Films Live 20th Century Fox La tour infernale.

La tour infernale.

banniere-dp-vers-dlp

affiche poster tour infernale towering inferno disney fox

Fiche technique.

Réalisateur : John Guillermin.
Scénariste : Stirling Silliphant.
Producteur : Irwin Allen et Sidney Marshall.
Compositeur : John Williams.
Société de production : 20th Century Fox, Warner Bros., Irwin Allen Productions et United Films..
Distributeur : 20th Century Fox.
Première USA : 10 décembre 1974 (New York).
Sortie USA : 20 décembre 1974.
Sortie française : 5 mars 1975.
Titre original : The Towering Inferno.
Durée : 2h45.
Budget : 14 millions de dollars.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 116 millions de dollars.
Entrées françaises : 4 466 376 entrées.

Résumé.

Lors de la soirée d’inauguration de son nouveau gratte-ciel, l’architecte Douglas va voir sa création prendre feu, piégeant 300 personnages à l’intérieur.

Univers.

>> Répliques

Achats.

Casting.

En 2000, le film connait une autre version française.

Douglas “Doug” Roberts : Paul Newman (VF : Marcel Bozzuffi / Patrick Floersheim).
Michael O’Hallorhan : Steve McQueen (VF : Jacques Thébault / Hervé Bellon).
Jim Duncan : William Holden (VF : Jean Martinelli / Bernard Woringer).
Susan Franklin : Faye Dunaway (VF : Perrette Pradier / Véronique Augereau).
Harlee Claiborne : Fred Astaire (VF : Claude Dauphin / Roger Carel).
Patty Simmons : Susan Blakely (VF : Béatrice Delfe / Véronique Desmadryl).
Roger Simmons : Richard Chamberlain (VF : Dominique Paturel / Thierry Wermuth).
Lisolette Mueller : Jennifer Jones (VF : Monique Mélinand / Françoise Pavy).
Harry Jernigan : O. J. Simpson (VF : Sady Rebbot / Adrien Antoine).
Gary Parker : Robert Vaughn (VF : Roger Rudel / Guy Chapellier).
Dan Bigelow : Robert Wagner (VF : Jean-Claude Michel / Jérôme Keen).
Lorrie : Susan Flannery (VF : Marion Loran / Emmanuèle Bondeville).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

La tour infernale est l’adaptation des romans The Tower par Richard Martin Stern (publié en 1973) et The Glass Inferno par Thomas N. Scortia et Frank M. Robinson (publié en 1974). Chaque livre traite d’un gratte-ciel en flammes.

Chose surprenante, deux majors d’Hollywood sont au générique : 20th Century Fox et Warner Bros. Ceci s’explique par l’achat des droits d’adaptation des livres. La Warner a acheté ceux du premier, la Fox ceux du second. Pour éviter une sortie frontale, ils ont fusionné les histoires en un seul, se partageant le budget. En terme de recettes, la Fox se base sur le box-office américain et la Warner le box-office du reste du monde.

image tour infernale towering inferno disney fox

À l’origine, Steve McQueen devait jouer l’architecte.

Sean Connery et Charlton Heston ont été envisagés pour le rôle du chef O’Halloran.

Steve McQueen et Paul Newman était les deux grandes célébrités du cinéma de l’époque. De ce fait, chaque acteur devait avoir le même nombre de lignes de dialogues. Concernant l’affiche du film, les noms sont en décalés pour être lisible soit de haut en bas ou bien de gauche à droite, donnant ainsi l’un ou l’autre comme premier de lecture.

image tour infernale towering inferno disney fox

Pour les plans d’ensemble, la tour est une maquette. Quant à la salle de réception, elle a coûté 300 000 dollars.

Le tournage s’est déroulé de mai à septembre 1974 en Californie.

Notre critique de La tour infernale.

Les films catastrophes au cinéma, en général ça passe bien même si ça ne reste pas sensationnel. Pourtant ici, il y a de sacrés réunions.

image tour infernale towering inferno disney fox

Tout d’abord, la réunion de deux grands studios du cinéma : 20th Century Fox et Warner Bros. On se doute qu’on va avoir droit à un long-métrage qui va avoir une sacré ampleur. Ce qui est le cas dirons-nous. Mais on y reviendra. Commençons tout d’abord par le scénario qui n’est pas extraordinaire. Déjà, il faut compter presque 45 minutes de mise en place des personnages et de l’intrigue avant que ne se déclenche l’incendie. C’est long et limite ennuyeux. En revanche, on soulignera que cela permet de dénoncer les fabrications à bas coûts pour faire des économies au profit de la sécurité.

image tour infernale towering inferno disney fox

Une fois l’incendie déclaré, on entre enfin dans le film catastrophe qui va répondre à tous les codes du genre. Actes de bravoures, personnes paniquées, personnes égoïstes, enfants en danger, femmes à sauver… tout y passe. Si on prend du recul, on se rend compte aussi qu’il ne se passe pas grand chose d’époustouflant. On a droit à de l’action, certes, mais il manque quand même quelque chose pour se démarquer vraiment. L’histoire est trop classique avec des éléments prévisibles. Cependant, il faut remarquer que ce n’est pas un film “tout public”. En effet, La tour infernale n’y va pas par quatre chemins et les morts sont bien visibles, que ce soit les brûlés ou les personnes tombant dans le vide. C’est percutant mais ça montre la dangerosité de la situation.

image tour infernale towering inferno disney fox

Autre grande réunion : Paul Newman et Steve McQueen. Avec une telle affiche, on sait qu’on joue dans la cour des grands. McQueen est quand même bien plus remarquable et convaincant que Newman qui manque d’expression. Le premier incarne le commandant de pompiers qui va devoir gérer cette crise d’envergure. Il se veut courageux mais ça reste son travail tout en devant assurer la sécurité des gens et de ses équipes. Pourtant, on a l’impression de peu le voir dans le film au contraire du second. Newman interprète l’architecte du bâtiment qui se la joue grand héros à tenter de sauver tout le monde à travers ses actes parfois assez fous. On n’arrive pas à s’attacher à lui.

image tour infernale towering inferno disney fox

Du côté des personnages secondaires, il y a aussi de grands noms du cinéma. On retiendra surtout le propriétaire de l’hôtel qui se rend compte de la situation et qui ne tient pas à fuir ses responsabilités, faisant face comme il le devrait. À l’inverse de son gendre qui a cherché à faire des économies et qui se veut comme la personne à détester dans le film. Imbu de lui-même et ne pensant qu’à lui, il incarne bien l’antagoniste. Dommage que les rôles féminins soient si relayés au second plan alors que la fille de Duncan comme l’épouse de Doug avaient du potentiel.

image tour infernale towering inferno disney fox

Revenons en à ce qu’on disait au début. Fox et Warner, cela donne un film avec beaucoup de moyens. Déjà par des décors variés et propres, même s’il faut se remettre dans la mode visuelle de l’époque (bonjour les murs oranges). Aussi, par des effets visuels de qualité pour les années 1970. Que ce soit les scènes aériennes que les cages d’ascenseur qui n’en finissent plus, on arrive à être immergé. Ensuite, l’incendie se veut bien dangereux et rappelle sans cesse sa présence. Si on devait mettre un bémol, c’est sur les multiples explosions qui font sauter tout un étage, histoire que visuellement ça en jette. Le pire étant vers le début de l’incendie, quand seule une partie d’un étage est en proie aux flammes et qu’une vue de l’extérieur de l’immeuble montre deux étages ravagés par l’incendie qui en plus sont séparés de plusieurs niveaux sans explication. Concernant la bande originale, John Williams est bien décevant et ne propose rien de particulier. Pour conclure, certaines scènes du film tirent trop en longueur et plus de rythme aurait pu être donné en raccourcissant la durée du long-métrage.

image tour infernale towering inferno disney fox

La tour infernale est un bon film catastrophe mais ne parvient pas à proposer quelque chose de grandiose.

La note de Fabien

En bref

Un film catastrophe correct.
Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.