Horton.

affiche poster horton hears who disney blue sky

Réalisateur : Jimmy Hayward et Steve Martino.
Scénariste : Ken Daurio et Cinco Paul.
Producteur : Bob Gordon.
Compositeur : John Powell.
Société de production : Blue Sky Studios, Dr. Seuss Enterprises et 20th Century Fox Animation.
Distributeur : 20th Century Fox.
Première USA : 3 mars 2008 (Hollywood).
Sortie USA : 14 mars 2008.
Sortie française : 2 avril 2008.
Titre original : Dr. Seuss’ Horton Hears a Who!
Durée : 1h26.
Budget : 85 millions de dollars.
Recette mondiale : 298,6 millions de dollars.
Recette USA : 154,5 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 672 006 entrées.

Résumé.

L’éléphant Horton découvre qu’une poussière se trouvant sur une fleure cache un monde miniature : Zooville.

Achats.

À venir.

Casting.

Horton : Jim Carrey (VF : Dany Boon).
Ned McDodd : Steve Carell (VF : Jérôme Pauwels).
Mme Kangarou : Carol Burnett (VF : Annie Milon).
Vlad Vladikoff : Will Arnett (VF : Pascal Casanova).
Morton : Seth Rogen (VF : Richard Darbois).
Président du conseil municipal : Dan Fogler (VF : Gérard Surugue).
Professeur Larue : Isla Fisher (VF : Ariane Aggiage).
Sally : Amy Poehler (VF : Claire Guyot).
Narrateur : Charles Osgood (VF : Xavier Fagnon).

En savoir plus.

Horton est adapté du roman pour enfants Horton Hears a Who! de Dr. Theodor Seuss Geisel publié en 1955.

image horton hears who disney blue sky

Le projet débute en mars 2005. La femme de l’auteur, déçue d’une précédente adaptation des œuvres de son mari, refusa de voir d’autres films. Finalement, les studios ont réussi à la convaincre.

Notre critique de Horton.

Vu le sujet, on se demande bien si on va avoir une histoire palpitante tant ça ressemble à du n’importe quoi.

image horton hears who disney blue sky

C’est un peu le cas… Même si le scénario est destiné aux jeunes enfants, il faut reconnaître que ce n’est pas mirobolant et limite ennuyant. À croire qu’il était trop difficile de donner une dimension plus adulte à l’intrigue. Surtout qu’au final il ne se passe quand même rien. On a deux mondes, ça aurait pu être une sorte de reflet l’un de l’autre, ou une complémentarité mais c’est en fait juste pour donner deux histoires en une. Dans la jungle, une sorte de complot inutile et à Zooville, il y avait pourtant plus de possibilités en terme de créativité et ce n’est pas exploité. De plus, le film ne dégage aucune émotion en voulant trop miser sur l’humour, très mauvais au passage. Il faut attendre la dernière partie du film pour qu’enfin ça décolle mais c’est quand même trop tard.

image horton hears who disney blue sky

Le problème vient d’Horton qui est le personnage principal. Il est vraiment insupportable à en faire des tonnes. Son côté extraverti mélangé à fragilité d’être rejeté par ses compatriotes ainsi que sa sensibilité créé un contraste trop fort qui ne rend pas le tout crédible. De l’autre côté, on a Ned qui n’est cru par personne et qui a peur de passer pour un fou. Tout dans sa personnalité fait qu’on a du mal à le voir comme le maire de Zooville tant il est si peu sûr de lui. L’un comme l’autre, on n’arrive pas à s’attacher à eux. Du côté de l’antagoniste, le kangourou est trop une caricature de se croire supérieure aux autres. Enfin, les personnages secondaires sont peu développés mais quelques uns sont même plus mignons que les héros.

image horton hears who disney blue sky

Il ne faut pas s’attendre à une grande claque visuelle même si en 2008, les films d’animation arrivaient déjà à avoir un bon niveau. En effet, ici c’est trop l’un ou l’autre. On a un rendu de l’eau magnifique et photoréaliste mais le décor souffre de textures faiblardes qui rendent le tout très plastique. Les fourrures sont assez correctes même si elles manquent de vie. Heureusement, l’animation en générale est très bonne. Quant à la bande originale, elle n’a rien d’exceptionnelle et est vite oubliable.

image horton hears who disney blue sky

Horton déçoit surtout par son histoire dont la morale est bien trop classique pour être percutante.

La note de Fabien