CinémaGentlemen Broncos.

Gentlemen Broncos.

affiche poster gentlemen broncos disney fox

Réalisateur : Jared Hess.
Scénariste : Jared Hess et Jerusha Hess.
Producteur : Mike White.
Compositeur : David Wingo.
Société de production : Bronco Productions et Rip Cord Productions.
Distributeur : Fox Searchlight Pictures.
Sortie USA : 30 octobre 2009.
Sortie française : 25 août 2010.
Titre original : Gentlemen Broncos.
Durée : 1h29.
Budget : 10 millions de dollars.
Recette mondiale : 118,5 millions de dollars.
Recette USA : 113,3 millions de dollars.
Entrées françaises : Inconnue.

Résumé.

Ben participe à un concours d’écriture dont le juge est son idole. Ce dernier, auteur en panne d’inspiration, lui vole son histoire.

Achats.

Casting.

Benjamin : Michael Angarano (VQ : Philippe Martin).
Ronald Chevalier : Jemaine Clement (VQ : Patrick Chouinard).
Don Carlos : John Baker (VQ : Inconnue).
Judith : Jennifer Coolidge (VQ : Élise Bertrand).
Rod Decker : Rod Decker (VQ : Inconnue).
Tabatha : Halley Feiffer (VQ : Mélanie Laberge).
Kanaya / Kenonka : Johnny Hoops (VQ : Inconnue).
Lonnie Donaho : Héctor Jiménez (VQ : Benoit Éthier).

En savoir plus.

Le projet débute en décembre 2007.

Sortant d’abord dans quelques années et devant le flop commercial, le film fut rapidement retiré des salles.

image gentlemen broncos disney fox

Le tournage s’est déroulé en mars 2008 dans l’Utah.

Notre critique de Gentlemen Broncos.

Une idée intéressante qui peut apporter beaucoup de choses, lançons-nous.

image gentlemen broncos disney fox

On n’aurait mieux fait de ne pas se lancer en fait. C’est du grand n’importe quoi. Le scénario est très confus, il part dans tous les sens et n’a aucune consistance. C’est une bonne grosse blague sans cohérence qui ne mène nulle part. Le pire est qu’on ne sait même pas ce qu’il faut comprendre. Là où on pensait voir une dénonciation sur le plagiat, ou bien sur un rêve d’auteur brisé, on a droit presque à une moquerie globale sur les auteurs de science-fiction qui sont ici farfelus et sur les jeunes cinéastes qui sont ici incompétents à faire des navets sans âme. Sans oublier bien sûr un humour au ras des pâquerettes qui ne fera sans doute rire que ses scénaristes.

image gentlemen broncos disney fox

Après un scénario catastrophique, le casting l’est tout autant. Aucun ne semble savoir jouer, en étant soit inexpressif soit sans aucune conviction qu’on a l’impression que chacun se demande ce qu’il fait là. Les personnages sont tout aussi transparents et pas du tout attachants. Benjamin est un auteur à l’imagination… étrange qui n’a pourtant aucun charisme alors que le film tourne autour de lui et de sa création. Sa mère est aussi un peu fanatique des popcorns au point d’en faire des sculptures avec… Ronald Chevalier est un auteur réputé qui est en réalité un pur voleur et profiteur qui est imbu de lui-même et qui rabaisse les autres. On zappe aussi les deux cinéastes dont l’une est une actrice profiteuse tandis que l’autre est un réalisateur qui passe son temps à faire des grimaces qu’il doit avoir des crampes à la mâchoire.

image gentlemen broncos disney fox

Comme on dit, jamais deux sans trois. La réalisation est une purge, il faut le reconnaître. Ça part autant en vrille que son scénario. On a donc droit à l’intrigue et en alternance nous voyons le “film” de ce qu’est le roman de Benjamin. On est dans le ridicule au possible : les effets visuels sont lamentables, les costumes pathétiques, la mise en scène est honteuse… Et on subit ça trop de fois dans le long-métrage. La bande originale oscille entre les genres que le compositeur ne devait même pas savoir ce qu’il créait comme musique.

image gentlemen broncos disney fox

Gentlemen Broncos est un navet puissance mille, et encore, un navet pourri.

La note de Fabien

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

Vous pourriez être intéressés par ces articles