CinémaLa main sur le berceau.

La main sur le berceau.

affiche poster main berceau hand rocks cradle disney

Réalisateur : Curtis Hanson.
Scénariste : Amanda Silver.
Producteur : David Madden, Robert W. Cort, Ted Field et Rick Jaffa.
Compositeur : Graeme Revell et Tim Simonec.
Société de production : Hollywood Pictures, Interscope Communications, Nomura Babcock & Brown et Rock’n Cradle Productions.
Distributeur : Buena Vista Pictures Distribution.
Sortie USA : 10 janvier 1992.
Sortie française : 9 septembre 1992.
Titre original : The Hand That Rocks the Cradle.
Durée : 1h50.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 88 millions de dollars.
Entrées françaises : 854 972 entrées.

Résumé.

Après le suicide de son mari suite à des accusations d’attouchement et la perte de son bébé, Peyton se fait passer pour une nurse auprès de la principale accusatrice afin de se venger.

Achats.

Casting.

Claire Bartel : Annabella Sciorra (VF : Marie Vincent).
Peyton Flanders / Mme Mott : Rebecca De Mornay (VF : Béatrice Agenin).
Michael Bartel : Matt McCoy (VF : Edgar Givry).
Solomon : Ernie Hudson (VF : Michel Vigné).
Marlene Craven : Julianne Moore (VF : Annie Balestra).
Emma Bartel : Madeline Zima (VF : Inconnue).

En savoir plus.

Le titre d’origine, The Hand That Rocks the Cradle, est tiré du titre du poème éponyme de William Ross Wallace publié en 1865 faisant l’éloge de la maternité.

Annabella Sciorra (Claire) et Rebecca De Mornay (Peyton) ont chacune auditionné pour le rôle de l’autre.

image main berceau hand rocks cradle disney

Kevin Spacey a été envisagée pour le rôle de Michael Bartell.

Le tournage s’est déroulé d’avril à juillet 1991 à Washington.

Notre critique de La main sur le berceau.

On sent venir le film bien pesant mais on l’espère bien captivant.

image main berceau hand rocks cradle disney

Réussite de ce côté là en tout cas. Tout est vraiment bien mis en place pour vivre un bon thriller tout en posant une ambiance de plus en plus oppressante (sans tomber dans l’excès non plus). On voit bien l’évolution de la situation qui devient de plus en plus malaisante par moment et on se doute qu’il va y avoir de la casse au passage. Rien n’est trop exagéré et c’est ça qui est appréciable et on est surtout tenu en haleine. Pourtant, tout avance lentement mais cette lenteur sert justement à plus appuyer les différentes péripéties et faire grandir un danger derrière tant de douceur.

Même si cela n’est pas mis clairement en avant, le thème du deuil infantile et de surmonter cette souffrance est abordé. En effet, Peyton se projette à travers cette famille sa propre famille qu’elle n’a pas pu avoir. C’est en ça qu’un malaise se créé car elle va souvent bien trop loin et il y a un mélange entre déni et obsession, une sorte de blocage psychologique. Cela aurait gagné à être plus approfondi mais ça sert suffisamment l’intrigue de la “douce” nurse dangereuse.

image main berceau hand rocks cradle disney

Le casting est assez correct malgré quelques interprétations qui auraient pu être plus appuyées pour mieux marquer les esprits mais ça passe. C’est évidemment le travail sur les personnages qui est mieux réussi. Si Michael est un peu trop en retrait, Claire se veut bien plus attachante avec une part de naïveté qui lui fera souvent défaut. Cependant, elle est aussi victime d’un plan élaboré pour lui faire perdre la tête. Ceci à cause de Peyton, la veuve et aussi ex-mère en devenir. Elle est aussi touchante qu’angoissante derrière sa quête vengeresse de détruire une famille. Son actrice est très bonne dans ce rôle où il y a une alternance subtile de personnalité, rendant le personnage ambigüe car on compatit à sa douleur mais on ne peut pas non plus cautionner ses actes. Enfin, on retiendra aussi Solomon, un gentil homme très attachant ainsi que la petite Emma qui vit cette histoire à travers ses yeux d’enfant, bien loin de se douter du danger environnant.

image main berceau hand rocks cradle disney

Pour un thriller, il faut quand même une réalisation qui tient la route et là encore, c’est un succès. Certes, on n’est pas non plus dans le chef d’œuvre de la mise en scène mais le rythme est là, accompagnant une forme de deuil tout en accélérant petit à petit. Le pire étant qu’on est un témoin impuissant car on sait qui est réellement Peyton mais pas la famille, et rien que ça donne plus de tension. On est loin également des teintes sombres du genre et c’est au contraire très lumineux, comme si tout ce qui est sage et gentil en apparence est ce dont il faut le plus se méfier. Dommage que la bande originale ne suive pas assez pour rendre le tout plus immersif.

image main berceau hand rocks cradle disney

La main sur le berceau est un très bon film.

La note de Fabien