amazon disney

walt disney company walt disney pictures affiche davy crocket pirates riviere poster davy crockett river pirates

Fiche technique.

Réalisateurs : Norman Foster et Ivan Volkman.
Scénaristes : Thomas W. Blackburn et Normann Foster.
Producteurs : Walt Disney et Bill Walsh.
Compositeur : George Bruns.
Studio de production : Walt Disney Pictures.
Distributeur : Buena Vista Film Distribution Company.
Sortie USA : 18 Juillet 1956.
Sortie française : 21 Décembre 1956.
Titre original :Davy Crockett and the River Pirates.
Durée : 1h21.

Résumé.

Tandis que Davy Crockett s’engage dans une course en bateau contre Mike Fint, il découvre que des pirates, grimés en indien, commettent divers crimes en se faisant passer pour le peuple peau rouge.

Achat.

Casting.

Davy Crockett : Fess Parker (VO).
George Russel : Buddy Ebsen (VO).
Mike Fink : Jeff York (VO).
Jocko : Kenneth Tobey (VO).
Captain Cobb : Celm Bevans(VO).
Moose : Irvin Ashkenazy (VO).
Samuel Mason : Mort Mills (VO).
Big Harpe : Paul Newlan (VO).
Little Harpe : Frank Richards (VO).
Colonel Plug : Incon Walter Catlett (VO).
Propriétaire du Saloon : Douglass Dumbrille (VO).

En savoir plus.

Cette seconde aventure de Davy Crokett au cinéma est composée de deux épisodes de la série intitulés : Davy, vainqueur des rapides et Davy et les pirates de la rivière. Le premier opus se compose, quant à lui, des épisodes de la saison 1 basée sur la véritable histoire du personnage et intitulé : Davy Crockett, roi des trappeurs, Davy Crockett au congrès et Fort Alamo.

walt disney company walt disney pictures affiche davy crockett roi trappeurs poster davy crockett king wild frontier
Affiche de la première compilation sur grand écran.

À la fin de la première saison, le héros Davy Crockett trouve la mort durant son passage à Fort Alamo. Face au succès de la série, la seconde saison fait abstraction de cet incident et permet donc au trappeur de vivre de nouvelles aventures. Diffusée entre 1954 et 1955, la série fut l’objet d’un remake en 1988 dans l’espoir, malheureusement vain, de renouveler le succès.

La chanson intitulée “La ballade de Davy Crockett” a rapporté plus de 300 millions de dollars au studio Disney. En France, elle fut interprétée par Annie Cordy (1956) et Jacques Hélian (1956) puis reprise par Chantal Goya (1976) et Douchka (1985).

Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14 Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-10
Diverses jaquettes des albums de la chanson.

Les deux bateaux du film, le Bertha Mae et le Gullywhumper, ont été, après le tournage, transformés pour donner naissance à l’attraction “Mike Fink Keel Boats” au parc Disneyland. L’attraction a fermé en 1997.

Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14

Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14 Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14
Les bateaux dans le film et au parc Disneyland (Gullywhumper à gauche et Bertha Mae à droite).

Comme il était coutume à l’époque pour le studio, les aventures de Davy Crockett ont fait l’objet d’une adaptation en bande dessinée.

Le Cave-in Rock, situé dans l’Illinois était un véritable lieu de rencontre pour les pirates. Dans le film, il sert également de repère aux bandits grimés en indien.

Le passage dans les rapides de la rivière fut une scène difficile à tourner pour l’équipe de production. Si à l’époque, ce détail pouvait encore passer, aujourd’hui, la différence de couleur de l’eau des plans serrés par rapport au plan large ne fait nul doute quant à l’utilisation d’un certain nombre de trucages.

Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14 Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14
Une rivière agitée qui ne l’est visiblement pas tant que ça !

Notre critique de Davy Crockett et les pirates de la rivière.

Qui ne connaît pas, ne serait-ce que de nom, le célèbre Davy Crockett ? Héros populaire de l’histoire des États-Unis d’Amérique, le trappeur emblématique est aussi le protagoniste de nombreuses aventures aussi bien écrites que filmées. Si ses qualités d’aventurier ne sont plus à démontrer, sera-t-il, pour sa deuxième apparition sur les grands écrans, à la hauteur de sa réputation ? Rien n’est moins sûr…Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14

Davy Crockett et les pirates de la rivière n’est ni plus ni moins qu’une compilation des deux épisodes de la seconde saison de la série télévisée. Point d’inédit donc, il s’agit ici d’un simple montage permettant de relier les histoires entre elles. Si les scénarios semblent intéressants sur le papier et peuvent s’imbriquer assez facilement, on ne peut que constater que le film manque cruellement de rebondissement.

Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14 Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14

Commençons par sa première moitié où Davy nous entraîne dans une course en bateau à bord du Bertha Mae. Jusque là, tout va bien ! Malgré un léger manque de rythme et un challenge assez plat, on apprécie, sans pour autant être captivé, et on s’amuse , sans en être hilare, des différentes situations très « gaguesques » que sont les nombreuses chutes des membres de l’équipage. Un moment qui devrait certainement amuser les plus jeunes sans vraiment ennuyer les adultes.

Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14

Mais la partie bien plus discutable de l’œuvre se situe dans sa seconde moitié. L’histoire, qui donne d’ailleurs son nom à la production, est à première vue bien plus épique et mature, puisqu’elle met en avant une trame à propos de pirates, qui, de par les crimes qu’ils exécutent grimés, portent préjudice aux Indiens. Un récit visiblement fort intéressant, mais qui se veut malheureusement lésé par une intrigue bien trop rapidement survolée et surtout peu profonde.

Aucun véritable rebondissement n’est donc à prévoir : Davy arrive, découvre le problème et le résoud tout aussitôt. Dès lors, il est dommage que l’aventure ne soit pas plus rocambolesque, surtout que le côté burlesque de la première partie s’est pratiquement effacé, ne laissant ici qu’un passage assez ennuyeux qui relègue facilement cette péripétie au second plan du film alors qu’elle s’avérait pourtant, bien plus intéressante.

Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14 Disney Illustration-Davy-Crockett-et-les-pirates-de-la-riviere-14

Que dire, au final, des aventures, deuxième du nom, de Davy Crockett sur grand écran. Si la durée d’un épisode permet certainement de divertir devant la télévision, force est de constater que la longueur et la qualité de deux ne réussit pas vraiment à le rendre plus consistant pour ce média. Manquant cruellement de profondeur et de relief, il vaut mieux retenir du célèbre trappeur ses aventures littéraires plutôt que ses déboires dans les salles obscures. Un divertissement qui n’est donc pas indispensable.