>> Tsum Tsum
>> Funko Pop
>> Figurine de collection
>> Livres

Achat.

Casting.

Eglantine Price : Angela Lansbury (VF : Mony Dalmès et au chant Eliane Thibault (1972) et Brigitte Virtudes (2003)).
Emelius Browne : David Tomlinson (VF : Philippe Dumat et au chant Francis Linel (1972) et Bernard Alane (2003)).
Carrie Rawlins : Cindy O’Callaghan (VF : Séverine Morisot (1972) et Camille Donda).
Paul Rawlins : Roy Snart (VF : Christophe Bruno (1972) et Maxime Baudouin (2003)).
Charlie Rawlins : Ian Weighill (VF : Fabrice Bruno (1972) et Louis Potier (2003)).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

L’Apprentie Sorcière marque la dernière participation des frères Sherman à une production Disney après dix ans de bons et loyaux services.

Walt Disney a acheté les droits des romans de Mary Norton “The Magic Bed Knob or How to Become a Witch in Ten Easy Lessons” sorti en 1943 et “Bonfires and Broomsticks” sorti en 1947 uniquement dans l’optique d’un potentiel chantage envers Pamela L. Travers qui a eu du mal à céder ses droits sur Mary Poppins. Selon les frères Sherman, les droits du livre de Mary Norton ont été achetés bien avant ceux de Pamela L. Travers. Ils expliquent aussi que Walt Disney était venu rassurer l’équipe pendant la production de Mary Poppins, que le studio possédait un autre film avec la magie (solution annoncée en 1963). Mais, Walt Disney n’a porté qu’un faible intérêt à cette histoire qui sortit cinq ans après sa mort.

L’écriture du scénario et la composition de la musique débutent en 1964 mais s’arrêtent suite au succès de Mary Poppins pour ne reprendre qu’en 1970. Les frères Sherman ont indiqué qu’en 1968, Bill Walsh était venu les voir dans leur bureau alors qu’ils allaient quitter le studio Disney pour leur demander de poursuivre la musique de L’Apprentie sorcière sans date de production. Ce n’est qu’en novembre 1969 que Walsh appelle les frères Sherman pour leur annoncer le début du tournage du film.

Comme dans Mary Poppins, on retrouve dans l’Apprentie Sorcière un mélange d’images réelles et d’animation. Le thème est néanmoins quelque peu différent.

Le rôle de Eglantine Price a tout d’abord été proposé à Julie Andrews. Cette dernière ayant refusé, la production a alors contacté Angela Lansbury.

On retrouve plusieurs personnes ayant travaillé sur Mary Poppins, à savoir David Thomlison, les frères Sherman, Robert Stevenson le réalisateur, Peter Ellenshaw le directeur artistique et Irwin Kostal le directeur musical.

Notre critique de L’apprentie sorcière.

Cinq ans après la mort de Walt Disney, les studios Disney sortent leur 26ème long-métrage d’animation l’Apprentie Sorcière. Souvent comparé à Mary Poppins  de 1964, ce film a rencontré un faible succès mais il a réussi à perdurer malgré tout ayant le droit à une ressortie en DVD dans les années 2000. L’Apprentie Sorcière raconte l’histoire d’Eglantine Price, apprentie sorcière qui malgré elle se retrouve à héberger trois enfants Charlie, Carrie et Paul Rawlins qui assez rapidement percent à jour son secret et essayent d’en tirer profit. Eglantine compte retrouver son mentor Emelius Brown qui se révèle être un escroc et qui ne croyait en rien à la magie, pour retrouver la dernière formule et ainsi, espérer sauver l’Angleterre des nazis.

Eglantine est un personnage hors du commun, c’est une femme seule qui ne vit que pour la magie ; se retrouver avec les enfants Rawlins la perturbe car ils sont l’opposé de ce qu’elle est. Charlie cherche souvent le conflit, Carrie est douce et obéissante elle veille sur ses frères et Paul est innocent et naïf. Mais elle apprendra à compter sur eux lors de leurs multiples aventures. Monsieur Brown est l’escroc par excellence mais il se fait avoir à son propre jeu en découvrant que son livre où se trouvait les formules magiques n’était pas une farce. Il  se retrouvera mêlé aux aventures d’Eglantine et des enfants. Bien sûr, tout comme dans Mary Poppins il y a une séquence animée. Celle-ci se passe sur une île appelée Naboombu. Sur cette île vivent des animaux capturés par le magicien Astaroth et transformés pour ressembler à des humains. C’est sur cette île que Eglantine devra trouver l’étoile d’Astaroth qui sauvera l’Angleterre.

Nous sommes bien plus souvent dans le monde réel que dans l’imaginaire mais celui-ci est présent dans le réel de par la magie. Les décors sont assez sombres dans le monde réel mais la guerre fait rage et l’on sent l’ambiance pesante malgré quelques scènes joyeuses au sein de la ville. Au niveau de l’animation nous nous retrouvons dans un monde enchanté où nous pouvons respirer et chanter sans soucis dans l’eau (et oui c’est la magie Disney !) où se trouve un night club. La guerre est totalement oubliée ou presque car le but premier dans ce monde animé est de chercher la formule magique qui se trouve être accrochée au cou d’un lion qui participe justement au match de football local. Les effets spéciaux sont tout de même (il faut l’avouer) assez bien réalisés pour un film de l’époque (les armures qui prennent vie, les balais qui volent, les personnes transformées en animaux, etc). Nous pouvons très facilement même à notre époque, nous immerger dans l’action du film sans que celui-ci nous paraisse ridicule.

Tantôt entraînantes, tantôt mélancoliques, les chansons de ce film ne sont pas nombreuses pour un film dit musical mais, cela suffit à nous mettre dans l’ambiance de l’action du film très facilement. Les frères Sherman fidèles à leur style, ont fait une dernière collaboration chez Disney avec ces chansons qui ne resteront pas dans les esprits comme ce fut le cas de Mary Poppins.

Les studios Disney ont du mal à rebondir après la perte de Walt Disney. L’Apprentie Sorcière connaît un timide succès mais la morale et la représentation de la femme dans ce film changent tout de fois de tout ce que l’on a pu connaître avant grâce à l’évolution de la société américaine. Ce film musical nous transporte malgré la guerre, dans une histoire pleine d’aventures et de magie en tout genre mais malheureusement, il reste malgré tout encore trop méconnu pour la plupart du grand public.