amazon disney

Affiche La boîte à musique Disney Poster Make mine music

Fiche technique.

Réalisateurs : Jack Kinney, Clyde Geronimi, Hamilton Luske, Robert Cormack et Joshua Meador.
Scénaristes : Homer Brightman, Dick Huemer, Erwin Graham, Dick Kinney, Roy Williams, John Walbridge, Erdman Penner, Tom Oreb, Cap Palmer, Dick Shaw, Jim Bodrero, Eric Gurney, Jesse Marsh, Sylvia Holland, Dick Kelsey et T. Hee.
Producteur: Joe Grant.
Compositeur : Charles Wolcott.
Société de production : Walt Disney Productions.
Distributeur : RKO Radio Pictures.
Première USA : 20 Avril 1946.
Sortie USA : 15 Août 1946.
Sortie française : 14 Septembre 1949.
Titre original : Make Mine Music.
Durée : 1h15.
Budget : 1,37 millions de dollars.
Recette mondiale : 2 millions de dollars.
Recette USA: Inconnue.
Entrées françaises : 831 389 entrées.

Résumé.

On découvre une compilation de dix courts métrages musicaux.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux Raccords
>> Répliques
>> Bande originale
>> Jeux vidéo
>> DVD / Blu-Ray
>> Tsum Tsum
>> Funko Pop
>> Figurine de collection
>> Livres

Achats.

Casting.

The Martins and the Coys.
Chanteurs: The King’s Men.

Blue Bayou.
Chanteurs : The Ken Darby Chorus (VF : Daniel Beretta).
Chanteuse : Inconnue (VF : Kelly Marot).

All the cats join in, after you’ve gone.
Chanteur : Benny Goodman.

Si vous m’aimiez autant que je vous aime (Without you).
Chanteur: Andy Russell (VF : André Dassary / Daniel Beretta).

Casey au bâton (Casey at the bat).
Narrateur : Jerry Colonna (VF : Jean-Claude Donda).

Deux silhouettes (Two sillhouettes).
Chanteuse : Dinah Shore (VF : Renée Lebas / Kelly Marot).
Danseur : David Lichine
Danseuse : Tania Riabouchinskaya.

Pierre et le loup (Peter and the wolf).
Narrateur : Sterling Holloway (VF : Bernard Woringer, Camille Guérini, Bernard Alane).

Johnnie Fedora et Alice Bluebonnet (Johnnie Fedora and Alice Blue Bonnet).
Chanteuses : The Andrews Sisters (VF : Edith Piaf et les compagnons de la chanson / Grazziella Madrigal).

La Baleine qui voulait chanter au Met (The Whale Who Wanted To Sing At the Met).
Narrateur : Nelson Eddy (VF : Richard Darbois).
Chanteur : Nelson Eddy (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

A cette époque, les studios Disney n’ont pas autant d’argent qu’ils le souhaiteraient. Saludos Amigos et Les Trois Caballeros avaient été produits afin d’améliorer l’image de l’Amérique latine, mais ils ne rapportèrent que trop peu d’argent. Depuis Fantasia, Walt Disney avait l’idée de faire une sorte de suite, c’est ainsi qu’apparut La Boîte à Musique (initialement appelé Swing Street mais le nom fut changé au tout dernier moment). A la différence de Fantasia ce film est plus moderne du fait que les musiques sont plus variées : on retrouve du jazz, des ballades, de la musique populaire ou du swing par exemple.

La séquence Blue Bayou devait s’appeler Clair de Lune et être inspirée de l’oeuvre de Claude Debussy. Finalement cette séquence bonus a été ajoutée à Fantasia mais dans La Boîte à Musique elle se nomme différemment car différente de l’original.

L’histoire de Casey au bâton a inspiré l’ouverture du petit restaurant sur Main Street à Disneyland Paris “Casey’s Corner”. Cette séquence aura une suite en 1954 : Casey bats again dans laquelle Casey est coach d’une équipe de neuf filles.

Dans Two Silhouettes la technique de la pixellisation est employée : à partir du film de vrais danseurs de ballets, on décalque leurs silhouettes afin d’en faire des ombres. La chanson est l’une de Dinah Shore que l’on entendra de nouveau chanter dans Coquin de printemps.

L’histoire de Pierre et le Loup est inspirée du conte musical du même nom composé par le Russe Sergueï Prokofiev qui désirait familiariser les enfants avec différents instruments peu connus du public : on entend alors un quatuor à quatre cordes, une flûte traversière, un hautbois, une clarinette, des cors, un basson et des bois et cuivres. Par contre n’espérez pas retrouver l’histoire réellement écrite de Prokofiev, ce conte est très largement revisité par Disney et son équipe. On retrouve la maison de Pierre dans l’attraction de Disneyland Paris “Le pays des contes de fées”.

Notre critique de La boîte à musique.

Six ans après Fantasia, Disney a souhaité renouer avec le genre de l’animation sur fond de contes musicaux, plus ou moins connus

Comme promis, les styles sont très variés et peuvent donc plaire à tous. Enfin si on peut dire car la première séquence qui montre deux familles s’affrontant a dû être coupée au montage DVD car trop violente pour les enfants. Et c’est vrai que cet usage d’armes, bien que légales aux Etats-Unis, est un peu too much pour les plus jeunes. On rencontre une jolie petite histoire d’amour qui sort du commun puisque ce sont des chapeaux qui sont amoureux, mais sont séparés, le Fedora fera tout pour retrouver BlueBonnet, et après moult péripéties, chacun sera comblé. Cette histoire, chantée par Edith Piaf en français est très bien interprétée, et voir des chapeaux anthropomorphisés est un choix intéressant.  After you’ve gone est une séquence dans laquelle les instruments s’animent mais on peut regretter le fait qu’ils ne le font  pas au même rythme que la musique. La partie musicale la plus entraînante de ce film est bien évidemment All the cats join in dans laquelle on voit des jeunes se réunir et aller danser sur une musique endiablée, très jazzy.

La séquence la plus connue est bien évidemment Pierre et le Loup que certains auront eu la chance d’entendre dans leur jeunesse ou à l’école. On s’attache à ce petit Pierre qui ne veut qu’être le héros d’un jour et ramener un loup, et ce grâce à l’aide de nouveaux amis que sont Sacha l’oiseau, Sonia le canard et Flûte le chat. Blue Bayou est uniquement chanté et les images d’une nuit, au clair de lune, dans le bayou sont très reposantes et apaisantes, tout comme la séquence entière. Il en est de même pour Without you qui reste dans les mêmes teintes mais qui est bien plus touchant, on sent un homme qui a été quitté et c’est vraiment émouvant. Toujours des les mêmes couleurs, Two Silhouettes qui a la particularité de nous montrer un vrai ballet  grâce aux silhouettes de deux danseurs. La danse classique peut ne pas plaire à tous mais ce film aura au moins le mérite de nous faire découvrir une rencontre entre deux personnes dans un ballet . La dernière séquence de la baleine voulant chanter au MET est très éprouvante. On s’attache à elle (bien moins effrayante que Monstro dans Pinocchio) qui rêve de chanter du grand opéra, on la voit se projeter sur scène (d’ailleurs, ses costumes sont assez drôles car démesurés) mais la fin est terrifiante car, alors qu’elle croit avoir trouvé un imprésario, elle se fait berner et tuer, et finir le film sur ceci est assez dur.

La Boîte à Musique est bien moins connu que son prédécesseur mais mérite vraiment le détour, ses couleurs et ses musiques nous captivent facilement.

disney store