fbpx
Films Live 20th Century Fox La planète des singes : suprématie.

La planète des singes : suprématie.

shopdisney
affiche poster planète singes suprématie planet apes war disney fox

Fiche technique.

Réalisateur : Matt Reeves.
Scénariste : Mark Bomback et Matt Reeves.
Producteur : Peter Chernin, Dylan Clark, Rick Jaffa et Amanda Silver ; Mark Bomback et Mary McLaglen.
Compositeur : Michael Giacchino.
Société de production : 20th Century Fox, Chernin Entertainment et TSG Entertainment.
Distributeur : 20th Century Fox.
Sortie USA : 14 juillet 2017.
Sortie française : 2 août 2017.
Titre original : War for the Planet of the Apes.
Durée : 2h20.
Budget : 150 millions de dollars.
Recette mondiale : 490,7 millions de dollars.
Recette USA : 146,9 millions de dollars.
Entrées françaises : 2 883 962 entrées.

Résumé.

Après le meurtre de sa famille par des militaires, César cherche à se venger tout en voulant fournir un nouvel endroit pour son clan.

Univers.

Achats.

Casting.

César : Andy Serkis (VF : Jérémie Covillault).
Maurice : Karin Konoval (VF : Inconnue).
Colonel McCullough : Woody Harrelson (VF : Jérôme Pauwels).
Méchant Singe : Steve Zahn (VF : Didier Brice).
Nova : Amiah Miller (VF : Inconnue).
Preacher : Gabriel Chavarria (VF : Alexis Gilot)
Red : Ty Olsson (VF : Inconnue).
Rocket : Terry Notary (VF : Inconnue).
Cornelia : Judy Greer (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

La planète des singes : suprématie est la suite de La planète des singes : les origines et de La planète des singes : l’affrontement.

Nova est en référence à une femme muette du même nom dans le premier film de la saga de 1968 ; Cornelius est également un singe présent dans la saga d’origine également ; le logo Alpha et Omega est également présent dans le film de 1970.

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

Le film devait initialement sortir le 29 juillet 2016.

Le tournage s’est déroulé d’octobre 2015 à mars 2016 au Canada et en Californie.

Notre critique de La planète des singes : suprématie.

Dernier film de la trilogie après un premier opus parfait et un second très bon. Aura-t-on droit à une conclusion digne de ce nom ?

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

Après la “création” des singes intelligents puis la grande bataille entre les humains et les singes, ce troisième opus doit être celui qui va donner un vainqueur même si on sait déjà qui va gagner. C’est pourquoi le scénario va traiter de vengeance et de survie. Après le meurtre de la famille de César par des soldats qui ont pour but d’exterminer les primates, César part dans une quête afin de rétablir la justice, accompagné de proches amis, tandis que le reste du clan part vers une contrée plus propice à la vie.

Malheureusement, c’est la faiblesse du scénario. On ne ressent pas le même entrain que les deux précédents volumes. Pourtant, il y a des efforts de fait pour ne pas en faire une simple chasse à l’homme. César se rend compte qu’il devient ce qu’était Koba, à savoir devenir un meurtrier. Il est en proie aux doutes mais ce n’est pas assez approfondi. C’est la même chose du côté des humains. Le colonel est là pour une vengeance personnelle et là où s’attend alors à une énorme bataille de folie entre singes et militaires, on passe finalement complètement à côté. La guerre n’a pas lieu au profit d’une intrigue minimaliste qui ne sert à rien.

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

Alors qu’en réalité, le scénario développe un pan qui aurait du prendre plus de place. En effet, le virus a muté. Après avoir décimé une grande partie de l’humanité, les survivants se pensaient immunisés. Erreur car le virus mutant agit sur eux pour les rendre muet et plus primitif. On voit qu’on est en train de se diriger sur ce qu’est la franchise de La planète des singes. Pourtant, cette intrigue intéressante n’est pas appuyée plus que ça à part au détour d’une scène.

Autre intrigue qui manque de consistante malgré son potentiel est la présence de Nova dans le petit groupe de César. Cette petite humaine muette aurait pu servir à quelque chose d’autre à part leur tenir compagnie. Elle aurait pu être l’occasion de nouvelles relations entre humains et singes ou bien redonner à César l’envie de se battre ou même combler la perte de sa famille en l’adoptant. Là encore, les scénaristes n’ont pas voulu s’y attarder.

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

En revanche, il faut souligner que le scénario de La planète des singes : suprématie appuie plus sur les émotions. Certaines scènes sont beaucoup plus touchantes jusqu’à sa conclusion sublime où on se rend compte du chemin parcouru. Le film aborde également un autre point intéressant : les singes évoluent. En effet, la présence de Méchant Singe montre que sans avoir été auprès de César, il a acquis la parole et l’intelligence. Cela laisse sous entendre qu’ailleurs dans le monde des singes sont en train d’évoluer. Il y a également des singes travaillant volontairement pour les humains, les traîtres du film précédent qui ont préféré se ranger auprès du Colonel que d’affronter César. Une intrigue qui aurait mérité plus d’approfondissement également.

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

César se montre ici plus violent et vengeur même si le contexte l’explique. Il veut protéger son clan quitte à les laisser afin d’aller tuer l’assassin de sa famille et mettre un terme à tout ça. Cet aspect belliqueux le rend d’un coup moins attachant car ce n’était pas le héros qu’on connaissait qui cherchait à établir la paix malgré les sacrifices. Néanmoins, il ne reste pas sans âme car il est toujours prêt à se battre pour les siens. La grosse séquence du film dans la prison le prouve bien et montre que c’est toujours un leader. Il évolue encore en ayant cette fois-ci une parole beaucoup plus élaborée et humaine. Andy Serkis est toujours aussi magistral dans le rôle. En face, se trouve le Colonel qui est admirablement bien interprété par Woody Harrelson. Froid, distant, autoritaire, il évite cependant la caricature du grand méchant. Il a une sorte de respect pour César. Malgré ça, ses motivations sont un peu le défaut du personnage.

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

Le grand atout du côté des personnages est Maurice. Il a une sagesse en lui, un amour fraternel pour César et apporte de la douceur et du bien-être. Son personnage est vraiment attachant ici. De plus, il commence enfin à parler et montre qu’il est en train d’évoluer à son tour. Mais c’est son binôme qui mérite le détour en la présence de Nova. Cette petite fille muette est un atout charme indéniable. Son innocence et sa bonté la rende terriblement craquante. Dommage que son potentiel n’ait pas été plus exploité car elle est le symbole du renouveau humain. Enfin, l’arrivée du nouveau personnage Méchant Singe semblait au départ être un atout comique avant de montrer qu’il n’est qu’une évolution des singes par lui-même, ayant appris à parler et à vivre de façon autonome.

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

Ce troisième film dispose d’une bonne mise en scène mais on ne retrouve pas le même charme que ses prédécesseurs. Les décors se veulent pourtant plus grand mais on reste dans un cadre très limité avec la caverne au début, la traversée de la montagne ensuite avant d’avoir tout le reste du film dans la prison. Le réalisateur a misé sur la sobriété avant de lâcher un peu plus pour la scène finale qui se veut plus poétique. En revanche, les effets visuels sont toujours aussi spectaculaires. Les expressions faciales sont parfaites, le rendu du pelage (sec, humide, enneigé…) est très réaliste, les animations et les interactions sont sublimes. Cela restera le point fort de cette trilogie. La bande originale se veut moins percutante à l’exception d’une musique, celle correspondant principalement à Nova, qui est d’un charme envoûtant et la plus belle de la trilogie.

image planète singes suprématie planet apes war disney fox

La planète des singes : suprématie aurait été un chef d’oeuvre en ayant plus approfondis ses différentes intrigues. Cependant, la boucle est bouclée en posant toutes les bases de ce qu’était la saga et en donnant à César celui d’une légende.

REVIEW OVERVIEW

La note de Fabien

En bref

Même si le moins "réussi", il termine parfaitement la trilogie.