Couvre-feu.

affiche poster couvre feu siege disney

Réalisateur : Edward Zwick.
Scénariste : Lawrence Wright, Menno Meyjes et Edward Zwick.
Producteur : Lynda Obst, Edward Zwick, Jonathan Filley, Robin Budd et Peter Schindler.
Compositeur : Graeme Revell.
Société de production : 20th Century Fox, Lynda Obst Productions et The Bedford Falls Company.
Distributeur : 20th Century Fox.
Sortie USA : 6 novembre 1998.
Sortie française : 16 décembre 1998.
Titre original : The siege.
Durée : 1h56.
Budget : 70 millions de dollars.
Recette mondiale : 116,7 millions de dollars.
Recette USA : 41 millions de dollars.
Entrées françaises : 911 303 entrées.

Résumé.

Après plusieurs attentats terroristes à New York, l’agent du FBI Hubbard est chargé de les arrêter. Devant les échecs, la loi martiale est instaurée.

Achats.

Casting.

Anthony “Hub” Hubbard : Denzel Washington (VF : Jacques Martial).
Elise Kraft / Sharon Bridger : Annette Bening (VF : Pauline Larrieu).
William Devereaux : Bruce Willis (VF : Patrick Poivey).
Frank Haddad : Tony Shalhoub (VF : Agoumi Sidhammed).
Samir Nazhde : Sami Bouajila (VF : Lui-même)
Mike Johanssen : Mark Valley (VF : Patrice Baudrier).
Floyd Rose : Lance Reddick (VF : Jean-Paul Pitolin).
Sheik Achmed Bin Talal : Ahmed Ben Larby (VF : Inconnue).

En savoir plus.

Holy War et Against All Enemies ont été envisagés comme titre du film.

Jodie Foster a été envisagé dans le rôle d’Elise.

image couvre feu siege disney

Le tournage s’est déroulé à New York.

Notre critique de Couvre-feu.

Une histoire sous tension abordant différents sujets brûlants.

image couvre feu siege disney

Le film se divise en deux grandes parties extrêmement captivantes. La première apporte énormément de pression avec les attaques terroristes. L’angoisse est partout, la panique prend le dessus, les esprits s’échauffent. On suit l’enquête du FBI qui réussit par moment et échoue à d’autres. On a droit à des moments de bravoure mais aussi à des scènes terrifiantes.

image couvre feu siege disney

Puis vient le deuxième acte tout ce qu’il y a de plus dérangeant. Devant l’incapacité à protéger le peuple, la loi martiale est mise en place. L’armée patrouille les rues, emprisonne à tour de bras sur de simples critères ethniques, d’autres tensions communautaires naissent, les camps font leurs apparitions, la répression autoritaire, le soulèvement populaire… Des images chocs qui sont aussi là pour interpellées et soulever des questions. Le côté éthique est malmené surtout quand vient la torture afin de soutirer des informations. Dur de rester insensible, surtout quand on se dit que le film date de 1998, avant que tout ça ne devienne “réalité” avec les attentats de 2001.

image couvre feu siege disney

Trois acteurs se partagent l’affiche, Denzel Washington et Annette Bening de manière parfaite même si Bruce Willis est un peu en retrait en terme d’expression mais c’est son personnage qui veut ça. Le premier est un agent du FBI dépassé par les événements qui veut garder un sens moral et se bat à la fois contre les terroristes mais aussi sur les dérives gouvernementales. La seconde est une agent de la CIA qui cherche à se racheter de ses actes passés tout en étant impliqué dans les affaires pour sauver la population. Enfin, le troisième, un général qui refuse d’abord d’appliquer la loi martiale, mais qui prend pourtant un plaisir sadique quand il en a le contrôle et de déjouer la Constitution sous prétexte de tout faire pour la Patrie.

image couvre feu siege disney

Deux heures de film qui passent à une vitesse folle tant il s’y passe des choses. Pourtant, on ne tombe jamais dans le film d’action classique : pas de grosses fusillades, pas de courses-poursuites, pas de bagarres chorégraphiées… On est soumis à un rythme intense qui propose une ambiance oppressante. La réalisation est soignée en tout point et nous plonge aisément dans l’horreur dans les deux camps : celui des terroristes et celui qui contrôle le couvre-feu. La bande originale parachève le travail avec des musiques imerssives à souhait.

image couvre feu siege disney

Couvre-feu est un film précurseur de ce qu’allait devenir le XXIe siècle.

La note de Fabien

Si cet article vous a plu, n'hésitez pas à le partager !

Vous pourriez être intéressés par ces articles