Télévision Téléfilms - WDT La légende de Cendrillon.

La légende de Cendrillon.

banniere-dp-vers-dlp

affiche poster legende cendrillon cinderella Rodgers Hammerstein disney

Réalisateur : Robert Iscove.
Scénariste : Robert L. Freedman.
Producteur : Mike Moder et Chris Montan.
Compositeur : Richard Rodgers.
Société de production : Walt Disney Television, BrownHouse Productions, Citadel Entertainment, Storyline Entertainment.
Distributeur : ABC.
Sortie USA : 2 novembre 1997.
Sortie française : 31 décembre 2000.
Titre original : Rodgers & Hammerstein’s Cinderella.
Durée : 1h28.
Budget : 2 millions de dollars.

Résumé.

Servante chez sa belle-famille qui la méprise, Cendrillon brave l’interdit et se rend à un bal où le prince tombe amoureux d’elle.

Achats.

Casting.

Cendrillon : Brandy Norwood (VF : Géraldine Asselin).
La Fée Marraine : Whitney Houston (VF : Pascale Vital).
La belle-mère : Bernadette Peters (VF : Marie-Madeleine Burguet).
Calliope : Veanne Cox (VF : Virginie Méry).
Minerva : Natalie Desselle (VF : Valérie Siclay).
Prince Christopher : Paolo Montalban (VF : Damien Boisseau).
Lionel : Jason Alexander (VF : Philippe Ogouz).
La Reine Constantina : Whoopi Goldberg (VF : Maïk Darah).
Le Roi Maximillian : Victor Garber (VF : Guy Chapellier).

En savoir plus.

La légende de Cendrillon est un remake contemporain de la comédie musicale de Rodgers et Hammerstein de 1957 avec Julie Andrews et l’adaptation du conte de Charles Perrault.

Le projet débute en 1992 avec la chaîne CBS avec Whitney Houston dans le rôle principal mais le développement tarde à se faire. Disney finit par se montrer intéresser et propose à Houston de prendre le rôle de la marraine. L’actrice suggère Brandy pour incarner Cendrillon.

image legende cendrillon cinderella Rodgers Hammerstein disney

Un bijoutier a prêté environ 60 millions de dollars de bijoux pour les besoins du tournage dont une bague avec un dimant de 70 carats pour un montant de 9 millions de dollars.

Lors de sa sortie en VHS, ça a été le téléfilm le plus vendu (un million de vente en une semaine).

Le tournage s’est déroulé durant juin 1997 en Californie.

Notre critique de La légende de Cendrillon.

Un conte vu et revu qui a droit à une nouvelle itération. Effet de surprise ou la routine ?

image legende cendrillon cinderella Rodgers Hammerstein disney

Un peu des deux en fait. Du point de vue de l’histoire, le conte est respecté version Disney en édulcorant les scènes plus dures de l’histoire originelle. Ceux qui ont vu le film d’animation seront donc en pays de connaissance. On a donc droit à de la romance à plein régime, de la magie, le véritable Amour de conte de fées… Sur le plan de l’intrigue on n’a donc rien d’exceptionnellement novateur. Pour les nouveaux venus, ils pourraient appréciés sans forcément être émerveillés car tout reste bien classique dans les péripéties.

Du côté des personnages, on les retrouve tous. Cendrillon est la jeune femme rêveuse qui voudrait une nouvelle vie, le cœur sur la main et tout ce qui va bien pour en faire la protagoniste parfaite. Il est vrai qu’on s’attache facilement à elle vu ce qu’elle vit. En effet, sa belle-mère et ses deux belles-sœurs sont tout ce qu’il y a de plus détestables en rabaissant sans cesse et en se croyant supérieures et bien sous tout rapport. Pour la marraine, son rôle est assez minimaliste et n’apporte pas assez de souffle malgré la présence de Whitney Houston.

image legende cendrillon cinderella Rodgers Hammerstein disney

Si on s’engouffre dans le château, le Prince est le mari idéal tel qu’il est présenté mais il a aussi ce côté charmant par sa simplicité et son envie de casser les codes. Le Roi se veut bien plus sage et à l’écoute de son fils que la Reine qui veut à tout prix le marier. Petite déception sur l’interprétation de Whoopi Goldberg qui surjoue beaucoup trop alors qu’on sait qu’elle est capable de mieux. Pour le reste du casting, on notera un sans faute tant ils sont convaincants. Pour rester un peu sur le casting. Le téléfilm a voulu misé sur le multiethnique. Même si cela n’impacte en rien l’intrigue ni les personnages, il aurait été judicieux d’établir quand même une cohérence lorsqu’on a un père blanc et une mère noire mais un enfant asiatique.

Comédie musicale oblige, c’est l’atout fort de ce téléfilm. Les chansons sont magnifiques et s’offrent de belles chorégraphies (comme la scène du bal). Il y a ce côté féerique et Broadway à la fois et on se laisse bercer par les mélodies. Concernant les décors, il y a un gros travail apporté c’est indéniable mais il y a aussi des lacunes surtout pour la maison de Cendrillon où tout sonne faux, sans avoir pris le soin de mieux dissimuler les paysages fait en peinture avec de faux arbres juste devant, ne donnant alors aucune profondeur. L’éclairage fait par moment aussi très artificiel. Bon point sur les costumes cependant qui sont bien détaillés et diversifiés. Le dernier petit point délicat concerne les effets visuels qui sont à peine passables.

image legende cendrillon cinderella Rodgers Hammerstein disney

La légende de Cendrillon est un bon téléfilm qui vaut surtout le détour pour sa bande originale.

La note de Fabien

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

Vous pourriez être intéressés par ces articles

Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.