fbpx
Cinéma Fight club.

Fight club.

shopdisney
affiche poster fight club disney fox

Fiche technique.

Réalisateur : David Fincher.
Scénariste : Jim Uhls.
Producteur : Ross Grayson Bell, Ceán Chaffin et Art Linson.
Compositeur : The Dust Brothers.
Société de production : Fox 2000 Pictures, Regency Enterprises, Linson Films, Atman Entertainment, Knickerbocker Films, Medusa Film et Taurus Film.
Distributeur : 20th Century Fox.
Première mondiale : 10 septembre 1999 (Venise).
Sortie USA : 15 octobre 1999.
Sortie française : 10 novembre 1999.
Titre original : Fight club.
Durée : 2h20.
Budget : 63 millions de dollars.
Recette mondiale : 101,2 millions de dollars.
Recette USA : 37 millions de dollars.
Entrées françaises : 1 093 106 entrées.

Résumé.

Paumé dans sa vie, un homme va faire la rencontre de Tyler qui va changer la sienne en le poussant loin dans ses limites.

Univers.

Achats.

Casting.

Narrateur : Edward Norton (VF : Damien Boisseau).
Tyler Durden : Brad Pitt (VF : Éric Herson-Macarel).
Marla Singer : Helena Bonham Carter (VF : Martine Irzenski).
Robert “Bob” Paulson : Meat Loaf (VF : Inconnue).
Richard Chesler : Zach Grenier (VF : Philippe Catoire).
Gueule d’ange : Jared Leto (VF : Stéphane Marais).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

Fight club est l’adaptation du roman éponyme de Chuck Palahniuk publié en 1996.

Peter Jackson, Bryan Singer et Danny Boyle se sont vus proposer le poste de réalisateur.

Cinq versions du scénario ont été écrites pour trouver le bon équilibre.

Edward Norton a perdu 10 kilos au fil du tournage.

image fight club disney fox

Russell Crowe a été envisagé pour le rôle de Tyler ; Matt Damon et Sean Penn pour celui du narrateur ; Janeane Garofalo, Courtney Love, Winona Ryder et Reese Witherspoon pour celui de Marla.

Des doubleurs ont été utilisées pour la scène de sexe entre Brad Pitt et Helena Bonham Carter.

Le film devait initialement sortir en juillet 1999.

Le tournage se déroule d’août à décembre 1998 en Californie.

Notre critique de Fight club.

Film devenu marquant par le bouche à oreille, vaut-il les mérites qu’on lui donne ?

image fight club disney fox

Nous sommes vraiment face à un film qui se veut très spécial aussi bien sur le fond que sur la forme. Commençons tout d’abord par l’histoire. Si le début se veut classique avec le narrateur (qui n’aura jamais vraiment de nom) qui rencontre Tyler, que tout les oppose avant de finalement s’associer, plus on avance dans l’intrigue et plus on pourrait presque dire que ça devient n’importe quoi. D’un petit club de combats (qui au final n’aura pas un grand impact vu les quelques scènes qui en font le sujet) cela se transforme en une sorte de mouvement révolutionnaire anarchiste de très grande ampleur qui veut renverser le monde pour… Et bien ce n’est pas clair non plus. Les motivations sont trop floues.

image fight club disney fox

C’est bien là que le souci de Fight club se pose : que faut-il comprendre ? Malgré le côté aussi bien sérieux que totalement satirique, le thème principal est obscur. Un besoin d’une nouvelle société ? Mieux s’accepter soi-même ? Oser les choses ? Sortir des sentiers battus ? Apologie de la violence ? Il faudrait presque pousser l’analyse dans les derniers retranchements pour comprendre les subtilités supposées si tant est qu’ils y en aient. Cela part trop dans de l’invraisemblable qu’on ne sait plus s’il faut prendre ça au sérieux ou comme un pied de nez. Malgré le gros retournement de situation, certes surprenante, le charme n’opère pas plus jusqu’à sa conclusion bancale qui laisse sur notre faim.

image fight club disney fox

Au casting, on a quand même trois très bons acteurs. Tout d’abord Edward Norton joue le narrateur (mais aussi un personnage évidemment). Il se veut dans sa routine, dans sa bulle, une petite vie bien propre et rangée, réservé… Il va se découvrir progressivement et approfondir sa personnalité au contact de Tyler, incarné par Brad Pitt. Ce dernier se veut plus extraverti, leader, calculateur, poussant les hommes dans ses retranchements. Un contraste des deux héros bien classique au cinéma mais qui s’opère avec efficacité ici. On voit que l’un prend l’ascendant sur l’autre pour évoluer vers autre chose. Quant à Marla (interprétée par Helena Bonham Carter qui se veut excellente), son personnage a du potentiel mais se veut trop secondaire alors qu’elle est une sorte de ciment entre les protagonistes. Elle est presque l’incarnation de nous spectateur qui ne comprenons pas tout.

image fight club disney fox

Derrière la caméra, un réalisateur de renom avec son style bien à lui : David Fincher. Il livre ici une mise en scène surprenante et qui demande pas mal de maîtrise. Déjà par sa photographie, jouant sur les couleurs et les éclairages dans la quasi intégralité des scènes pour donner une atmosphère supplémentaire. Ensuite, par son rythme où les 2h30 passent très vite. Enfin, par l’utilité de la narration. Cette voix qu’on entend majoritairement qui nous plonge dans la tête du personnage incarné par Norton apporte aussi une légèreté à un film qui se veut assez sombre voire même malsain sur sa dernière partie. Il y a aussi ce génie artistique des différents indices glissés ici et là qui prennent toutes leurs saveurs au second visionnage du long-métrage.

image fight club disney fox

Fight club a des qualités mais se veut quand même brouillon dans son message.

REVIEW OVERVIEW

La note de Fabien

En bref

Assez spécial mais pas oubliable.