fbpx

Coyote girls.

-

Affiche Poster coyote girls ugly disney touchstone

Fiche technique.

Réalisateur : David McNally.
Scénariste : Gina Wendkos.
Producteurs : Jerry Bruckheimer, Chad Oman, Jeff Eamer et Pat Sandston.
Compositeur : Trevor Horn.
Sociétés de production : Touchstone Pictures et Jerry Bruckheimer Films.
Distributeur : Buena Vista Pictures.
Première USA : 31 juillet 2000 (New York).
Sortie USA : 4 août 2000.
Sortie française : 1er novembre 2000.
Titre original : Coyote Ugly.
Durée : 1h41.
Budget : 45 millions de dollars.
Recette mondiale : 113,9 millions de dollars.
Recette USA : 60,8 millions de dollars.
Entrées françaises : 684 795 entrées.

Résumé

Violet Sandford, jeune fille de 21 ans, rêve de gloire. Elle quitte alors New York et après plusieurs échecs trouve un emploi de serveuse dans un bar country, le Coyote Ugly, dirigé par Lil. Malgré la réputation provocante des serveuses qui y travaillent, Violet s’épanouit et acquiert alors la popularité et le sens du spectacle.

Univers.

>> Personnages
>> Clins d’oeil
>> Faux raccords
>> Répliques
>> Bande originale

>> Livres
>> Jouets
>> Jeux vidéo
>> Funko Pop

Achats.

Casting

Violet “Jersey” Stanford : Piper Perabo (VF : Marie Millet).
Kevin O’Donell : Adam Garcia (VF : Cédric Dumond).
Bill Sanford : John Goodman (VF : Claude Brosset).
Lil : Maria Bello (VF : Michèle Buzynski).
Cammie : Izabella Miko (VF : Laura Préjean).
Zoe : Tyra Banks (VF : Géraldine Asselin).
Rachel : Bridget Moynahan (VF : Virginie Mery).
Gloria : Melanie Lynskey (VF : Joséphine Lomato).

Images.

Vidéos.

Retrouvez toutes les vidéos du film en streaming en cliquant ici.

En savoir plus.

Le “Coyote Ugly” fait référence à l’état dans lequel on est après une aventure sans lendemain, où on découvre que la personne à côté de nous sur son bras est si laide qu’on voudrait s’assurer qu’elle soit bien endormie, en rongeant un de ses membres (comme le font les coyotes qui peuvent se dévorer une patte s’ils sont piégés), et pouvoir partir sans être découvert.

Bridget Moynahan était plus grande que ce que les designers pensaient. Pour ne pas qu’elle se blesse durant les scènes de danse, le bar au-dessus du comptoir a été surélevé.

Image coyote girls ugly disney touchstone

Jessica Simpson a passé beaucoup d’auditions pour jouer le rôle principal de Coyote girls, mais est partie quand les cinéastes ont refusé d’enlever la scène de sexe. Au final, la plus grande partie de cette scène a été coupée au montage.

La chanteuse Leann Rimes a interprété les chansons à la place de l’actrice Piper Perabo.

Image coyote girls ugly disney touchstone

Dans la scène où Violet va dans le club où Kevin travaille, le groupe “The Calling” se produit.

Izabella Miko (qui joue Cammie) a initialement été auditionnée pour le rôle de Violet.

Michael Bay fait une apparition en tant que photographe.

Image coyote girls ugly disney touchstone

Suite au succès du film, la chaîne de bar “Coyote Ugly” a été créée.

Notre critique de Coyote girls.

Un film qui peut soit réussir son coup vu le sujet, soit tomber dans le film caricatural.

Image coyote girls ugly disney touchstone

Coyote girls flirte entre les deux. Tout d’abord, le fond de l’histoire est intéressant. La fille qui rêve de réussir dans la chanson, qui échoue, qui doit trouver un boulot pour payer les factures, qui se retrouvent embarquer dans quelque chose qui ne la correspond pas du tout, elle finit par s’y faire et devenir douée, puis tout s’écroule autour d’elle avant de se ressaisir et réussir. C’est du déjà-vu il faut l’avouer mais ça reste simple et efficace. On regrette juste que ce soit assez déséquilibré. Il aurait été plus judicieux de faire l’écroulement plus tôt (et non à 30 minutes de la fin) pour mieux apprécier le contre-coup et de voir comment Violet doit gérer la réaction de son père en découvrant son métier, son couple qui bat de l’aile à cause de ça puis le fait de tout perdre.

Image coyote girls ugly disney touchstone

Venons en maintenant à l’autre facette du film : les barmaid. Afin de satisfaire sûrement le public adolescent, Coyote girls est très sexualisé au point de beaucoup trop s’y attarder. Les “coyotes” passent plus de temps à danser sur le comptoir qu’à servir à boire, tout en faisant des danses sensuelles si ce n’est plus. Et même quand l’histoire quitte le bar pour aller vers d’autres horizons, on retrouve encore cette sexualisation (comme le match de baseball intégré à la version director’s cut du film). Le genre de film qui a aussi droit à sa scène de sexe où on sent qu’elle tire en longueur plus pour appâter le public visé que par réel intérêt scénaristique ou artistique.

Image coyote girls ugly disney touchstone

Le casting de Coyote girls est quand même impeccable à commencer par son actrice principale Piper Perabo. Elle est très expressive et parvient justement à nous créer des émotions selon les scènes qu’elle doit jouer. Dommage quand même qu’elle n’ait pas été jusqu’à interpréter les chansons elle-même. Son personnage est attachant car on peut se reconnaître en elle, d’avoir des rêves qui ont du mal à être atteint et qu’il faut trouver autre chose en attendant de pas forcément idéal pour soi. Nous avons également le petit ami de l’héroïne qui est bien sympathique qui a justement une part de mystère sur son passé qui arrive tout d’un coup dans le film sans que l’impact n’ait de conséquence par la suite. Il avait pourtant du potentiel pour que les scénaristes creusent le sujet. Puis nous avons Lil, la patronne du bar qui est à la fois conciliante et intransigeante, ce qui fait qu’on ne sait pas trop jusqu’à quel point on peut l’apprécier. Nous terminerons par le père de Violet qui apporte beaucoup au film aussi bien par sa gentillesse que par son rôle de protecteur envers sa fille.

Image coyote girls ugly disney touchstone

Pour un film de ce genre, la bande originale se devait d’être à la hauteur. Le compositeur livre de belles mélodies mais ce qu’on retient surtout est le nombre de chansons pop présentes qui offre une ambiance festive qui colle bien pour un bar.

Coyote girls se laisse regarder de manière agréable même s’il aurait mérité d’être approfondi sur plusieurs points pour en faire un long-métrage excellent. Toute la facette “sexualisation de la barmaid” est trop mis en avant alors que le fil conducteur méritait plus.

La note de Fabien

En bref

Bon film mais qui en avait encore sous le capot.

PUB

ACTUALITÉS

PUB

PUB