amazon disney

Affiche Fantasia 2000 Disney Poster

Fiche technique.

Réalisateurs : Hendel Butoy (Les pins de Rome et concerto pour piano n°2), Don Hahn (Introduction et intermèdes en prises de vues réelles), Pixote hunt (Symphonie n°5), Eric Goldberg (Rhapsody in blue et Le carnaval des animaux), James Algar (l’apprenti sorcier), Francis Glebas (Pom and Circumstance) et Gaëtant et Paul Brizzi (l’oiseau de feu).
Scénaristes : Don Hahn, David Reynolds, Kirk Hanson, Kelvin Yasuda, James Fuji et Francis Glebas (d’après une idée de Brenda Chapman et Christopher Sanders pour les pins de Rome), Eric Goldberg, James Capobianco et Roy Meurin (d’après le conte d’Hans Christian Andersen pour Concerto pour piano n°2), Perce Pearce, Carl Fallberg, Joe Grant, Dick Huemer, Robert Gibbs, Todd Kurosawa, Don Dougherty, Terry Naughton, Patricia Ventura, Stevie Wermers et Gaëtant et Paul Brizzi.
Producteur: Roy Edward Disney.
Compositeurs : Bruce Coughlin, Peter Schickele et Leopold Stokowski (L’apprenti sorcier).
Société de production : Walt Disney Pictures, Walt Disney Feature Animation, Walt Disney Television Animation et Richard Purdum Productions.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Première USA : 17 Décembre 1999 (New York).
Sortie USA : 1er Janvier 2000.
Sortie française : 24 Mai 2000.
Titre original : Fantasia 2000.
Durée : 1h15.
Budget : 80 millions de dollars.
Recette mondiale : 90,8 millions de dollars.
Recette USA : 60,6 millions de dollars.
Entrées françaises : 634 731 entrées.

Résumé.

58 ans après Fantasia, l’orchestre symphonique de Chicago dirigé par le chef d’orchestre James Levine nous replonge dans l’univers de la musique classique associée à l’animation. Nous avons huit séquences illustrant huit morceaux : Symphonie n°5 de Ludwing Van beethoven, Les pins de Rome d’Ottorino Respighi, Rapsody in blue de George Gerhwin, Concerto pour piano n°2 de Dimitri Chostakovitch, Le carnaval des animaux de Camille Saint-Saëns, L’apprenti sorcier de Paul Dukas, Pomp and Circumstance de sir Edward Elgar et L’oiseau de feu d’Igor Stravinsky.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux Raccords
>> Répliques
>> Bande originale
>> Jeux vidéo
>> DVD / Blu-Ray
>> Tsum Tsum
>> Funko Pop
>> Figurine de collection
>> Livres

Achat.

Casting.

Mickey Mouse : Wayne Allwine (VF : Laurent Pasquier).
Donald Duck : Tony Anselmo (VF : Sylvain Caruso).
Daisy Duck : Russi Taylor (VF : Sybille Tureau).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en cliquant ici.

En savoir plus.

La séquence de fin de Rhapsody in Blue se passant à Broadway avait tellement de couleurs (plus de 200) que le système CAPS a eu du mal à sortir et cela a entraîné des retards dans la production de Tarzan (1999).

Il a fallu 9 ans de fabrication pour le film.

Fantasia 2000 fut le premier film d’animation à avoir été présenté en IMAX. IMAX a du accepter les termes et conditions de Disney afin d’acquérir les premières projections exclusives. L’engagement était de quatre mois, et donnait à IMAX 50 % des recettes du box-office. Beaucoup de cinémas IMAX n’étaient pas prêts à accepter les conditions de Disney. The California Science Center à Los Angeles a été le seul qui a refusé d’accepter le contrat de Disney et les studios ont donc décidé de construire un théâtre IMAX exprès pour les quatre mois de diffusion du film pour être par la suite démoli ; cela leur a coûté 4 millions de dollars.

Les personnages principaux de la séquence Rhapsody in Blue ont tous des noms même s’ils ne sont pas mentionnés dans le film. Le travailleur dans la construction s’appelle Duke, celui qui est sans emploi Jobless Joe et la petite fille s’appelle Rachel. Cette dernière a été inspirée par la plus jeune fille de Eric et Susan Goldberg et dans la vie réelle la sœur de Rachel, Jenny, a été le modèle pour le personnage aux cheveux bleus qui fait tout ce que Rachel n’arrive pas à faire. La vraie Jenny a aussi eu les cheveux bleus.

Dévoilé publiquement après le coup de minuit du 31 décembre 1999, Fantasia 2000 a été le premier film diffusé du nouveau millénaire.

George Gershwin apparaît dans Rhapsody in Blue, il est l’homme mince qui joue du piano au- essus de l’appartement de Rachel et de son professeur de piano.

Après avoir codirigé Pocahontas (1995), Eric Goldberg a décidé d’animer l’ensemble du carnaval des animaux lui-même cela lui a pris 9 mois.

Il y a un Hadden Mickey dans la séquence Pomp and Circumstance après le déluge, les animaux sortent de l’arche et à ce moment-là nous pouvons voir Mickey et Minnie Mouse debouts sur le toit du bateau.

La pluie utilisée dans Pomp and Circumstance est la même que la pluie dans la séquence du premier FantasiaSpring” (1940).

La séquence du carnaval des animaux marque la première fois où l’animation en aquarelle et la fonction animée sont ensemble.

En dehors des films Pixar, Le petit Soldat de Plomb est la première séquence où l’on peut voir les personnages dans une animation Disney entièrement gérée par ordinateur. Bien que les baleines de Pins de Rome ont aussi été animées par ordinateur, leurs yeux étaient faits à la main car par ordinateur le résultat n’était pas convaincant pour les animateurs.

Dans la version IMAX originale, quand Mickey Mouse recherche Donald, dans la salle de cinéma le son avait été traité pour donner l’illusion que Mickey était dans la salle derrière les sièges des spectateurs.

Pixote Hunt a passé deux ans à écrire et créer la séquence sur la musique de Ludwing Van Beethoven.

Le Carnaval des Animaux a été conçu par Joe Grant ,91 ans, chef de l’histoire de Fantasia 2000 le seul membre de l’équipe à avoir travailler sur Fantasia en 1940.

Eric Goldberg a montré Rhapsody in Blue à Al Hirschfeld peu avant ses 96 ans. La femme de ce dernier l’a appelé ” le meilleur cadeau d’anniversaire” qu’il ait reçu.

Firebird représente l’éruption du volcan Mont Saint Helens en 1980.

Bette Midler évoque à l’introduction du Petit Soldat de Plomb qu’il y a eu des idées qui, à l’origine devaient être dans le premier Fantasia (1940). Elle mentionne ainsi “Flight Of the Bumble” qui a été utilisé dans Mélodie Cocktail (1948) sous le titre de Bumble Boogie.

Dans la séquence Pomp and Circumstance nous pouvons apercevoir Franck le lézard à collerette de Bernard et Bianca au pays des Kangourous (1990).

La séquence d’ouverture sur la Cinquième Symphonie de Ludwing Van Beethoven reflète l’ouverture du premier Fantasia (1940) qui a commencé par des œuvres abstraites sur Taccota et Fugue en ré mineur.

Le petit soldat de plomb devait à l’origine apparaître dans le premier Fantasia mais personne n’avait trouvé de musique pour accompagner la séquence.

Notre critique de Fantasia 2000.

58 ans après le premier Fantasia, Disney sort enfin la suite qui sera le 38ème classique d’animation des studios. Toujours dans le même style que le premier opus, nous voguons au son plus ou moins célèbre des musiques classiques sauf que cette fois-ci, les séquences sont moins abstraites et beaucoup plus modernes. Dans chaque histoire nous sommes captivés par ces personnages dont on ignore tout mais qui nous content leur histoire !

Seules les expressions du visage associées à la musique nous transmettent les sentiments (le cerf majestueux dans la séquence « l’oiseau de feu » nous transmet de profonds sentiments en un regard), la joie (dans Rapsody in Blue par exemple) ou encore l’humour (carnaval des animaux). Seule Symphonie n°5 n’est pas une animation à proprement parler, mais cela nous fait un rappel de l’ouverture du tout premier opus. Dans Fantasia 2000, nous croisons beaucoup de narrateurs connus des studios Disney tels que Steve Martin (Les Muppets, le film en 1979), Bette Midler (Hocus Pocus en 1993), James Earl Jones (voix de Dark vador de 1977 à 1983 et voix de Mufassa dans Le Roi Lion (1994) et Le Roi Lion 2 (1998) ) ou encore Angela Lansbury (L’Apprentie Sorcière en 1971). Nous avons aussi Penn et Teller un duo d’illusionnistes, Gaëtan et Paul Brizzi (animateurs de Le Bossu de Notre-Dame en 1996), Eric Goldbert (réalisateur et animateur de beaucoup de Disney) et des musiciens qui ont participé à Fantasia 2000. Cela nous amène à des introductions de chaque séquence plus ou moins amusantes qui nous en apprennent un peu plus sur l’univers de Fantasia en général ce qui, avec l’animation, est la grande différence entre Fantasia 2000 et Fantasia.

Parlons graphisme. Ici nous avons des séquences modernes et vraiment très différentes de ce que la maison Disney nous avait fait jusque là. Bon il est vrai qu’on commence avec de l’art abstrait maisil est plus évolué que dans le premier opus. En même temps nous ne sommes pas non plus à la même année de production, il est vrai que 58 ans séparent les deux films. Les pins de Rome et Concerto pour piano n°2 sont deux séquences très différentes de par la technologie en 3D vraiment impressionnante et quand on sait que les yeux des baleines dans Les pins de Rome ont été faits main parce que le résultat ne plaisait pas aux animateurs, on ne peut que trouver cette séquence magique. Nous retrouvons aussi l’apprenti sorcier mais non modifié, laissé tel qu’il a été dans le premier Fantasia et c’est là que l’on voit la différence entre ces deux films. A la fin de cette séquence nous revoyons Mickey parler à Léopold Stokowski et après il vient parler à James Levine pour lui dire que Donald est en retard. Nous avons un Mickey qui est en 3D ce qui donne un aspect vraiment différent du Mickey apprenti sorcier que l’on a connu au départ, mais cela ne choque pas plus que ça. Les décors sont bien souvent très colorés et très peu de plans sombres sont mis en évidence sauf quand il y a le méchant de la séquence qui menace – cela va de soi – mais nous retrouvons toujours ces tons bleu et rouge que l’on retrouvait dans le premier Fantasia.Cependant si je dois faire une comparaison je dois avouer que je suis pour ma part plus captivée devant Fantasia 2000 que devant son prédécesseur.

Au niveau musique, seule celle de l’apprenti sorcier reste inchangée, les autres musiques sont inédites dans Fantasia. Cette fois-ci, c’est James Levine qui tient la baguette devant l’orchestre symphonique de Chicago et bizarrement nous n’avons pas l’impression d’être devant un concert de musique classique de 1h mais plus devant des dessins animés sans dialogue …. enfin si les dialogues c’est la musique !

Bien plus captivant que le premier opus mais peut être un peu moins ludique concernant la musique classique mais plus concernant l’histoire de Fantasia, Fantasia 2000 signe un retour triomphal 58 ans après la sortie du premier opus. L’animation est plus moderne et contient beaucoup plus de long métrage que d’arts en tout genre mais, la recette est tout aussi magique. Fantasia 2000 est un classique indémodable pour les petits comme pour les grands à regarder sans modération.