Cinéma Hellraiser : Hellworld.

Hellraiser : Hellworld.

banniere-dp-vers-dlp

Affiche Poster hellraiser hellworld disney dimension

Fiche technique.

Réalisateur : Rick Bota.
Scénariste : Joel Soisson et Carl V. Dupré.
Producteur : Nick Phillips et Ron Schmidt.
Compositeur : Lars Anderson.
Société de production : Miramax, Dimension Films et Neo Art & Logic.
Distributeur : Dimension Home Video.
Sortie USA : 6 septembre 2005 (directement en DVD).
Sortie française : 25 octobre 2006 (directement en DVD)
Titre original : Hellraiser : Hellworld.
Durée : 1h31.
Budget : 5 millions de dollars.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : Inconnue.
Entrées françaises : Aucune.

Résumé.

Hellworld est un jeu vidéo qui a emporté Adam. Ses amis sont conviés à une soirée en l’honneur du jeu dont l’hôte est un passionné d’Hellraiser.

Univers.

>> Bande originale

>> Répliques

Achats.

Casting.

Chelsea : Katheryn Winnick (VF : Laura Préjean).
Jake : Christopher Jacot (VF : Paolo Domingo).
L’Hôte : Lance Henriksen (VF : Inconnue).
Derrick : Khary Payton (VF : Frantz Confiac).
Mike : Henry Cavill (VF : Romain Redler).
Allison : Anna Tolputt (VF : Chantal Macé)
Pinhead : Doug Bradley (VF : Inconnue).
Adam : Stelian Urian (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

Hellraiser : Hellworld est le huitième épisode de la saga après Hellraiser : Le pacteHellraiser 2 : les écorchésHellraiser 3Hellraiser : BloodlineHellraiser : InfernoHellraiser : Hellseeker et Hellraiser : Deader.

L’histoire s’inspire du roman Dark Can’t Breathe de Joel Soisson. Le titre d’origine était Hellraiser: Deadworld.

Image hellraiser hellworld disney dimension

Doug Bradley interprète pour la dernière fois Pinhead.

Le tournage s’est déroulé en Roumanie. Il s’est déroulé en même que le tournage de Hellraiser : Deader.

Notre critique de Hellraiser : Hellworld.

Un épisode de plus, rien n’arrête cette franchise.

Image hellraiser hellworld disney dimension

Comment partir dans les clichés de l’horreur en un film pour attirer un certain type de public : un jeu vidéo, mettre des adolescents, mettre du sexe, mettre du gore. Voilà. On s’éloigne vraiment pas mal du concept de base de la saga Hellraiser. Tout le long du film, on ne sait pas trop dans quoi on est : pure hallucination ? Réalité ? Piège de Pinhead ? On n’arrive pas vraiment à savoir car les bases du long-métrage sont différentes du reste de la saga.

Image hellraiser hellworld disney dimension

En effet, dès le début de Hellraiser : Hellworld, on est dans une mise en abîme. Hellworld est un jeu vidéo avec le cube, Hellraiser, les Cénobites… On ne sait pas d’où ça vient ni le pourquoi du comment. On sent plutôt un manque d’imagination de la part des scénaristes. En fait, le scénario aurait pu être bon s’il n’était pas relié à la saga. Encore une fois, la franchise est trop présente.

Image hellraiser hellworld disney dimension

Le groupe d’adolescents n’est pas des plus intéressants. Seulement deux des protagonistes sortent du lot étant donné qu’ils servent un peu de fil conducteur. Mais ils sont très superficiels. Concernant l’Hôte, on voit très vite qu’il n’est pas net. Il incarne ainsi parfaitement l’antagoniste mystérieux mais ses motivations sont floues et la séquence finale (qui est parfois brouillon) n’aide en rien à la compréhension. Enfin, Pinhead est vu à plusieurs reprises mais le personnage n’offre vraiment rien et n’inspire plus la peur. Pire, il ne se sert même plus de ses chaînes pour torturer, alors que c’était sa marque de fabrique.

Image hellraiser hellworld disney dimension

On le disait en préambule, ce film renforce le côté gore (effet de mode du cinéma d’horreur). Sauf que ça ne sert à rien, c’est juste bon à attirer un public adepte de ce genre. Malheureusement, les effets visuels sont vraiment mauvais. La réalisation use de mouvements de caméra très rapide mais qui ne servent à rien artistiquement parlant.

Image hellraiser hellworld disney dimension

Hellraiser : Hellworld n’en finit plus de saccager la franchise pour un résultat médiocre.

La note de Fabien

En bref

Mauvais pour la franchise, bon s'il était seul.
Fabien Le Lagadec
Rédacteur en chef de Disney-Planet.Fr et rédacteur sur Disneyland-Planet, ma vie tourne entre autre autour du cinéma. Vivant à la montagne (vive les Vosges !), promenade en nature et sessions photos font parties de mes passions.