Films Live20th Century FoxFrench connection.

French connection.

affiche poster french connection disney fox

Réalisateur : William Friedkin.
Scénariste : Ernest Tidyman.
Producteur : Philip D’Antoni.
Compositeur : Don Ellis.
Société de production : 20th Century Fox, Philip D’Antoni Productions, Schine-Moore Productions et D’Antoni Productions.
Distributeur : 20th Century Fox.
Sortie USA : 7 octobre 1971.
Sortie française : 14 janvier 1972.
Titre original : The French connection.
Durée : 1h43.
Budget : 1,8 millions de dollars.
Recette mondiale : Inconnue.
Recette USA : 51,7 millions de dollars.
Entrées françaises : 2 154 207 entrées.

Résumé.

Dans les années 1960, la drogue envahit les rues de New York. L’inspecteur Popeye recherche le trafiquant français.

Achats.

Casting.

James R. “Popeye” Doyle : Gene Hackman (VF : Claude Joseph).
Alain Charnier : Fernando Rey (VF : René Arrieu).
Buddy “Cloudy” Russo : Roy Scheider (VF : Serge Lhorca).
Salvatore “Sal” Boca : Tony Lo Bianco (VF : Marc de Georgi).
Pierre Nicoli : Marcel Bozzuffi (VF : lui-même).
Henri Devereaux : Frédéric de Pasquale (VF : lui-même).
Bill Mulderig : Bill Hickman (VF : Henry Djanik).
Joel Weinstock : Harold Gary (VF : Jean Martinelli).

En savoir plus.

French connection est l’adaptation du roman éponyme de Robin Moore publié en 1969, qui s’inspire de faits réels et des enquêteurs Eddie Egan et Sonny Grosso. Dans les années 1960 et 1970, la drogue arrivait sur la côté est des États-Unis via le sud de la France.

Eddie Egan fait d’ailleurs une apparition dans le film en tant que chef de la police.

 Paul Newman, Steve McQueen et Charles Bronson ont été envisagés dans le rôle de Popeye.

La course-poursuite du film n’a pas été faite entièrement en toute légalité en bravant certaines interdictions. Certaines des collisions avec d’autres véhicules n’étaient d’ailleurs par prévues.

image french connection disney fox

Le film est le premier film classé R (interdiction aux moins de 17 ans) à remporter l’Oscar du meilleur film (pour un total de cinq Oscars : Meilleur acteur, Meilleur réalisateur, Meilleur scénario adapté et Meilleur montage).

C’est également le premier film à montrer le World Trade Center dont la tour nord était terminée tandis que la tour sud étant encore en construction.

Le tournage s’est déroulé de novembre 1970 à mars 1971 en France et New York.

Notre critique de French connection.

Un fait réel dans une enquête policière, quelque chose qui peut être très prenant.

image french connection disney fox

On ne peut pas dire qu’on soit extrêmement captivé par l’intrigue. Certes, c’est un jeu de chasse et de la souris, de filature, d’investigation mais ce n’est pas assez palpitant pour qu’on soit sous tension. Le film n’offre jamais justement une intensité digne de ce nom et ça reste assez plat. Les péripéties ne sont pas non plus très folles. Quant au fond de l’intrigue, on n’a l’impression de ne pas beaucoup avancer quand ce n’est pas par moment confus. Là où on prend parfois plaisir à jouer les enquêteurs, on est ici trop spectateur sans avoir de réels enjeux. On ne voit pas trop non plus les ravages de la drogue dans la ville alors que c’est le sujet de base pourtant et on en finit presque par l’oublier.

image french connection disney fox

Gene Hackman est correct mais n’offre pas une prestation extraordinaire. Son personnage manque de charisme et il se contente juste d’être bougon, bagarreur et fonceur, en zappant la stratégie ou la finesse. Ce côté action ne lui ne le rend pas plus crédible mais au moins on évite une certaine caricature. Le film manque surtout cruellement de personnages secondaires marquants. Ils vont et viennent sans avoir une grande importance, que ce soit les collègues de Popeye, très effacés, comme le trafiquant de drogues qu’on voit à peine et qui en fait donc un antagoniste peu mémorable. Par chance, chacun joue assez bien mais on ne s’attache au final à personne.

image french connection disney fox

On retient néanmoins une réalisation qui tente des choses. En effet, la caméra à l’épaule donne plus de dynamisme au film et un aspect documentaire. On est plus en immersion visuellement et les teintes froides du film renforcent aussi une certaine misère sociale de ces quartiers. Le fait d’avoir tourné en éclairage naturel appuie également cette démarche artistique. Concernant la séquence devenue culte de la course-poursuite, elle offre de belles prises de vues mais a souffert du temps tant on est habitué à plus mouvementé de nos jours. Le film a aussi pour défaut d’avoir un rythme bien trop lent et une bande originale qui n’apporte aucune ambiance (même la course-poursuite qui se fait sans musique…).

image french connection disney fox

French connection n’est pas ce qu’il y a de mieux en terme de films policiers.

La note de Fabien