Films Live 20th Century Fox La planète des singes.

La planète des singes.

banniere-dp-vers-dlp

affiche poster planète singes planet apes disney fox

Fiche technique.

Réalisateur : Franklin J. Schaffner.
Scénariste : Rod Serling et Michael Wilson.
Producteur : Mort Abrahams et Arthur P. Jacobs.
Compositeur : Jerry Goldsmith.
Société de production : 20th Century Fox et APJAC Productions.
Distributeur : 20th Century Fox.
Première USA : 8 février 1968.
Sortie USA : 3 avril 1968.
Sortie française : 25 avril 1968.
Titre original : Planet of the Apes.
Durée : 1h52.
Budget : 5,8 millions de dollars.
Recette mondiale : 32,59 millions de dollars.
Recette USA : 32,58 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 715 631 entrées.

Résumé.

Après que son vaisseau se soit écrasé, Taylor découvre que la planète sur laquelle il est est dominée par les singes et où les humains sont emprisonnés.

Univers.

Achats.

Casting.

George Taylor : Charlton Heston (VF : Georges Aminel).
Zira : Kim Hunter (VF : Arlette Thomas).
Cornélius : Roddy McDowall (VF : Serge Lhorca).
Docteur Zaïus : Maurice Evans (VF : Jean Martinelli).
Nova : Linda Harrison (VF : Inconnue).
Président de l’assemblée : James Whitmore (VF : Yves Brainville).
Honorious : James Daly (VF : René Bériard).
Landon : Robert Gunner (VF : Roland Ménard).
Lucius : Lou Wagner (VF : Philippe Ogouz).
Maximus : Woodrow Parfrey (VF : Jacques Beauchey).
Dodge : Jeff Burton (VF : Med Hondo).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

La planète des singes est l’adaptation du roman éponyme de Pierre Boulle publié en 1963.

Le producteur Arthur P. Jacobs cherche des idées de films et il lui est présenté le roman La planète des singes. Il en achète rapidement les droits d’adaptation. Blake Edwards devient le réalisateur pour une production Warner Bros.

image planète singes planet apes disney fox

Le scénariste va établir des dizaines de versions de l’histoire. L’histoire est modifiée déjà par le changement de prénom du héros (Ulysse en Thomas) puis en ajoutant une équipe d’astronautes qui atterrissent sur une planète mais la folie entraîne les trois protagonistes à s’entre-tuer jusqu’à ce que le dernier survivant découvre où il se situe. Devant un budget beaucoup trop élevé, la Warner Bros se désengage du projet de même que le réalisateur.

Le scénariste Serling quitte le projet et est remplacé par Michael Wilson qui va apporter des modifications à commencer par le nom du héros qui devient Taylor, le crash du vaisseau et une civilisation moins avancée des singes que prévue (réduisant ainsi le budget). La Fox se montre intéressé et décide de produire le film.

image planète singes planet apes disney fox

Charlton Heston avait la grippe une bonne partie du tournage rendant sa voix rauque que le réalisateur a décidé de le garder dans cet état.

À cause de la complexité du maquillage, les acteurs et figurants portant des masques devaient les garder constamment sur eux même pendant les pauses. Ils prenaient leur repas avec une paille.

John Chambers est l’artiste responsable des maquillages du film. 80 personnes composaient son équipe.

image planète singes planet apes disney fox

Linda Harison (Nova) était enceinte vers la fin du tournage et devait cacher son ventre.

Marlon Brando, Burt Lancaster, Paul Newman, Sean Connery, John Wayne, Steve McQueen ont été envisagés pour le rôle de Taylor ; Ingrid Bergman dans celui de Zira ; Ursula Andress, Raquel Welch et Angelique Pettyjohn pour celui de Nova ; Alec Guinness, Peter Ustinov et Orson Welles pour celui du Docteur Zaius ; Rock Hudson pour celui de Cornelius.

Le tournage s’est déroulé en Californie, dans l’Utah et en Arizona.

Notre critique de La planète des singes.

Franchise culte, tout a commencé en 1968 pour la science-fiction qui se développe de plus en plus au cinéma suite à la conquête spatiale.

image planète singes planet apes disney fox

Une histoire qui se divise en trois actes bien distincts. La première partie qui consiste au crash du vaisseau où on se sent dans l’ambiance science-fiction avec le voyage spatial et quelques éléments de langages scientifiques. Puis vient ensuite la traversée du désert où on se repose un peu plus, présentant succinctement ce que sont les personnages. S’ensuit alors la traque où on découvre que les humains sont muets et où les singes dominent le monde. Ça y est, nous y sommes enfin. On pourrait y voir ici une critique de la chasse et même du braconnage tant les méthodes utilisées par les singes sont le reflet de ce que fait l’homme sur les animaux.

image planète singes planet apes disney fox

Le second acte est donc l’emprisonnement des humains et l’interrogation des singes sur le fait que Taylor soit si évolué. Muet tout d’abord puis parlant ensuite, il ne fait qu’intrigue les scientifiques. Toute cette partie du film continue dans la dénonciation sur le traitement animal qui est fait, lançant une sorte d’inquisition sur nos propres actes. Dans le film, les singes emprisonnes les humains, les maltraitent, les humilient, les rabaissent… Un message des années 1960 qui a toujours une portée de nos jours. On est plus ici dans les messages philosophiques et scientifiques avec la découverte d’une culture. Le mystère continue toujours pour nous, à travers Taylor, où on se demande quelle est cette planète où les singes sont l’espèce dominante, les humains sont inférieurs et tous muets et où un débat agite les singes sur l’existence d’une ancienne civilisation avant la leur.

image planète singes planet apes disney fox

Enfin, le troisième acte de La planète des singes se situe sur le site archéologique. C’est ici que le voile se dissipe et on commence à comprendre ce qu’il se passe sur cette planète. Le débat porte alors sur le fait de dire ou non les résultats d’une découverte, pouvant mettre à mal toute une civilisation ainsi que ses croyances. Le jeu en vaut-il la chandelle ? Vient alors la scène culte du film et une image marquante du cinéma, répondant à toutes nos questions et se concluant alors sur la dangerosité de l’homme et de son évolution de l’armement. Dommage que ce passage n’est pas été mieux mis en scène dans son aspect dramatique.

image planète singes planet apes disney fox

Au-delà des différentes dénonciations que portent le film et de ses messages qu’ils véhiculent, on pourrait regretter un manque d’émotions flagrant. Il est dommage pour un long-métrage de ce genre de ne rien ressentir à part de la curiosité. Il n’y a pas de scènes vraiment belles (à part sa conclusion), touchantes ou tragiques. C’est assez plat dans l’ensemble et on prend plus de plaisir dans ce monde étrange avec de la bonne science-fiction qu’autre chose.

image planète singes planet apes disney fox

Charlon Heston est le fer de lance de ce film mais son interprétation laisse à désirer. Il est tout juste correct là où son personnage demandait à être plus convaincant et touchant. Taylor est ainsi un homme sur une planète inconnue qui ne comprend rien à ce qu’il lui arrive et surtout pourquoi les humains sont inférieurs aux singes. Il n’en demeure pas moins un homme d’action et quand il peut enfin parler suite à sa blessure à la gorge, cela donne plus de vie à son interprétation qui jusque là était peu performante. Linda Harrison, qui incarne Nova, n’est pas brillante non plus et sert juste pour une pseudo romance avec le héros.

image planète singes planet apes disney fox

En fait, ce sont plutôt des singes qu’il y a plus de matière. Déjà, les acteurs arrivent à donner vie aux primates de manière convaincante pour l’époque. Surtout, ce sont Cornelius et Zira qui sont les plus développés, les rendant plus intéressants et attachants. Les deux ont une théorie sur la présence d’une ancienne civilisation et Taylor serait la preuve qu’ils ont besoin mais ils font face à un mur de la part de leurs collègues scientifiques. Le binôme est l’un des points forts de La planète des singes en ayant une approche sérieuse avec une légère décontraction humoristique dans leur façon d’être tout en se battant pour leur conviction.

image planète singes planet apes disney fox

L’autre point fort du film est sans conteste son maquillage. Certes, nous sommes à la fin des années 1960 mais curieusement, cela n’a pas si mal vieilli que ça. Les personnages principaux ont tous leurs propres visages là où les figurants sont tous identiques. Les mouvements de la mâchoire sont crédibles même si par moment, on voit au travers la bouche de l’acteur mais on passe sur ce petit défaut. Le reste est vraiment bon. On distingue ainsi les chimpanzés comme les simples habitants ou les scientifiques, puis les gorilles comme militaires et enfin les orangs-outans dans les hautes sphères du gouvernement et de la science. Les décors sont également prenants avec la ville des singes qui a un certain charme.

image planète singes planet apes disney fox

Quant à la mise en scène, elle a ses hauts et ses bas. Le rythme est bon, il y a quelques lenteurs mais sans atteindre l’ennui, il y a un sacré travail de fait mais on regrettera une réalisation par moment brouillonne. À commencer par le crash du vaisseau où on se demande si le cameraman n’avait pas trop bu. Il en est de même à plusieurs moments du film avec des zooms intempestifs mais cela reste typique des années 1960. Quant à la bande originale, elle manque d’un côté épique ou marquant, tout en usant également de la stratégie sonore de l’époque de faire des sons stridents pour créer une fausse tension. Comme on le disait, il est dommage également que la scène finale, qui fait monter un peu les enjeux en donnant quelques bribes d’images avant de donner la réponse, n’ait pas été plus travaillée en la rendant bien plus intense tant il y avait du potentiel.

image planète singes planet apes disney fox

La planète des singes a donc marqué son temps avec des messages porteurs et qui va donner naissance à une franchise culte du cinéma remise au goût du jour dans cette dernière décennie. Cela se laisse regarder avec plaisir.

La note de Fabien

En bref

Un bon concept mais qui aurait pu aller encore plus loin.
Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.