Guns in the heather / The secret of Boyne Castle.

, par
amazon disney

Affiche Poster guns heather secret boyne castle disney

Fiche technique.

Réalisateur : Robert Butler.
Scénariste : Herman Groves.
Producteur : Ron Miller.
Compositeur : Buddy Baker.
Société de production : Walt Disney Productions.
Distributeur : Walt Disney Company (Angleterre), National Broadcasting Company (USA).
Sortie anglaise : juillet 1969.
Sortie USA : février 1969.
Titre original : Guns in the Heather.
Durée : 3h.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : Inconnue.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé.

En Irlande, Rich Evans est un étudiant qui reçoit un message d’un homme mourant. Il se retrouve alors poursuivi par des espions d’un autre pays.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale
>> DVD / Blu-Ray
>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

A venir.

Casting.

Rich Evans : Kurt Russell (VF : Inconnue).
Tom Evans : Glenn Corbett (VF : Inconnue).
Kersner : Alfred Burke (VF : Inconnue).
Sean O’Connor : Patrick Dawson (VF : Inconnue).
Lord Boyne : Patrick Barr (VF : Inconnue).
Carleton : Hugh McDermott (VF : Inconnue).
Levick : Patrick Westwood (VF : Inconnue).
Bailey : Eddie Byrne (VF : Inconnue).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

Guns in the heather est l’adaptation du roman éponyme de Lockhart Amerman publié 1963.

Cette production a tout d’abord été diffusé à la télévision américaine sous le titre The secret of Boyne Castle en trois parties (le 9, 16 et 23 février 1969) pour une durée de trois heures. Elle fut ensuite diffusée au cinéma en Angleterre sous le titre Guns in the heather et ramenée à 1h30. Enfin, cette version raccourcie fut diffusée sur les télévisions américaines avec pour titre The Spy-Busters.

Image guns heather secret boyne castle disney

Le tournage s’est déroulé en Irlande et à Londres.

Notre critique de Guns in the heather (The secret of Boyne Castle).

Cette critique est basée sur le téléfilm en trois parties et non sur sa version raccourcie de moitié.

Image guns heather secret boyne castle disney

Il est bon de préciser car en effet, trois heures, c’est vraiment très long. Enfin, selon l’histoire, ça passe sans problèmes. Sauf que le souci ici est justement son scénario. The secret of Boyne Castle est mal équilibré et surtout rempli de passages inutiles qui sont là juste pour combler l’absence d’intrigue. Il fallait tellement ajouter des scènes qu’elles sont en fait recycler : le héros fuit en train, le héros fuit en scooter, le héros fuit en planeur… A se demander si le héros qui n’est qu’un étudiant n’a pas le permis de tout ce qui se conduit. On n’éprouve aucune émotion, aucune tension, on finit même par se déconnecter de l’histoire pour regarder sa montre et se demander quand on va arriver à la fin du massacre.

Image guns heather secret boyne castle disney

Ca en est tellement long que pour faire durer encore plus l’intrigue, on ralentit considérablement le rythme du film. Un film d’espionnage est censé bougé plus que ça. De plus, le réalisateur a décidé par moment de faire des placements de caméra hasardeux, rendant le métrage plus proche de la série B que d’un film digne de ce nom. Puis pour couronner le tout, on rajoute une bande originale caricaturale qui fait plus rire que d’apporter une réelle tension.

Image guns heather secret boyne castle disney

Si Kurt Russell tente de sauver The secret of Boyne Castle par son interprétation, on a surtout l’impression qu’il se demande ce qu’il fait dans cette production. Que ce soit lui ou les autres, aucun personnage n’est attachant. Ne parlons même pas des antagonistes qui sont risibles par leur jeu de méchants très clichés. Mention spéciale à la séquence d’ouverture où l’un des acteurs meurt de façon terriblement peu convaincante (Marion Cotillard a du s’en inspirer). On aurait également pu s’attendre à une évolution spirituelle du héros mais non même pas.

Guns in the heather / The secret of Boyne Castle est donc d’un terrible ennui sans saveur. Même l’inspecteur Derrick arrive à être plus palpitant.