Dancer Upstairs.

ACTUALITÉS



La note de Fabien
affiche poster dancer upstairs

Réalisateur : John Malkovich.
Scénariste : Nicholas Shakespeare.
Producteur : Andrés Vicente Gómez et John Malkovich.
Compositeur : Alberto Iglesias.
Société de production : Fox Searchlight Pictures, Lolafilms, Mr. Mudd, Antena 3 Televisión et Vía Digital.
Distributeur : Fox Searchlight Pictures.
Première mondiale : 6 septembre 2002 (Venise).
Sortie espagnole : 20 septembre 2002.
Sortie USA : 2 mai 2003.
Sortie française : 1er janvier 2003.
Titre original : The Dancer Upstairs.
Durée : 2h13.
Budget : Inconnu.
Recette mondiale : 5,2 millions de dollars.
Recette USA : 2,4 millions de dollars.
Entrées françaises : 65 931 entrées.

Résumé.

Agustin Rejas mène une enquête sur différents assassinats au nom d’un certain président Ezequiel qui ne veut plus de la corruption du pays.

Achats.

Casting.

Agustín Rejas : Javier Bardem (VF : Bernard Métraux).
Sucre : Juan Diego Botto (VF : Boris Rehlinger).
Yolanda : Laura Morante (VF : elle-même).
Llosa : Elvira Mínguez (VF : Evelyne Guimmara).
Sylvina : Alexandra Lencastre (VF : Anne Canovas).
Merino : Oliver Cotton (VF : Philippe Catoire).
Calderón : Luis Miguel Cintra (VF : Féodor Atkine).
Clorindo : Javier Manrique (VF : Daniel Lobé).
Duran : Abel Folk (VF : Michel Papineschi).

En savoir plus.

Dancer Upstairs est l’adaptation du roman éponyme de Nicholas Shakespeare publié en 1995.

image dancer upstairs

Le tournage s’est déroulé au Portugal et en Équateur.

Notre critique de Dancer Upstairs.

Un sujet intéressant sur ce qui pourrait donner un très bon polar.

On ne peut pas dire que le scénario soit mauvais mais on ne peut pas dire non plus qu’il soit palpitant. On a l’impression de faire du surplace tant ça ne semble pas avancer. À chaque fois qu’on fait un pas en avant, il se passe un événement qui fait qu’on repart à zéro. Même si le film veut dénoncer la corruption des pays d’Amérique latine, le message a du mal à être convaincant car il n’y a pas vraiment d’explications crédibles. L’histoire souffre aussi d’intrigues secondaires encore moins intéressantes mais surtout inutile comme la romance entre Rejas et une autre protagoniste. Le film ne dégage aucune émotion et a beaucoup de lenteurs. On n’est pas suffisamment pris par l’enquête policière.

image dancer upstairs
image dancer upstairs

Dans le rôle titre, Javier Bardem est correct mais ne livre pas sa meilleure des performances. La faute aussi à son personnage qui manque d’épaisseur. Il ne donne pas une impression d’être policier, étant trop calme et peu à l’aise lorsque l’action surgit. De plus, il n’a rien d’attachant tant il est peu développé. Les autres personnages sont encore plus superficiels et ne sont là que pour donner des dialogues en plus vu qu’ils sont inintéressants. Même Yolanda, qui semble avoir une importance dans l’histoire, est au final peu présente.

Si John Malkovich est bon comme acteur, il n’est pas excellent en réalisateur. C’est très simple mais il manque un petit quelque chose pour élever le niveau dans la mise en scène. Il y a quelques bons plans intéressants à voir mais cela s’arrête là. Le rythme est aussi lent que son scénario et un film plus court n’aurait pas été un mal. On regrette aussi certains trucages visuels qui sont de piètre qualité. Cependant, on salue le fait qu’on a droit à beaucoup de décors, nous faisant voyager dans le pays mais celui-ci n’est pas suffisamment mis en valeur. Enfin, on est déçu par la bande originale peu recherchée et qui use des clichés musicaux pour tenter de donner une ambiance de thriller.

image dancer upstairs
image dancer upstairs

Dancer Upstairs n’est pas la danse la plus belle qui soit.

La note de Fabien
banniere-dp-vers-dlp