Cinéma Kundun.

Kundun.

-

Affiche Poster kundun disney touchstone

Fiche technique.

Réalisateur : Martin Scorsese.
Scénariste : Melissa Mathison.
Producteur : Barbara De Fina et Jeanne Stack.
Compositeur : Philip Glass.
Société de production : Touchstone Pictures, De Fina-Cappa, Dune Films et Refuge Productions Inc.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 25 décembre 1997.
Sortie française : 27 mai 1998.
Titre original : Kundun.
Durée : 2h14.
Budget : 28 millions de dollars.
Recette mondiale : 9,1 millions de dollars.
Recette USA : 5,7 millions de dollars.
Entrées françaises : 536 497 entrées.

Résumé

L’enfance du quatorzième dalaï-lama qui va à l’âge adulte devoir protéger son peuple et ses croyances de la Chine de Mao.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale

>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting

Le 14e dalaï-lama : Tenzin Thuthob Tsarong (adulte), Gyurme Tethong (12 ans), Tulku Jamyang Kunga Tenzin (5 ans), Tenzin Yeshi Paichang (2 ans) (VF : Inconnue).
Le père du dalaï-lama : Tsewang Migyur Khangsar (VF : Inconnue).
La mère du dalaï-lama : Tencho Gyalpo (VF : Inconnue).
Le lama de Sera (Kwetsang Rinpoché) : Geshi Yeshi Gyatso (VF : Inconnue).
Le chambellan Phala : Gyatso Lukhang (VF : Inconnue).
Le Président Mao Zedong : Robert Lin (VF : Inconnue).
Le Premier ministre Lukhangwa : Jurme Wangda (VF : Inconnue).
Le Premier ministre Lobsang Tashi : Ngawang Kaldan (VF : Inconnue).
L’oracle de Nechung : Jampa Lungtok (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

Kundun a pour source l’autobiographie du dalaï-lama My Land and My People publié en 1962. La scénariste du film, Melissa Mathison, s’est également renseignée directement auprès de lui. Ce dernier a d’ailleurs validé le long-métrage.

C’est Mathison qui eut l’idée du film et qui suggéra Martin Scorsese à la réalisation. Il reçut le scénario au début des années 1990.

Image kundun disney touchstone

Les acteurs sont non-professionnels.

Avant même la sortie de Kundun, le gouvernement chinois s’opposa à sa diffusion sur son territoire, menaçant Disney de ne plus autoriser ses films. Le réalisateur ainsi que d’autres membres de la production ont également été interdit d’accéder au Tibet. Disney s’est excusé en 1998.

Bien que l’histoire se déroule au Tibet, le tournage s’est déroulé au Maroc.

Notre critique de Kundun.

Quand un réalisateur talentueux s’attaque à un film de ce genre, on peut s’attendre à de grandes choses.

Image kundun disney touchstone

Comment souvent avec Scorsese, déjà ce qui est grand est la durée de Kundun. Plus de deux heures pour un biopic, c’est raisonnable. Sauf que le niveau d’attrait est inégal. Au tout début avec le héros très jeune, on trouve ça assez mignon et on voit l’émergence de ce qui allait devenir un grand homme. Puis quand l’enfant grandi, on ne peut s’empêcher de décrocher tant son interprète semble complètement endormi à chacune de ses scènes. Heureusement, le niveau est relevé arrivé à l’âge adulte où on découvre plus de choses.

Image kundun disney touchstone

Tout d’abord avec la culture tibétaine aussi bien religieuse que politique. Un message de paix mais aussi une refonte de l’organisation du pays. Mais surtout, c’est les relations conflictuelles avec la Chine qui vont occuper la seconde partie de Kundun et offrir un peu plus de tensions. Un homme qui doit défendre son peuple, ses coutumes, sa religion tout en restant fidèle à ses valeurs : ne pas faire la guerre. Alors qu’en face, l’armée chinoise commet des atrocités afin de faire plier le Tibet à leur politique communiste.

Image kundun disney touchstone

Là où Kundun pourrait déstabiliser certains ou en attirer d’autres, c’est qu’on est uniquement du point de vue du dalaï-lama. Une sorte de vue subjective du film. Dans un sens c’est idéal car c’est la vie d’un homme mais c’est aussi sa propre perception des événements. Il aurait été intéressant par moment de voir les points de vue du peuple tibétain, des chinois, de l’impact qu’a le dalaï-lama sur son entourage… Le long-métrage se termine justement sur sa fuite en Inde pour poursuivre son combat mais on aurait aimé en voir plus.

Image kundun disney touchstone

Si on a déjà évoqué les enfants, on va maintenant développer un peu plus le travail de son interprète principal à savoir Tenzin Thuthob Tsarong. Pour un acteur non professionnel, il incarne parfaitement son rôle et il dégage beaucoup d’aura en terme de paix et d’espérance. Son seul défaut sera les rares scènes où il doit paraître triste où c’est trop brutal pour être crédible. On aurait également aimé en savoir davantage sur les visions qu’il a qui donne ce côté mystique mais pas assez approfondi.

Image kundun disney touchstone

Martin Scorsese s’en sort comme toujours avec sa réalisation avec une belle photographie même s’il use un peu trop des fondus enchaînés à des moments inutiles ou de plans de coupes sans grand intérêts qu’on se demande ce que c’est (à l’image d’une oeuvre picturale faite en poudre colorée dont on aurait aimé en savoir plus). En revanche, la bande originale est soignée et particulière, mélangeant le style tibétain à un style plus contemporain pour en faire de belles musiques de film.

Kundun est un film agréable à voir mais ne laisse pas pour autant un souvenir impérissable malgré une qualité plus que correcte.

La note de Fabien

En bref

Un réalisateur pour un film réussi mais qui manque d'un petit quelque chose pour en faire un film merveilleux.

PUB

ACTUALITÉS

PUB

PUB

 

Suivez-nous sur nos réseaux sociaux pour connaître l'actualité Disney !