Jeux d’adultes.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster jeux adultes consenting adults disney

Réalisateur : Alan J. Pakula.
Scénariste : Matthew Chapman.
Producteur : Alan J. Pakula et David Permut.
Compositeur : Michael Small.
Société de production : Hollywood Pictures, Touchwood Pacific Partners 1 et Permut Presentations.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Sortie USA : 16 octobre 1992.
Sortie française : 27 janvier 1993.
Titre original : Consenting Adults.
Durée : 1h39.
Budget : 18 millions de dollars.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 21,6 millions de dollars.
Entrées françaises : 108 332 entrées.

Résumé.

Richard et Priscilla ont pour nouveaux voisins Eddy et Kay. L’entente se passe très bien jusqu’à ce qu’Eddy propose à Richard d’échanger leur femme le temps d’une nuit.

Achats.

Casting.

Richard Parker : Kevin Kline (VF : Joël Martineau).
Priscilla Parker : Mary Elizabeth Mastrantonio (VF : Emmanuèle Bondeville).
Eddy Otis : Kevin Spacey (VF : Edgar Givry).
Kay Otis : Rebecca Miller (VF : Inconnue).
David Buttonville : Forest Whitaker (VF : Emmanuel Jacomy).
George Gutton : E. G. Marshall (VF: Jacques Deschamps).

En savoir plus.

Le tournage s’est déroulé en Georgie, en Californie du sud et au Texas.

image jeux adultes consenting adults disney

Notre critique de Jeux d’adultes.

On sent venir un thriller de bonne augure et on espère que le jeu vaudra la mise qu’on lui donne.

image jeux adultes consenting adults disney

On a les codes du genre mais le scénario ne parvient pas à surprendre. En effet, dès le début on comprend qu’il y a anguille sous roche derrière tout ce bonheur proposé. Puis vient le fameux moment tragique qui va tout faire basculer. Sauf que c’est trop prévisible et qu’on devine rapidement toute la suite de l’histoire. La tension ne parvient jamais à s’installer réellement alors que les scénaristes ont tenté quelque chose en ce sens mais sans succès. C’est beaucoup trop léger pour qu’on soit perturbé. Toute la grosse partie pour démêler le vrai du faux tombe à l’eau et on se doutait déjà de sa finalité.

image jeux adultes consenting adults disney

Le casting est correct mais n’offre rien d’exceptionnel. Même Kevin Spacey n’arrive pas à apporter quelque chose de percutant. Le film tourne autour de cinq personnages. Richard qui se retrouve accusé et qui veut prouver son innocence mais on reste peu attaché à son rôle, Priscilla qui est coincée et veut tourner la page mais là aussi, manque de consistante en terme de personnalité. De l’autre on a Kay qui est trop effacée et enfin Eddy, où trop de gentillesse cache quelque chose et qui se révèle être un fin manipulateur. Sauf qu’on s’attendait à mieux vu l’envergure d’un tel personnage. Quant au détective privé, son intérêt se retrouve vite limité et la performance de Forest Whitaker ne parvient pas à le rendre plus captivant.

image jeux adultes consenting adults disney

Du point de vue de la réalisation, on retrouve aussi le style propre au thriller avec un rythme peu rapide et pesant sauf que c’est raté, des mouvements lents de caméras, un gros travail sur l’éclairage pour créer beaucoup d’ombres, des gros plans en pagaille… Malheureusement, cela ne suffit pas et reste bien classique. Il aurait été judicieux de faire quelques prises de risques pour appuyer le propos initial. Concernant la bande originale, elle aussi essaye de donner un sentiment de malaise mais ne parvient finalement à rien.

image jeux adultes consenting adults disney

Jeux d’adultes n’est pas un jeu qui en vaut la chandelle.

La note de Fabien